Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Moïse Tshombe :  ″Quand je promets, je réalise″

En 1965, les échéances électorales s’annoncent. Elles vont se tenir  du 18 mars au 30 avril. Les partis et alliances politiques qui se sont formés entrent dans le jeu démocratique, parmi eux la Conaco. Son président national n’est autre que le Premier ministre Moïse Tshombe. Porté par les bons résultats obtenus à la primature, le Chef de l’exécutif congolais se jette dans la bataille afin d'assurer la victoire de sa coalition.

Pour ces premières élections législatives, sénatoriales et provinciales d’après l’indépendance, le slogan du Dr Moïse Tshombe est simple mais fort : ″Quand je promets, je réalise″. Des affiches de propagande sont placardées sur toute l’étendue nationale. Tshombe qui se présente déjà comme le sauveur du Congo demande au peuple de voter massivement pour sa mouvance. Il promet de changer la face du pays en plus de la paix, du travail  et du renforcement de la démocratie. Une fois au pouvoir, la RDC deviendra économiquement indépendante car Conaco est synonyme de progrès.

La Convention nationale congolaise est fondée en février 1965 par Moïse Tshombe en vue du scrutin prévu pour renouveler les deux chambres du Parlement ainsi que les 21 assemblées provinciales. C’est une plate-forme hétéroclite qui regroupe pas moins de 49 partis politiques et associations ethniques. L’objectif affiché de ce cartel est d’assurer l’élection future au suffrage indirect de Moïse Tshombe à la présidence de la République.

Lesdites élections commencent au Katanga Oriental et se terminent dans la province Orientale. A Léopoldville, elles ont eu lieu le 28 avril 1965 dans 570 bureaux de vote. Le scrutin voit une large victoire de la Conaco qui rafle 122 sièges sur les 167 que compte la Chambre des Députés.

 

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article