Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Simba Ndaye

TRADUCTION DE TESTAMENT YA BOWULE

 

 

Après ‘’Affaire Kitikwala’’, voici une autre œuvre d’anthologie de Simon Lutumba. Comme on le dit pour les grandes œuvres cinématographiques, cette chanson s’inspire d’une histoire vraie. Celle d’une amie de Simarro, douloureusement frappée par la mort de sa sœur aînée avec qui, visiblement,  elle partageait une relation quasi-fusionnelle.

 

Avec force détails, la jeune femme aurait expressément demandé à Massiya d’en faire une chanson. Il ne lui en fallait pas plus. Le génie et la poéticité de Lutumba feront le reste. Déjà, l’histoire en elle-même était d’une très grande tristesse. Mais Lutumba va écrire-là  une chanson qui vous saute au visage. Qui vous prend à la gorge. Les mots, délicatement ciselés, vous font presque entrer dans la peau de la narratrice. On touche du doigt sa douleur. On s’y immerge, comme elle.

 

Trente-trois ans après, je connais toujours des personnes qui n’écoutent jamais cette chanson sans verser des larmes, sans opérer une transposition, avec leurs propres histoires (le décès d’un père, d’une mère, d’un frère, d’une sœur…). Encore et encore. En la matière, ‘’Testament ya Bowulé’’ est une œuvre intemporelle !!!

 

Le texte écrit et la musique arrangée, encore fallait-il trouver l’interprète, Le bon interprète, celui qui fera immanquablement pleurer dans les chaumières. Ce sera Orphin Lutala Malage. Une voix (et c’est vraiment le cas de le dire), venue d’un autre monde. Une voix d’outre-tombe. Féérique !!! Une exceptionnelle maîtrise des vocalises, introuvable ailleurs. Et cette justesse, d’une note à une autre, d’un ton à un autre. Sans avoir étudié le solfège.

 

Pour beaucoup de critiques en cette année 1986, seul Malage de Lugendo pouvait ‘’rendre’’ cette chanson. Au demeurant, l’Ok Jazz va réussir un must gravé dans les annales : le show télévisé filmé dans les studios de l’Ortz à l’occasion du réveillon ’86. On y voit Gerry Dialungana au solo, Simarro à l’accompagnement, Dizzy Mandjeku au mi-solo et Flavien Mabika à la basse. Et tout çà, sur des guitares acoustiques. Une première ! Malage y est tout simplement sublime, rééditant à la perfection les versions enregistrées en studio.

 

Les versions, car il y’en a eu deux au total. Et c’est la seconde qui illustre cette traduction, avec notamment le soliloque de François Luambo Makiadi. Une tout autre époque assurément !

 

Simba Ndaye

TESTAMENT YA BOWULE

 

FRANCO

Ô Nzambé, osala bomoyi bwa moto   Ô Dieu, tu as créé l’homme afin qu’il vive

Moto a koya kokutana na malade     Mais l’être humain doit affronter la maladie

Mondélé pe a sali kisi po moto a bika  Le blanc a fabriqué les médicaments pour que l’homme soit guéri

Vraiment soki azali po na mbongo ndé Bowulé a kufi te
Vraiment si cela n’avait été qu’une question d’argent, Bowulé ne serait jamais morte

Po famille asali nionso        Car la famille a tout fait

Ô Nzambé, pona nini liwa ?  Ô Dieu, pourquoi la mort ?

Somo, na ndimaki te,        C’est effroyable, je n’y crois toujours pas

 

MALAGE

Testament, bandéko na kotatanga na ko zongela eh
Le testament, ma famille, je le lis et le relis
Maloba ya Bowulé baninga na kotanga na koléla eh

Les paroles de Bowulé, mes amis je les relis en pleurant
Na zangi na mokoli oh ba famille bo sali ngai mabé

Je n’ai plus rien au monde, ma famille vous m’avez fait trop mal
Massiya na sala fiele wapi oh mokili e silisi ngai lolendo lelo na ndimi Masiya.

Où vais-je dorénavant fanfaronner ? La vie vient de m’enlever tout sentiment d’orgueil. Aujourd’hui je l’admets

 

Testament, bandéko na ko tanga na ko zongéla eh,

Le testament, ma famille je le lis et le relis
Maloba ya Bowulé baninga na ko tanga no ko léla eh

Les paroles de Bowulé, mes amis je les lis en pleurant
Na zangi na mokili oh binemi bo léisi ngai poison

Je n’ai plus personne au monde, mes ennemis vous m’avez concocté et fait consommer un véritable poison
Luambo na sala fiele wapi oh mokili e silisi ngai lolendo lélo na ndimi

Luambo comment pourrai-je encore faire des manières, le monde vient de me dépouiller de tout sentiment d’orgueil. Aujourd’hui je l’admets

 

Liwa ya Bowulé, sango lokola kaké na matoyi eh,

La mort de Bowulé a éclaté dans mes oreilles comme un coup de tonnerre
E pési ngai liboma, nazangi likambo ngai na sala

J’en deviens folle, je ne sais plus quoi faire
Mbongo éloko pamba, ékoki ko somba liwa tè

L’argent ne vaut absolument rien, car il ne peut acheter la mort

Ya Bowulé, lobi na pasi o tali ngai o séki

Yaya Bowulé, hier dans la souffrance tu m’as regardée et tu as souri
 

O pékisa ngai koléla eh kasi olakaki ngai o kobika

Tu m’as interdit de pleurer en me promettant que tu allais guérir.
Nzoka oyebaki ozali ko kendè

Alors que tu savais très bien que tu allais partir
Okosi ngai ndé kokosa

Tu m’as sciemment menti,

Na kéyi kolala yo okati motéma

Et quand je suis partie me coucher, tu t’en es allée
A ta liloba ya suka, Josée yo méchante mama

Et sans même une ultime parole Josée, qu’est-ce que tu as été méchante ma chérie

 

Ya Bowulé oh, lobi na pasi otali ngai o léli

Yaya Bowulé, hier en pleine détresse, tu m’as regardée en pleurant
O bombéli ngai sékélé oh kasi oyébaki okokufa

Tu m’as caché ce secret, or tu savais pertinemment que tu allais mourir
Olobi na ngai na kèndè kolala

Tu m’as demandé d’aller me coucher
Okosi ndé ko kosa

Tu m’as trompée sciemment.

Sima na ngai, y’okati motéma.

Et juste après que je sois partie, tu as poussé ton dernier soupir
Olingaki na zala tè oh, Josée yo méchante mama

En fait, tu n’as voulu que je sois là, Josée, qu’est-ce que tu m’as fait mal, ma chérie

 

Ya Josée Bowulé o sali ngai mabé

Yaya Josée Bowulé tu m’as fait vraiment mal
Ngai Mathy na somba ndéko na mboka nini

Moi Mathy (1), dans quel pays irai-je désormais m’acheter une autre sœur ?
Baninga nionso moto na ndéko na yé

Toutes mes amies ont chacune sa sœur
Josée osilisi ngai lolendo eh na lala wapi oh mama

Josée tu m’as dégoûté de la vie, où vais-je poser ma tête ma chérie ?

 

Nzéla ya Bruxelles, Paris na Rome ba kotuna ngai

De Bruxelles à Paris en passant par Rome (2) les gens m’interrogent
Na kozanga éyano, liloba nini otiki na yébisa bango, ngai mayi na miso Josée eh.

Je n’ai aucune réponse. Quel message à leur intention m’as-tu laissé si ce n’est de baigner dans mes larmes, Josée ?

 

Ya Bowulé oh butu ya lundi na moni yo na ndoto  

Yaya Bowulé, la nuit de lundi je t’ai vue en rêve
 

 

 

Olati kitoko eh pe osalisi féti ya mo néné. Sima ya mwa ngonga obéngi ngai pembeni eh

Tu étais pimpante et tu avais organisé une grande fête. Quelques minutes plus tard, tu m’as entrainée à part.
Olakisi ngai ndé bana kasi oboyi kotala nga na miso

Tu m’as montré les enfants et pourtant tu évitais de me regarder dans les yeux.
Bowulé na nga osiliki nzoka ndoto ya mokouya mama ah

Bowulé à moi, tu semblais contrariée, fâchée alors que c’était un rêve prémonitoire (de deuil)

 

Ya Bowulé oh mardi na midi oyambi nga na koséka  

Bowulé ma chérie mardi midi, tu m’as enlaceé en souriant
Yo na pasi ya liwa kasi olingaki ngai na yéba te oh  

Tu luttais déjà contre la mort mais tu ne voulais pas que je le sache
Olobi na ngai oyoki mwa nzala eh, na lambela yo pepe soupou  

Tu as prétendu que tu avais un petit creux et que j’aille te préparer une bonne soupe
Nakeyi ko lamba sima okati motema
Je suis partie la préparer, après moi tu as rendu l’âme
Olingaki na zala te, Liwa éyoki nga soni mama ah

Tu ne voulais pas que je sois présente et la mort a eu honte de moi ma sœur

 

Bowulé na ngaï eh butu wana kutu na lalaki te oh  

Bowulé, cette nuit-là je n’ai pas pu dormir
Ba mbwa ba koléla eh suki ékomi ko téléma

Des chiens hurlaient (à la mort ?) et mes cheveux s’hérissaient sur ma tête.
Sima ya mwa ngonga ba beti ndako eh

Quelques temps après, on a frappé à ma porte
Nakeyi mbangu ko fongola na moni famille mobimba ba ko lela

Je me suis empressé d’aller ouvrir et là j’ai trouvé toute ma famille entrain de pleurer
Bowulé na nga okufi Bowulé okosi nga eh mama

Ma chérie tu avais rendu l’âme, Bowulé tu m’as trompée.

 

Bowulé na ngaï eh butu wana kutu na lalaki te oh,

Bowulé, cette nuit-là je n’ai pas pu dormir
Ba ndoto mabé oh nasé ya pongi nakomi ko ganga

Je faisais de cauchemars, je me débattais et hurlais dans mon sommeil
Sima ya mwa ngonga ba beti ndako eh

Quelques temps après, on a frappé à la porte
Nakeyi mbangu ko fongola na kuti famille mobimba ba ko lela

Je me suis empressé d’aller ouvrir, j’ai trouvé toute la famille, là, entrain de pleurer
Bowulé na nga okufi Bowulé oboyi biso eh mama  

Ma chérie tu étais partie, Bowulé tu nous as tous reniés

 

Ya Bowulé oh mardi na midi oyambi nga na koséka  

Bowulé ma chérie mardi midi, tu m’as enlacé en souriant
 

Yo na pasi ya liwa kasi olingaki ngai na yéba te oh  

Tu luttais déjà contre la mort mais tu ne voulais pas que je le sache
Olobi na ngai oyoki mwa nzala eh, na lambela yo pepe soupou  

Tu as prétendu que tu avais un petit creux et que j’aille te préparer une bonne soupe
Nakeyi ko lamba sima okati motema
Je suis partie la faire, après moi tu as rendu l’âme
Olingaki na zala te, liwa éyoki nga soni mama ah

Tu ne voulais pas que je sois présente et la mort a eu honte de moi ma sœur

 

Malou ya Lumandé na Bowulé botiki Suzana ko lela
Malou de Lumandé et Bowulé, vous avez laissé Suzana en pleurs
A zangi ba camarades, moziki 100 kilos (2) balati nde mokuya

Elle n’a plus d’amies et l’assemblée (tontine) 100 kilos est en deuil
Liwa ezaki nzela ya moto nioso eh bino boweli kokende

Certes, la mort est une finalité pour tout le monde, mais vous, vous vous êtes dépêchées d’y aller
Mboka bokeyi biso to yebi te oh

Et nous ne savons pas où vous êtes parties
Bo bombela biso esika mokolo toko ya oh Malou na Bowulé oh

Mais tâchez de nous réserver une place, pour le jour où nous irons vous retrouver, Malou et Bowulé

 

Ba mama ya Fekoza eh likambo lizwinga lileki mo néné

Les mamans de Fekoza, le drame qui me frappe est trop lourd à porter
B’ami ya Matongé likambo lizwinga epesi nga liboma eh  

Les amies de Matongé, le drame qui me frappe me rend folle
Moziki 100 kilos likambo lizwinga eleki nga nzoto

L’assemblée 100 kilos, le drame qui me frappe va m’achever
Kosala Emma Lusansou eh likambo ekomisi nga ndé zoba

Kosala Emma Lusansou, cette histoire me fait perdre la raison (me rend dingue)
Ngai ma Josée mwana ya suka nakota 100 kilos (2) likolo na yo eh

Ma Josée, moi la petite dernière, je n’ai pu adhérer à l’assemblée 100 kilos que grâce à toi
Nakomi ko mituna eh soki na se ya liwa toko kutanaka

Du coup, je commence à me demander très sérieusement si, après la mort, nous allons nous retrouver
Est-ce que nako mona Bowulé lisusu atiki liloba te oh Josée wa ba santu mama  

Reverrai-je encore Bowulé, surtout qu’elle ne m’a laissé aucune dernière parole, Josée des saints

 

FRANCO :
Oh yahweh, ndengué osala biso otinda biso awa na mokili

Ô Dieu tu as créé l’Homme afin qu’il vive sur cette terre
Moto na moto azali na lingomba na yé a sambelaka

Chaque homme te prie selon sa religion
 

 

Ba mosusu basambelaka na catholique Certains te prient chez les catholiques
Ba mosusu na mission protestante D’autres à la mission protestante
Ba mosusu na armée du salut D’autres encore à l’armée du salut
Ba mosusu na ba musulmans Certains chez les musulmans
Ba mosusu na ba kimbanguistes Certains chez les kimbanguistes
Ba mosusu na mpévé ya longo D’autres chez mpevé ya longo
Ba mosusu na mahikari D’autres encore chez les mahikari

 

Nzambé ndengué to yokaka mangomba nionso wana na tangi
Dieu, toutes les religions que je viens d’énumérer
Bayebi que soki moto a kufi ba yebi épayi moto akendeke

Toutes prétendent savoir où va l’âme d’un défunt
Est-ce que Yahweh okoki ko yebisa bango mokolo mosusu Ba yebisa biso epayi to kendeke té ?
Un de ces jours, Ô Dieu, ne peux-tu leur demander de nous dire très clairement où nous irons après notre mort ?
Nzambé po to yebi epayi to wutaka te mais to yeba quand meme epayi tokendeke  

Car, si nous ne savons pas d’où nous venons, que nous sachions au moins où nous allons ?
Oko mona mwasi na mobali ba vandi

Prenons l’exemple d’un couple
Moko na bango akeyi, oyo ako tikala nzoto be ko kondo ko kondo

A la mort de l’un des deux, celui ou celle qui reste va se mettre à maigrir, à dépérir.
Mikolo eko leka te alandi moninga  

Peu de temps après, il ou elle va rejoindre celui ou celle qui était parti avant
Nzambé mawa toyebi epayi tokendeke te Nzambé to yaka ko tala obe yo  

Que tout ceci est triste, mon Dieu. Toutefois, si nous ne savons pas où nous irons après notre mort, nous sommes au moins sûrs que nous te verrons, Toi
Bowulé péséla biso mboté na bango banso oyo to yébi oyo bakendè  

Bowulé, passe le bonjour à tous ceux que nous connaissions et qui sont partis
Bino ba Angelus bato bozali pene pene ya Nzambé bo yebisela biso ye té ?

Vous les anges, qui êtes auprès de Dieu, vous ne pourrez pas le lui dire ? Ah pitié

 

MALAGE:
B’angelus eh kuna na paradiso epayi ya Nzambé Boyamba Bowulé eh aye nde mopaya na mboka na bino

Vous les anges, là-bas au paradis auprès de Dieu
Prenez bien soin de Bowulé, elle n’est qu’une nouvelle venue (une étrangère) chez vous

Lélo a kangi miso a boyi eh

Maintenant qu’elle a fermé les yeux et nous a quittés
Vide mo nènè na famille, mokili élingi bato ya malamu te oh

Elle laisse un immense vide dans la famille, le monde n’aime pas les gens bien
Ata liloba te oh témoin se docotolo Josée wa ba santu eh

Même pas une dernière parole, le seul témoin c’était le docteur, Josée des saints

Bowulé pesela ngai mboté eh na papa na mama eh  Bowulé, salut de ma part papa et maman
(Suite des hommages aux disparus)

  1. Mathy : contraction de Matinda, elle-même acception congolaise de Mathilde
  2. Mosiki 100 kilos : sorte de tontines à échéances variables, souvent exclusivement féminines et au sein desquelles sont ‘’cotisées’’ des sommes souvent conséquentes. D’où les fréquents voyages en Europe des impétrantes en vue des s’approvisionner en marchandises diverses. En outre, il convient, selon moi, de percevoir cette appellation particulière au propre comme au figuré : le poids de leurs comptes en banque ainsi que leur propre poids sur une balance. Un clin d’œil assumé. Ce phénomène était déjà bien connu au Cameroun et en Afrique de l’ouest. Au Bénin et au Togo, dans les années ’60- ‘70, les célèbres ‘’Nana Benz’’ représentaient une redoutable puissance commerciale et financière.






     

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Blondé 10/12/2019 12:10

Un mot sur le rêve décrit dans la chanson. Dans notre tradition ici à l'OUEST de la Côte d'Ivoire, il est dit que quand on rêve que quelqu'un organise ou même est en fête, en rande joie, ce n'est jamais un bon signe tout comme, cela a déjà été mentionné par le frère Ndaye, tourner le dos à quelqu'un à qui on parle ou éviter de le regarder en face. Ce qui s'est vérifié là. C'est le lieu de savoir qu'avant que les religions dites révélées ne viennent détruire nos coutumes, nos ancêtres étaient en communion avec le créateur qui leurs donnait un enseignement très pratique que nous avons hélas! abandonné. Dans cette chanson Simarro a montré qu'il est, en plus de tous les épithètes qui lui ont été déjà attribués, un véritable prophète qui n'a pas été connu comme tel de son vivant. Finalement cette oeuvre fait pleurer qui? Bowulé ou le Poète?

Blondé 10/12/2019 11:54

Ce texte est exceptionnel. D'habitude (et je peux me tromper) le compositeur écrit quelque phrases (2, 3 ou 4 ou un peu plus) et le répète. Là le Poète était dans une inspiration sans fin et même si quelques phrases ont été reprises, c'est véritablement un long texte, une longue inspiration. L'auteur s'est véritablement mis à la place de l'éplorée. Je suis encore à me demander si la sœur de la défunte à décrit certains faits à Simarro ou s'il a imaginé toutes ces petites histoires qui jonchent le texte? Merci monsieur Ndaye. Il y a eu d'abord l'explication du contexte qui permet la plus grande compréhension et ensuite la traduction. Voyez ce que j'ai vécu avec cette traduction. Je faisais passé TESTAMENT YA BOWULE tout en suivant tranquillement la traduction. Un ami arrive, se met à danser et il me dit "Tu fais quoi à t'asseoir tout tranquille comme si tu as une peine alors que l'O.K. Jazz devrait te faire trémousser". Je lui dis vient voir, tu danses alors que Simarro pleure. Et c'est là le génie de la musique même des paroles tristes engendre la joie. Merci à tous.

Simba Ndaye 08/12/2019 19:06

Mon cher Messager,
Tu ne peux pas savoir à quel point tu as raison.
Il nous faudra des années et des années pour arriver à percevoir quelques simples bouts de la pensée créatrice de cet homme. Le qualificatif, qui lui a été attribué de son vivant, est celui de ''Poète''. Mille fois justifié en raison de la puissance poétique de ses textes.
Mais Lutumba était d'abord et avant tout un immense philosophe, un grand penseur, un fin observateur de nos coutumes, de nos traditions et de nos vécus.
Un seul exemple: depuis sa sortie, j'ai écouté des centaines de fois Testament ya Bowulé. Or, ce n'est qu'en la traduisant que j'ai perçu la charge métaphysique contenue dans les passages suivants:
''Olakisi ngai ndé bana kasi oboyi kotala nga na miso
Tu m’as montré les enfants et pourtant tu évitais de me regarder dans les yeux.
Bowulé na nga osiliki nzoka ndoto ya mokuya mama ah
Bowulé à moi, tu semblais contrariée, fâchée alors que c’était un rêve prémonitoire (de deuil)''. Au Congo comme dans beaucoup d'autres sociétés africaines, un rêve est d'autant plus prémonitoire et donc annonciateur de malheur que lorsque la personne vue en rêve évite de vous regarder dans les yeux ou qu'elle vous tourne le dos, surtout après vous avoir montré (confié) ses enfants. En vous confiant ainsi leur tutelle. Je tiens ceci de ma propre grand-mère.
J'aurai donc mis près de 40 ans pour comprendre une seule phrase. Terrible!
En peintre de l'imaginaire, dans chacune de ses chansons, Simaro peignait la vie d'ici ainsi que celle de l'au-delà. Chaque chanson était et est en réalité un tableau vivant. Chaque phrase recèle une mine de sagesse ancestrale. En réfléchissant, chacun d'entre nous peut en faire l'expérience.
C'est sans doute en cela que Simon Lutumba Ndomanueno est immortel.
Simba Ndaye

Messager 08/12/2019 17:17

La critique joue un rôle majeur dans la transmission de la création d’une œuvre. C’est ce à quoi s’attèle notre ami Simba Ndaye en décortiquant les chansons du poète Lutumba Simaro. Quarante ans après, les mbokatiers découvrent les aspects ignorés de la pensée que Simaro voulait certainement exprimer à travers ses chefs d’œuvres . Une fois de plus bravo à notre ami Simba Ndaye.
Messager