Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

                Nzonzing, évolution ou révolution ?       

 

Au commencement il y avait Soki Vangu, qui a écrit la chanson Nzingi Nzong, dans laquelle il lança le cri nzonzing, qui  engeandra le concept du même nom lequel est devenu le recours providentiel des artistes confrontés à la toilette de leur vie de vedette de la chanson. 

Nzonzing est un mot souvent employé dans la musique congolaise. Ce terme a envenimé et pourri la vie culturelle congolaise en favorisant des activités extra-muros de plusieurs artistes-musiciens. Il se définit comme étant le fait d’enregistrer une chanson en dehors de son orchestre dans le but de bénéficier seul des retombées financières qui y découlent.

En 1975, Soki Vangu compose une chanson qui plait au public. Le titre, Nzingi Nzong,  ne reflète pas grand-chose si ce n’est le nom ou le pseudo de la jeune dame à qui l’artiste l’a dédicacée. Dans cette œuvre sort de la bouche de Maxime Soki le nom Nzonzing qui semble être le verlan de Nzingi Nzong. Il colle directement au phénomène commencé en catimini par quelques musiciens de l’OK Jazz. Il va s’enraciner dans la mentalité des artistes et des groupes musicaux tout comme dans le jargon musical congolais. Les artistes-musiciens lui donnent une importance toute particulière dans son application. Le nzonzing bouste la production phonographique au Congo. Entretemps, il met les nerfs des patrons des orchestres à rude épreuve. Le succès des nzonzing met à mal l’assise de certains groupes auprès du public. 

Ce mot innocent va marquer la pratique de l’art musical. Il se transforme au fil des années en un comportement désavoué en bouleversant la donne et les habitudes qui ont toujours été celles des artistes. Il sembe être la réponse approppriée à la cupidité et à l’égoïsme éhonté des responsables d’orchestres à payer décemment leurs salariés. La profession nourrit mal son homme. Cette pratique bien qu’illicite permet au musicien ″nzonzingueurs″ d’avoir des revenus supplémentaires pour essayer d’arrondir ses fins du mois difficiles. C’est une sorte d’activité extra-muros qui permet à tout artiste de réunir autour de sa chanson des amis de son choix et d’entrer en studio. Une fois enregistrée et mise sur le marché, il empoche seul l’addition au détriment du patron qui l’emploie. L’argent étant le nerf de la guerre dans la chanson congolaise, tout le monde y trouve son compte, chanteurs comme instrumentistes. Jusque-là ce concept n’avait pas de nom. A la sortie de Nzingi Nzong, les artistes sautent sur le terme contenu dans la chanson de Max Soki pour le désigner. Reste à savoir celui qui l’a vulgarisé.

En réalité, cette pratique est antérieure à l’appellation qui l’a rendue célèbre. Déjà en 1969, Verckys Kiamuangana, considéré comme le cerveau-moteur de ce dérapage, est révoqué de l’OK Jazz pour avoir  réalisé en 1968 des enregistrements clandestins en marge de l’OK jazz mais avec certains musiciens dudit groupe. Les quatre titres du premier nzonzing de la musique congolaise moderne sont Okokoma mokristo de Lutumba, Billy ya ba fiancés de Youlou enfin Mbula ekoya tokozonga et Nakopesa yo motema de Verckys.

Ce phénomène qui est encore dans ses balbutiements va prendre de l’ampleur et empoisonner l’existence de plusieurs orchestres pendant toyrte la décennie 70. La corporation n’arrive pas à endiguer ce mal qui n’épargne aucun groupe. Bien de ces nzonzing sont en fait de grands succès. En 1971, Seskain Molenga de l’Afrisa sort Nazoki et Libaku mabe avec l’ensemble d’enregistrement Les Bakuba qu’il vient de monter. Bongo bouger de Teddy Sukami qui casse le box en 1978 et promu disque d’or par certains, est un nzonzing même si le nom de Zaïko est marqué sur le disque. Les Casques Bleus qui ont exécuté ce chef d’oeuvre sont une sorte de Zaïko Langa-Langa bis avec les mêmes musiciens, les mêmes danses, le même rythme voire les mêmes cris. On n’y trouve tous les ténors dudit groupe notamment Lengi Lenga (Dalo, Lolita, Les Casques Bleus, Miko), Teddy Sukami (Katshi, Kiaku kiaku, Boutons rouges), DV Moanda (Tika nadondua), Yenga Yenga Junior (Mike mike, Sanze modèle, Col Canto), Bozi (Fatu), Meridjo (Elanga songo) ou Matima.

Le nzonzing bouscule l’ordre établi, provoque plusieurs départs, des va et vient et est à la base de la création de nouvelles formations musicales (Vévé, Casques Bleus, Ba La Joie, Les Bakuba). Lutumba récidive avec l’orchestre Mi (Na lifelo bisengo bizali) sans oublier sa collaboration avec Mpongo Love (Monama elima) ou Viva la Musica (Télégramme). D’autres musiciens de l’OK Jazz ne sont pas en reste. Mayaula, Youlou et Kiambukuta créent le Trio MaMaKi et inondent le marché du disque avec une quinzaine de chansons de grand calibre comme Bombanda compliqué, Pongi nazua te, Achanger kazaka, Papy, Pardon chérie, Masivi etc. Mamaki devient pour l’OK Jazz ce que Les Casques Bleus sont pour Zaïko. Le poète de la musique congolaise se remarque aussi en 1982 par un autre nzonzing célèbre : Faute ya commerçant. Luambo, vu le succès rencontré par ce titre, est forcé et contraint de l’incorporer dans le répertoire de son orchestre. Le titre est sacré chanson de l’année par les chroniqueurs de musique.

Vers l’année 1978, Koffi qui est encore Chéri O et qui a beaucoup plus d’assise dans Viva La Musica de Papa Wemba, sort ses nzonzing (Meny, Ndjoli, Soraya) avec l’accompagnement de l’orchestre Ba La Joie tout comme son compère Djuna Djanana avec sa chanson Tusol. En quête de stabilité, le même Mopao se retrouve avec les Langa-Langa Stars (Longomo, Étoile du nord) et Zaïko (Femme noire) au détour de quelques enregistrements. En 1980, Pépé Kallé écrit Amena. Curieusement la chanson n’a musicalement rien à voir avec l’Empire Bakuba. Son rythme est celui de Viva la Musica. L’éléphant de la musique congolaise va l’enregistrer dans ce groupe à côté du duo Papa Wemba - Emeneya. On retrouve de nouveau Mayaula chez Mpongo Love (Ndaya) et Tshala Muana (Nasi nabali), deux œuvres appréciées du grand public. A peine entré dans Zaïko, le chanteur à la voix cassée n’échappe pas à la tentation, surtout que bien de ses nouveaux collègues se sont illustrés en la matière. En effet, Dindo Yogo accompagné de Ya Lengos et Mopero couche en 1985 une de ses meilleures mélodies : La Congolaise.

Au fil des années, le nzonzing qui a perdu de sa vivacité s’essouffle. Condamné par la disparition du 45 T et par l’essort de nouveaux outils de production phonographique (33T et CD), il perd du terrain dans les années 80. Afin de s’adapter au temps qui change, le nzonzing dont la référence est le single disparaît peu à peu. Il laisse sa place au concept qui le cotoyait depuis quelque temps : l’album solo sur support 33T.   

Ce nouveau phénomène est en réalité un nzonzing habillé avec un nouveau nom. Nageant pratiquement entre deux groupes, Ya Lengos par le label Visa 80 de Luambo met sur le martché un opus contenant quatre titres dont Matshure et Je t’en prie Omanga. Plus tard, devenu Le Duc Lengi Lenga Man, il récidive avec Cessez le feu. De son côté, JP Buse frustré par le refus de Zaïko de placer ses chansons dans les albums du groupe, compose hors de celui-ci le LP Longindo ya Kassapard. Il bénéficie même de l’apport de la section cuivre du TP OK Jazz dans la chanson Saky Sakina. En 1984, le monde musical découvre les chefs d’œuvres de Papa Noël qui font sortir le Grand Maître de son silence.  En effet, le soliste Nedule qui a emmené avec lui à Brazzaville Carlyto, la perle de l’époque, enrengistre l’album Nono contenant Bon samaritain, Bel ami et Sisi. L’opus connaît un succès grandissant des deux côtés du fleuve. Il récidive avec le LP Ya Nono avec le même Carlyto au chant. Dans Viva la Musica, Reddy Amisi (Prudence, L’injustice) et Stino Mubi (Roméo et Juliette) profitent des largesses de Papa Wemba pour offrir aux mélomanes leurs propres albums.

Parallèlement à l’album solo se développe aussi le featuring même si ce mot n’est pas encore d’actualité. Deux artistes consentants entrent au studio pour enregistrer un album commun. Des années durant Lutumba en fait usage dans plusieurs de ses singles mythiques (Muana ndeke, Verre cassé, Jimmy Mukelenge) où il collabore avec Pepé Kallé. Koffi Olomide (Ngobila, Ngunda, Lady Bo, diva) et Félix Wazekwa (Bileyi ya mobola, Ah bon, Mokwa makambo, Tétragramme) lui ont souvent emboîté les pas. En 1988, avec l’apport de son ami Ya Lengos, Dindo sort l’album Kamata 500 dans lequel se trouve le hit Y’a pas de sots métiers. Il sera suivi par C’est la vie… si bonne, si belle, si compliquée. Les voyages solitaires de Pépé Kallé en Europe ne se font pas sans enregistrement. Loin se son Empire Bakuba, il enregistre en solo d’abord le LP Moyibi avec Nyboma puis Pon moun paka bougé qui a fait tabac dans les bacs. Le duo qui se retrouve souvent ensemble rapellent aux mélomanes le souvenir de l’époque Bella-Bella, Lipua-Lipua ou Les Kamales. En 1989, Nyboma revient à la charge. Ensemble avec  Madilu, il met Stop feu rouge – Voisin dans les kiosques. Plusieurs autres grands de la musique congolaise unissent leurs voix dans des featurings dignes de ce nom. La rencontre de Tabu Ley avec Luambo Makiadi et Michelino Mavatiku dans Lisanga ya Banganga (Afrisa et TP OK Jazz), le duo Papa Wemba-Koffi Olomide dans Wake up ou Papa Wemba – Barbara Kanam dans Triple option, les retrouvailles en 1983 entre Tabu Ley et Pamelo Mounk’A pour les 20 ans de la  carrière de ce dernier accompagné par l’Afrisa sont les preuves d’une étroite collaboration entre les musiciens de diverses formations musicales. Outrepassant les frontières politiques, Rapha Boundzeki se fait accompagner par Debaba et Defao de Choc Star  dans certains de ses titres (Adjaro, La pesa bolingo). Le featuring s’internationalise avec le passage de Jimmy Cliff à Kinshasa en 1987. Le Congo culturel rencontre la Jamaïque. La rumba et le reggae, deux musiques lointaines et proches à la fois se fondent dans un album. Cliff réussit à se faire des enregistrements avec trois différents orchestres de la place. Il réalise Shout for freedom avec l’OK Jazz, Girls and cars avec l’Afrisa et Love me avec Grand Zaiko Wawa. A cette occasion. Adamo Ekula et Djo Poster chantent à côté de la star jamaïcaine.

Tout compte fait, le traditionnel nzonzing autrefois conçu par Simaro Lutumba, Youlou Mabiala et Verckys Kiamuangana a évolué dans le temps. Il a pris des formes diverses tout au long de son parcours. S’il a occasionné la  multiplication de groupes, il a au moins le mérite d’avoir enrichi la discographie congolaise. Dans la structure fonctionnelle des orchestres kinois, il a fait évoluer les mentalités et libéré l’artiste. Il lui a donné l’occasion d’échanger ses connaissances  avec ses pairs, de profiter de leur expérience et de tisser des liens profonds d’amitié. En rapprochant les musiciens de diverses tendances sur le plan artistique et social, il a été un vrai rendez-vous du donner et du recevoir. Le nzonzing a favorisé et diversifié la créativité. Il a donné au musicien l'occasion de se surpasser et à la musique congolaise d'exceller sur le plan phonographique.

Samuel Malonga

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Max de Glasgow 04/02/2020 00:21

Chers Mbokatiers,

Quand commencerons-nous à mettre des articles aussi valeureux que celui-ci dans des livres pour la postérité de notre culture? Le web pourra peut-être toujours nous aider.

L'article ci-dessus est une grande page de l'histoire de notre patrimoine musicale comme l'est Mboka mosika.

Merci Ndeko Samuel Malonga pour avoir partagé cette impressionante connaîssance avec nous.

Messager 04/02/2020 07:31

Max,
Le site nous offre actuellement la possibilité de transformer notre contenu en livre. Mais nos moyens sont très limités.
Messager

Blondé 20/01/2020 11:46

Bonjour les frères mbokatiers. A la lecture du texte de notre cher Malonga, je me suis posé une question. Le phénomène de trahison des musiciens du au mauvais comportement des patrons est antérieur à la chanson NZING ZONG ou NZONZING dont le nom a été adopté unanimement par les musiciens. Je voudrais savoir ce que le mot en même signifie pour qu'il soit adapté et adopté par une certaine pratique? Est-ce un simple fait du hasard? Quant à l'intervention de Messager je lui dit merci parce que, ce phénomène NZONZING, quand il se limitait à la musique aurait une moindre portée. Malheureusement, c'est en politique qu'il fait le plus mal à l'Afrique. Dans tous les pays où il y a eu ou même où il y a la guerre, cette trahison est présente. En politique le seul exemple que je vais citer parce qu'il me semple le plus fais est celui de la RDC avec l'après réunion de Bruxelles des leaders politiques. Tant que nous africains ne comprendrons pas pour faire l'union il faut qu'à certains moment certains acceptent de s'effacer au profit de d'autres et qu'en perdant aujourd'hui on gagne demain, notre (pauvre) Afrique restera ce qu'elle est. Regardez les amis le NZONZING de mon cher président Alassane Ouattara à la CDEAO sur le monnaie commune ECO. En élaboration dans les laboratoires des économistes de la CEDEAO, Alassane proclame et programme la monnaie ECO à Paris pour 2022. Soki Vangu ne doit pas s'en vouloir parce que ce n'est pas lui qui a inventer NZONZING.

Samuel Malonga 20/01/2020 20:01

Bien cher Blondé,
"Nzonzing" est un terme typiquement musical. Depuis quelques années, les comédiens du théâtre kinois l'utilisent aussi pour les mêmes motifs. Ce n'est pas vraiment de la trahison mais plutôt une sorte de réponse du berger à la bergère. Car le plus souvent dans nos orchestres, les patrons paient mal leurs salariés et empochent seuls les revenus des ventes des disques à succes de leurs musiciens à qui ils donnent des miettes. Le nzonzing est donc l'acte conscient posé par un artiste-musicien qui après avoir composé sa chanson l'enregistre avec le courcours des musiciens de son choix en dehors de son propre groupe. Ce fait lui permet enfin de jouir du fruit de son travail, n'en déplaise à son patron. Le nzonzing est donc une chanson enregistrée clandestinement par son auteur.
Outre la signification qui lui a été donnée, nzonzing ne veut à proprement parler rien dire. Il serait le verlan de Nzingi Nzong, titre de la chanson de Soki Vangu qui est le nom de la dame à qui l'auteur l'a dédiée. En l'auditionnant on entend entre 1 min 38 et 1 min 40 Soki dire: "Nzonzing - Nzingi Nzong".
Je crois à mon humble avis que le hasard a beaucoup joué pour l'emploi de ce mot. Il est pour moi difficile de dire qui l'a vulgarisé, les Kinois ou peut-être les musiciens eux-mêmes.

Simba Ndaye 19/01/2020 11:34

Excellent....et très instructif.

Blondé 21/01/2020 13:08

OK! Mon cher Malonga. J'ai bien compris avec tous ces éclaircissements.

Messager 19/01/2020 10:30

Sam,
À travers « Nzonzing », ton article soulève un problème plus profond : « le mal africain ». Tu as presque tout dit. Néanmoins, on peut revenir sur certains points.
Le mal dont souffre l’Afrique provient de la mauvaise gestion, et de l’égocentrisme. En effet, en dépit de la solidarité tant prônée, l’africain , le congolais particulièrement s’est révélé un très mauvais gestionnaire et un égoïste. D’où les scissions au sein des formations politiques et musicales.
Il suffit de comparer la manière dont la musique était gérée par les éditeurs européens et comment elle a été gérée après l’indépendance pour voir la différence,

Messager

Samuel Malonga 19/01/2020 14:22

Messager,
Tu as raison et il semble que rien à vraiment changer tant sur le plan musical que politique.