Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

L’Afrique, malade de ses voleurs politiques

 

En Afrique, la politique est un métier comme tous les autres mais un  métier à part entière. Elle est devenue une drogue qui provoque une grave addiction avec les conséquences désastreuses pour les populations. En près de 60 ans d’indépendance, L’Afrique ne pèse pas dans l’économie mondiale. C’est le continent le moins avancé et le moins développé de la planète. Il ne produit pas ou peu de produits manufacturés malgré ses immenses ressources naturelles. Socialement, les disparités sont grandes entre les riches et les pauvres.

 

Bizarrement, à côté de cette pauvreté notoire s’est formée une classe nouvelle dont  les membres sont majoritairement constitué par les politiciens. Ceux-ci se sont particulièrement illustrés dans le siphonnement des deniers publics au détriment du grand nombre. Les jeunes quittent leurs pays et tentent l’aventure pour l’aventure. Beaucoup sont morts en Méditerranée tandis que d’autres sont vendus comme du bétail en Libye.

 

Même si les causes de la pauvreté du peuple africain sont multiples, l’enrichissement facile et rapide des hommes politiques ne peut tromper personne. Comment peuvent-ils grossir leur compte bancaire sans toucher à l’argent sensé développer leurs pays ? Un dilapidateur des deniers public n’est-il pas simplement un voleur ? Voltaire en sait quelque chose. Lui qui dans certains de ses écrits s’en est violemment pris à l’ordre établi.

 

Après avoir qualifié la politique de moyen pour des hommes sans principes de diriger des hommes sans mémoires, l’écrivain français continue en ces termes :

 

« Dans la vie, il existe deux types de voleurs :

-          Le voleur ordinaire : c’est celui qui vous vole votre argent, votre portefeuille, votre vélo, votre parapluie, etc.

-           Le voleur politique : c’est celui qui vous vole votre avenir, vos rêves, votre savoir, votre salaire, votre éducation, votre santé, votre force, votre sourire, etc.

 

« La grande différence entre ces deux types de voleurs, c’est que le voleur ordinaire vous choisit pour vous voler votre bien, tandis que le voleur politique, c’est vous qui le choisissez pour qu’il vous vole.

 

« Et l’autre grande différence, qui n’est pas des moindres, entre ces deux types de voleurs, c’est que le voleur ordinaire est traqué par la police, tandis que le voleur politique est le plus souvent protégé par une escorte de police. »

 

Les voleurs politiques africains ont tous été pauvres. Le pouvoir leur a donné la possibilité de piller leurs pays en faisant main basse sur les richesses du sol et du sous-sol. Ces pauvres d’hier sont devenus à leur tour des multimillionnaires d’aujourd’hui. L’argent, les honneurs, la gloire, les pots-de-vin aussi bien les fastes de la fonction présidentielle les intéressent plus que le développement du pays ou le  bien-être de la population. La politique devient alors une sorte de maffia où le voleur-en-chef impose sa loi, vole, pille et rançonne son propre peuple au grand jour en organisant un sordide réseau maffieux à travers tout le pays.

 

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Messager 12/09/2019 15:15

Tout ceux qui supportent les voleurs des deniers publics sont complices de la misère du peuple. Tous ceux qui défendent ou qui sont complaisants à l'égard des assassins des congolais ont du sang des millions de congolais sur leurs mains. Qu'ils n'oublient jamais que la voix du sang de toutes ces victimes crient vers l'Eternel.
Messager