Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Simba Ndaye

 TRADUCTION DE LA CHANSON AFFAIRE KITIKWALA (1) de LUTUMBA SIMARO

  • Sur Simon Lutumba Ndomanueno, parti ce 30 mars 2019 enchanter les anges dans les prairies célestes, tout a été dit. Y ajouter quoi que ce soit serait superflu.
  • Ensuite, sur Simaro Massiya l’artiste, tout a également été dit : philosophe, poète, génie etc… En mélangeant les trois, ça donne: poète philosophe de génie. Et même là, gageons que nous serons toujours en deçà de la réalité.
  • Enfin, sur la chanson ‘’Affaire Kitikwala’’, servie par la voix exceptionnelle de Charles Lassa Ndombassi Carlyto, des milliers de pages ont été écrites. Pour la petite histoire (voire la grande), cette chanson et son texte ont été l’objet d’un sujet de philo à une session du baccalauréat, juste en face, au Congo-Brazza. Et sur Mbokamosika, il y’a quelques années, Zéphirin Kirika Nkumu y avait consacré un excellent article. Selon notre ami, Lutumba était un adepte à la fois du stoïcisme et de l’épicurisme, deux courants philosophiques de la Grèce et de la Rome antiques. C’est le fameux Carpe diem d’Horace : <<Cueille le jour présent sans te soucier du lendemain…>>. En gros, ce que les Congolais expriment par : <<Buka mikua tango ozali na bomoyi>>. Autrement dit, <<Profite de la vie pendant qu’il est temps…>>. Toutefois, il est juste d’ajouter que cet épicurisme était teinté de syncrétisme, car Massiya parlait souvent de Dieu. Et tout ça, c’était Simon Lutumba… Merci et salut l’artiste.

Simba Ndaye

 

Litambo é tata yela ngai lindanda, na yoki posa ya ko yemba, ooh na ko lela la vie pasi ya mokili

Litambo e papa apporte-moi ma guitare, j’ai envie de chanter et de pleurer les difficultés de la vie

Litambo Masasi tata (…)

Litambo Lutadila ta simba ngai to kenda, na mokoli ya nse to zui te o to ko zua kaka na paradiso

Litambo Lutadila, viens, accroche-toi et allons-nous en. Si, sur cette terre, nous n’avons rien reçu, nous aurons peut-être tout au ciel (paradis)

Sambeleka é, na tango ya pokua liboso ya kolala, sambela Nzakomba

Prie seulement, la nuit avant de dormir. Prie ton Dieu

Sambelaka é, ata liboso ya kobenda mua nkopo, sambelaka Yahvé

Prie seulement, même avant de savourer un verre. Prie Yahvé

Na mokili ya nse, Nzambe a kaba ba chance a kaba bilongi o, na mokili ya nse egalite ikele ve o

Sur la terre, Dieu a choisi de donner sa chance à chacun d’entre nous ainsi que sa beauté. Dès lors, sur cette terre, il n’y a donc aucune égalité.

 

Na mokili ya nse, ekomama bongo o, egalite o e zali se na zando mpe na tango ya liwa. Ko lela ka te o oo.

Sur cette terre, c’est déjà écrit, c’est ainsi. La seule égalité qui vaille, c’est uniquement sur les marchés ou devant la mort. Alors, ne pleure pas.

Na bolingo ya nse, mibali ba lingi se basi ya mobulu, oyo a konionkola ye, ye a kolinga ye mingi

Quant à l’amour, les hommes n’aiment que les femmes à problèmes, celles qui les font souffrir. Là, ils les adorent.

E komama bongo o, basi ba lingi mabala ya monionkoli. Oyo a kosalisa ye, ye a ko kamata ye nde zoba. Na bolingo ya nse, ekomama bongo o. Moto yo okolinga e, ye a kolinga mosusu mama yeye

C’est écrit, c’est ainsi. Et la femme alors? Elle n’aime que les unions dans lesquelles elle souffre. Car, lorsque l’homme l’aide et s’occupe d’elle, elle le prend pour un idiot. L’amour sur cette terre, c’est comme ça. Quand tu aimes quelqu’un, il (ou elle) se dépêche d’en aimer un (e) autre.

Audi na titi e, ndeko tika nanu ko lela longola loboko na litama ee, longola loboko na litama Kiliko, longola mpinzoli na miso Amissi é (2), longola loboko na litama oo mpo na kolela la vie iii, pasi ya mokili ééé

Audi, cesse de pleurer et enlève tes mains de tes joues, essuie tes larmes, enlève tes mains car il ne sert à rien de pleurer les souffrances de ce monde.

Ngai na zalaka na zua, na tekela basi ya mabala. Na zalaka lolendo, na tikela ba aye ba zua kitoko. Kitoko eloko pamba, kitoko nse mabele o

Autrefois, j’étais particulièrement jalouse mais j’ai laissé ça aux femmes mariées. J’étais très fière de moi mais j’ai abandonné cela à ceux ou celles qui ont reçu la beauté et croient que la beauté est une fin en soi. La beauté ne vaut rien, la beauté n’est que poussière (Strophe au féminin).

Na zalaka lokuta, na tikela ba tailleurs na ba menuisiers mama e, na tekela ba esquiveurs na ba mécaniciens lokuta na ngai, na kindela ba technicien ba télévision na ba frigo

J’étais un fieffé menteur mais j’ai laissé ça aux tailleurs et aux menuisiers, j’ai abandonné mes mensonges aux esquiveurs ainsi qu’aux mécaniciens (3)

Na kaba lokuta na ngai na ba escroc na ba nganga nkisi é mama yeye, Litambo e sala lokola ngai

J’ai distribué tous mes mensonges aux escrocs et aux charlatans, Litambo, fais comme moi

Na mokili ya nse, eloko moko toko pesa toli : ata o zangi nionso kasi ko zanga mbeto te o

Sur cette terre, un seul conseil : tu peux manquer de tout mais ne manque surtout pas de lit.

Somba mbeto ya kitoko, mokolo okokufa ndeko aye soki mpe to ya kitikwala, ebembe na yo eko yoka nsoni .

Achète-toi un beau lit car le jour de ta mort, lorsque tes amis viendront à ton chevet, même ton cadavre sera couvert de honte (4).

 

Kinshasa makambo, na matanga to ko monaka ndé makambo

Kinshasa, ville de rumeurs. On voit de ces choses dans les places mortuaires.

Basusu ba kolela, basusu ba ko tonga mbeto ya mowe, surtout soki o yebanaka, mokili ngo o makambo mama, mokili ngo o makambo mama éé.

Pendant que certains pleurent, d’autres ne viennent que pour voir le lit sur lequel tu dormais de ton vivant. Surtout si tu étais une personne connue (célèbre). Voilà les tristes réalités de la vie.

Na la vie elingi boye, la vie elingi boye

Dans la vie, les choses sont comme ça, la vie le veut ainsi

Na la vie o buka mikuwa tango o zali na bomoï, sepelisa nzoto tango o zali milo sepelisa nzoto lobi o kokufa mama a

Dans la vie, profite, fais-toi plaisir pendant que tu es vivant, apprécie les choses pendant qu’il est temps car demain tu vas mourir

Na la vie ba loba boye, ba nkoko ba loba boye, na la vie o yeba talo ya mbissi tango tata azali na bomoyi, yeba talo ya kwanga tango mama a zali na bomoyi lobi ba kokufa mama a

Dans la vie, il est admis et nos ancêtres le disaient déjà, dans la vie, dépêche-toi de connaître le prix du poisson (5) pendant que ton père est en vie, sache également le prix du chikwangue (5) pendant que ta mère est vivante car demain, tous les deux mourront.

Na mokili ya nse, on ne vit qu’une seule fois é, sakana libela soki o zui mua tango é, meleka libela, on ne vit qu’une seule fois.

Sur cette terre, on ne vit qu’une seule fois, profite bien si tu as juste un moment et bois si l’occasion se présente car on ne vit qu’une seule fois.

Yaka to lingana, tala tango ezali koleka é, liwa e kozela, mabele e pona se eloko ya kitoko, mabele  aleyisi Bualelese o

Venez, aimons-nous les uns les autres, le temps s’écoule si vite et la mort guette. En effet, la terre n’arrache que ce qui est beau et précieux. Et la mort nous a enlevé Bualelese.

Na mokili toyaki, tozali lokola kati ya masua, monano to na motio libongo e kosema bato ba kokita é

Dans la vie, nous sommes tous comme sur un bateau. A l’aller comme au retour et à chaque port, des passagers descendent

Ekomama bongo, nzela ya mokili eleki nde molayi e tondi na nzube, ezali na suka te o, na mokili tozali ba mpaya ngo o tokolela nzela

Il est écrit que le chemin de la vie est extrêmement large mais il est semé de ronces et d’épines. En plus, il s’étire à l’infini. Or, nous ne sommes que des étrangers de passage, des pèlerins qui empruntons ce chemin.

 

Tika o nasakana, mama a yebisaka ngai date na botama kasi o na kokufa a yebisaka ngai te o

Laissez-moi m’amuser. Ma mère m’a appris la date de ma naissance mais pas celle de ma mort.

Lozimon eyela ngai nkopo ya mpio, lobi ekozala soki tour na gai kuna na nse ya mabele, molunge eleki mingi o na mokili tozali bampaya ngo o tokoleka nzela éééé

Vite, Lozimon file-moi un verre de bière bien fraiche. Demain, ça sera peut-être mon tour d’y passer. Or, sous terre, il doit faire horriblement chaud.

 

  1. Kitikwala : littéralement, lit de fortune. En anglais : shakedown. En Afrique en général et au Congo en particulier et jusque vers la fin des années ’70, l’on avait coutume d’exposer les dépouilles mortelles sur le lit même des défunts. C’était avant la généralisation des catafalques et des chapelles ardentes fournies aujourd’hui par des .entreprises de pompes funèbres
  2. Je ne certifie absolument pas ce qui suit. Mais il semble que le fameux Amissi, souvent chanté par Simaro, était simplement un de ses voisins de quartier, devenu son ami et auprès de qui le célèbre auteur testait systématiquement ses nouvelles compositions, bien avant même de les amener aux répétitions de l’Ok Jazz.
  3. Tous les corps de métiers cités ici par Lutumba (tailleurs, menuisiers, mécaniciens, charlatans etc …) sont, en RDC comme ailleurs, considérés à tort ou à raison comme regorgeant de professionnels sans foi ni loi, respectant rarement leur parole. Et les factures de leurs travaux sont parfois excessives.
  4. Ici, Massiya lance volontairement le bouchon un peu loin. En l’occurrence, ‘’laisser entendre qu’un mort, bien mort si j’ose dire, pourrait encore éprouver un quelconque sentiment, qu’il pourrait avoir honte. En littérature, on qualifie ce style par : ‘’l’art de forcer un trait’’. C’est dire si Simaro maîtrisait l’écriture elliptique à la perfection.
  5. Enfin, par ces deux indices des prix au marché, l’auteur met l’accent sur la juste valeur des choses, ce qui est important dans la vie.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

C. Kim 06/12/2019 10:32

Une oeuvre de qualite. L'aspect social de cette chanson fut que les gens, vers 1984 et 1985, ont commence a utiliser les Catafalques pour pleurer leur mort.
(Pardon pour l'utilisation du clavier anglais car vivant dans un pays anglophone)

Simba Ndaye 10/11/2019 09:11

Céline Banza!
Retenons bien ce nom, nous en entendrons sans doute beaucoup parler au cours des prochaines années.Du moins je l'espère.
Au moment où je rédigeais ce papier consacré à l'icône Simaro Lutumba, le prestigieux ''Prix RFI Découvertes'' était attribué le jeudi 7 novembre à cette très jeune native de Kinshasa. C'est qu'elle n'a que 22 ans mais déjà pétrie de talents multiples: à la fois chanteuse, guitariste, vidéaste, actrice et performeuse, elle a déjà inspiré un court métrage: ''Tamuzi'', dans lequel elle joue son propre rôle.
Pour le cru 2019, Céline Banza a été distinguée parmi les dix derniers finalistes ressortissants d'autant de pays africains. Et cette année, le jury était composé de personnalités aussi prestigieuses que Youssou N'dour, Angélique Kidjo ou Jacob Desvarieux du mythique groupe Kassav etc.
Retenons enfin que, depuis sa création en 1981, le Prix RFI Découvertes a déjà récompensé des artistes africains devenus des têtes d'affiches internationales comme l'Ivoirien Tiken Jah Fakoly, la Malienne Rokia Traoré, le couple lui aussi malien de musiciens non-voyant Amadou et Mariam ou encore le Sénégalais Didier Awadi. C'est tout le mal que nous pouvons souhaiter à ce joyau congolais.
Bon vent à toi, gamine. Demain t'appartient!
Simba Ndaye

Simba Ndaye 09/11/2019 20:07

Mon cher Messager,
A question précise, réponse tout aussi précise.
Je suis retourné à la source de l'info, fiable soit-dit en passant car à l'époque au cœur du rectorat de l'université Marien Ngouabi. Bien-sûr, selon la formule consacrée, on ne cite pas les contemporains.
Et là, bonne surprise. Ce n'est pas à une mais à deux sessions que la pensée de Simon Lutumba a été soumise à la sagacité des futurs bacheliers.
Et voici les libellés:
1. ''Dans Affaire Kitikwala, l'épicurisme de Simon Lutumba s'oppose-t-il au Sermon sur la Montagne (Les Béatitudes) des Évangiles?''
2. ''Les difficultés de la vie doivent-elles inciter à la recherche effrénée du bonheur? Cf Affaire Kitikwala de Simon Lutumba''.
Pas simple, mon cher Messager.
Et pour être tout-à-fait exhaustif, ces années-là, plusieurs textes des chansons de Simaro Massiya figuraient au programme de philosophie des classes de Terminale A au Congo-Brazzaville. Voilà!
Quelle conclusion pouvons-nous en tirer? A chacun d'entre nous de répondre.
Simba Ndaye

Pedro 10/11/2019 08:56

Cher Simba Ndaye,
N'y a-t-il vraiment pas d'articles écrits à partir de ces discussions académiques? Il serait intéressant de les lire. J'ai l'impression que les profs qui ont animé ces discussions auraient par la suite écrit des articles. C'est ce que les univesitaires font toujours. Si on ajoutait Na Lifelo Bisengo Ezali Te et d'autres chansons de Lutumba, comme Mabele, on en ferait toute une publication! L'épicurisme dans les chansons de Simaro Masiya.

Messager 09/11/2019 22:21

Merci pour ces prėcisions mon cher Ndaye

Messager 09/11/2019 14:03

Mon cher Simba Ndaye,

Comme je te l'avais avoué en privé,les mbokatiers ont une chance énorme d'avoir de plumes aussi affûtées à leur disposition.
En plus de toutes ces considérations, j'aimerais que tu nous expliques largement comment fut formulé le questionnaire en philo lié à la chanson Kitikwala de Simaro aux futurs bacheliers du Congo Brazzaville ?

Messager

Blondé 09/11/2019 12:00

Bonjour chers amis. Encore bravo à mon frère Ndaye. Je voudrais une aide à propos de la traduction de AFFAIRE KITIKWALA. C'est une chanson que j'écoute souvent sans savoir qu'elle est non seulement poétique, mais très instructive. Mais voilà, souvent la traduction d'une chanson me permet de connaître la signification de certaines expressions que j'entends très souvent dans beaucoup d'autres chansons. C'est ainsi d'entre les minutes 6:32 et 7:04, Simaro a prononcé plusieurs phrases que je ne vois pas ni dans la retranscription ni dans la traduction. Je suis parti du mot MOBESU ou MOBESOU prononcé dans ce laps de temps. Je voudrais savoir ce qu'il signifie et je me suis rendu compte qu'il manque des paroles à cette traduction. Je peux me tromper mais j'ai écouté et réécouté, donc c'est mon impression. Il faut dire que ce que je dis n'enlève rien au merveilleux travail fourni par notre cher ami Ndaye que je ne remercierai d'ailleurs pas assez pour ce qu'il fait.

Messager 09/11/2019 14:07

Mon cher Blondé,
Comme toi je suis admiratif des efforts intellectuels déployés par nos amis Pedro, Samuel Malonga, Simba Ndaye et tous les autres Jean-Paul Kitenge Muadi. David M., Claude Kangudie, Lused , etc, etc sur notre site pour assurer le devoir de mémoire.
Je crois que notre ami Simba Ndaye l'avait déjà souligné. Nous ne traduisons pas du mot à mot. Nous essayons de transcrire l'idée principale de l'auteur.
Quant au mot "MOBESU", il signifie ce qui n’est pas encore mûr , donc « vert », "frais" ou "jeune". Lorsqu'une personne meurt à la fleur de l'âge, on dit souvent que: "akufi mobesu", ou "il est mort très jeune". Donc "mobesu" est une image qui signifie jeune, précoce, fais, vert, etc, etc.

Messager