Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Braine Mayama a tiré sa révérence

La nouvelle de sa disparition nous est parvenue de Kinshasa hier soir. Après Soukous Makelele, Braine Mayama s’en est allé le mardi 24 décembre dernier. Très affaibli, l’ancien Léopard  est décédé à son domicile de Lemba après une longue maladie. Déjà en réaction à notre article ″Un faux Mayama à Alost″,  Frida Mayama exprima sa désapprobation en ces termes: « L’international Mayama qui était rentré en Afrique pour servir sa nation la RDC, est actuellement malade, alité et abandonné, malgré les multiples SOS adressés aux dirigeants sportifs indifférents et insensibles. » Comme c’est triste de voir ce grand de notre football finir ainsi ses jours.                           

Qui était Braine Mayama ?

Né à Kinshasa le 2 février 1938,  Albert Mayama a grandi dans la commune de Ndjili au quartier 6. Comme tous les gosses de son âge, il est très tôt emporté par la fièvre du foot. Il joue encore dans de petites formations lorsqu’il est découvert par V. Club à  18 ou 19 ans. Avec le club vert-noir, Il est sacré champion de Léopoldville en 1958 en compagnie d’autres futurs Belgicains dont Assaka, Erumba, Mayokenda et Cyprien Bula. Footballeur élégant, Mayama fait la différence avec son jeu combatif, ses penalties imparables et la puissance de ses tirs.

A 22 ans, il quitte le Congo pour la Belgique. Domicilié à Alost, Eendracht  qui vient de remonter en première division veut renforcer son effectif. L’équipe fait alors appel à Braine Mayama qui y joue deux saisons (1960-1962). Transféré ensuite à la Gantoise, il y  rencontre Cyprien Bula, son ancien coéquipier de V. Club. Braine y reste 4 ans (1962-1966). Titulaire à part entière, il joue pas moins de 117 matches avec les Buffalos et marque 30 buts.

   

Le 24 mai 1964, Mayama joue un des matches les plus importants de sa carrière en Belgique. Après avoir écrasé Eendracht d’Alost (3-0) en demi-finale, la Gantoise se retrouve finaliste en Coupe de Belgique. Le club rencontre KFC Diest au stade du Heysel à Bruxelles. La finale est passionnante. Menés au score, Les Gantois renversent la situation et l’emportent par 4 buts à 2 après prolongation. Mayama est l’auteur de la troisième réalisation à la 102e minute. La Gantoise remporte son premier titre majeur et devient la première équipe belge à s’aligner à la Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe de football. En compétition européenne, La rencontre avec West Ham United n’est pas de tout repos. Battue à domicile, La Gantoise parvient à tenir tête aux Londoniens en leur imposant un nul chez eux. Si Cyprien Bula n’est présent sur le terrain qu’en match retour, Braine Mayama par contre joue les deux rencontres de la Coupe des coupes.   

En 1966, il fait ses adieux au championnat belge. Répondant à l’appel du gouvernement, Mayama regagne le pays avec plusieurs autres Belgicains pour renforcer l’équipe nationale fraîchement débaptisée. Devenu international, il est l’un des tout premiers Léopards. Il livre quelques matches avec le onze national. Après avoir participé au championnat local avec V. Club, il met un terme à sa carrière. Devenu coach, il entraîne plusieurs formations des jeunes dont Air Zaïre, équipe de la société du même nom.

    

Champion de Léopoldville, vainqueur de la Coupe de Belgique, participant en Coupe des coupes, international enfin entraîneur, Braine Mayama a bien rempli son contrat avec le football, ce sport qui a été la passion de toute sa vie.

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

nyoko riva 05/02/2020 17:02

MAGNIFIQUE ARTICLE! MERCI DE CONTINUER A NOUS RAPPELER LA BELLE HISTOIRE ET LA BELLE EPOQUE DE NOTRE FOOTBALL SURTOUT L'APPORT DES FOOTBALLEURS CONGOLAIS EN BELGIQUE

Nyanguila 06/01/2020 03:35

Cher Messager,bonjour et merci pour toutes vos explications et aussi à Sam Malonga pour toutes ces nouvelles qu'il nous fait parvenir dont la confirmation du décès de Makelele dit"Soukous" dont le fils était dernièrement entraineur en Belgique. Et bien à vous.

Mukuna-Trouet Jean-Marie 02/01/2020 17:58

Cette disparition me fait d'autant plus mal que je le connaissais personnellement.Je ne comprendrai jamais nos autorités .C'est vraiment triste.

Messager 04/01/2020 10:42

Cher Nyanguila,
Tout au commencement de notre site, la femme du fils de Mukuna Trouet, Mathilde figurait parmi les fidèles lecteurs de mbokamosika. C'est elle qui m'avait introduit auprès de son mari, lefils de Mukuna Trouet. C’est son mari, qui avait expliqué avec brio comment son oncle, Mutshipule Casimir « Casino », le petit frère de Mukuna Trouet, et brillant accompagnateur de l'African-Jazz, avait utilisé ses connaissances d'ébéniste pour affiner le réglage de sa guitare de manière à produire le son mythique que nous avons dans la chanson "BB 69" de Kouka Matthieu. Voilà comment j'ai connu le fils de Trouet sur le site, bien que lui-même n’ait pas encore témoigné. Mais à un moment, j’ai perçu que le fils parlait par procuration
Toutefois, Paul Bonga-Bonga, qui est de sa génération nous a déjà fait l'honneur de témoigner personnellement sur mbokamosika
Messager

Nyanguila 04/01/2020 03:01

Cher Messager,tous mes remerciements suite à votre mise à l'ajustement pour me permettre de distinguer le père du fils.Mais c'est étonnant qu'un fils adopte le nom et le prénom,ou le sobriquet,du père car le terme"trouet" symbolisait ses puissants tirs au foot! Cette histoire m'a été contée par ceux qui l'avaient connu depuis Tshilundu et même quand il a été sélectionné dans les diables rouges pour affronter la France vers la fin des années cinquante. Et quant vous aviez publié un article sur Mayama,arrivé en Belgique,il me semble que c'était Trouet qui l'avait interviewé d'où cette connaissance personnelle! Enfin,j'espère que Trouet se porte bien,et j'étais content qu'il ait pu avoir connaissance de notre blog,par son site,et correspondre avec.A plus et bien à vous.

Messager 03/01/2020 06:06

.
Mon cher Nynguila,
Il s'agit du fils de Mukuna Trouet.

Nyanguila 03/01/2020 04:33

Bonjour et si je ne me trompe pas,peut-être,par manque de visibilité cette réaction est-elle de Trouet Mukuna? Si c'est ça,alors au moins nous pouvons avoir une consolation du fait que vous êtes en forme voire bien portant malgré ce deuil! Enfin,salut à notre Messager et Sam Malonga.

Nyanguila 29/12/2019 05:23

Cher Samuel Malonga,je tiens à vous remercier pour ce faire part suite au décès de l'ex-footbaleur Mayama dit Braine et je ne sais pas si vous avez aussi eu la confirmation du décès de Makelele dit Soukous! C'est qui est regrettable n'est que l'état de pauvreté dans laquelle Mayama est décédé comme indiqué! Lui qui avait quitté un pays développé pour l'amour du service de son pays mais il a fini ses jours sans assistance publique! Et ça ne peut qu'attrister toute personne sensible et je ne sais pas si son fils,supposé,De Wilde,ex-footballeur de Malines,pouvait lui venir en aide car il vit toujours en Belgique étant métis né d'une flamande.

Nyanguila 30/12/2019 04:17

Cher Sam Malonga,bonjour et merci pour votre réponse mais quoiqu'il avait connu son père à l'âge de vingt-trois ans et cette révélation eut lieu vers,si ma mémoire ne me trahit pas,l'année dix neuf-cents quatre vingts-onze au moment où le club de Malines remporta la coupe d'Europe des vainqueurs de coupes ! Depuis ce temps-là et notre Mayama vient de partir il y a de cela six jours et que dire des mois où il attendait et espérait de l'aide? De Wilde ne pouvait-il pas intervenir ni mobiliser ses connaissances et celles de son père entre-temps? Enfin,bien à vous.

Samuel Malonga 29/12/2019 20:59

Cher Nyanguila,
De Wilde a connu son père à l'âge de 23 ans. Je ne sais pas s'il savait qu'il était souffrant.