Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Nicodème Kabamba, le géomètre du foot congolais

 

Aujourd’hui, les Léopards des années 1968 et 1974 l’appellent affectueusement ″Doyen″. Du haut de ses 83 ans, Kabamba est malade et en état d’asthénie. Il se déplace sur une chaise roulante. Cette vieille gloire congolaise a pourtant été un vrai gentleman sur la pelouse. Mais qui est-il ?

 

 

Nicodème Kabamba wa Kabengu est né le 29 juillet 1936 à Jadotville (Likasi). Comme tout bambin, c’est très jeune qu’il pratique le football. Dans sa ville natale, il joue encore dans la rue dans les équipes de son quartier. Le brillant avant-centre fait trembler les filets adverses dans ses clubs de jeunesse que sont  Royal Sport et Saint Paul de Lusaka. En référence au mouvement des caténaires qui alimentent les trains de la KDL dont la ligne Lubumbashi - Kamina vient d’être électrifiée, ce fils d’ouvrier de l’UMHK (Gécamines) reçoit comme gratification le surnom de Serpent de Rail de la part de ses admirateurs.

 

Au fil des années, son talent ne laisse personne indifférent. Il est vite repéré et recruté par l’US Panda, une des meilleures équipes de sa ville. Kabamba joue dix rencontres avec la sélection de Jadotville. Fasciné, l’entraîneur provincial le retient dans la sélection du Katanga. En ces années-là, Kabamba est devenu une vedette de foot dans la province cuprifère. L’heure de gloire arrive une année avant l’indépendance. Contrairement à la rumeur qui parle de son départ pour Verviers, un certain Lohars, sujet belge travaillant à la Brasserie du Katanga et membre du Standard de Liège négocie son transfert avec le club belge. En 1959, Kabamba accompagné de son épouse, quitte le Congo belge pour la Belgique. Le brillant footballeur a 23 ans.

 

À son arrivée, il trouve deux compatriotes dans l’équipe : Paul Bonga-Bonga et Faustin Nzeza. Freddy Mulongo les rejoint plus tard. Serpent de Rail passe 4 ans à Liège mais joue peu. Il ne dispute en tout et pour que 12 rencontres et marque 5 fois chez les Rouches. Au Standard dont il est double champion de Belgique en 1961 et 1963, l’enfant de Likasi laisse pourtant un record celui d’avoir marqué trois buts en cinq minutes. Kabamba est ensuite transféré à l’Union Namur où il reste jusqu’en 1966.

 

Lorsqu’il rentre au pays à l’appel  du gouvernement pour renforcer l’équipe nationale déjà baptisée Léopards, il rejoint les rangs du Daring de Kinshasa. L’équipe a la chance de bénéficier dans la foulée du retour des Belgicains des services de trois autres joueurs ayant évolué en Belgique notamment Pierre Kasongo, Freddy Mulongo et Ignace Muwawa.  Dans la capitale, Serpent de Rail chance de position et de poste. Il est devenu milieu de terrain. Sur la pelouse, il remplit à merveille son rôle de courroie de transmission entre la défense et l’attaque. Dès sa première saison dans le championnat kinois, Kabamba subjugue le public par ses dribbles, la finesse de son jeu, sa précision dans les passes, ses coups francs millimétrés, son adresse dans l’action, ses penalties imparables et ses buts magistraux. Ces prouesses méritent bien une récompense. Les fanatiques vert-blanc lui donnent le surnom de Géomètre.

 

Convoqué en équipe nationale, l’entraîneur hongrois Ferenc Csanádi lui passe le brassard de capitaine. Il a pour assistant Joseph Kibonge. Kabamba livre une série de rencontres dans le cadre de la préparation à la sixième édition de la Coupe d’Afrique des nations en Éthiopie. La plus prestigieuse est celle qui oppose le onze national congolais au Santos du roi Pelé en juin 1967. Les Léopards sont battus par 2 buts à 1. Serpent de Rail est l’auteur de l’unique réalisation congolaise.

 

 

Sa participation à la CAN 1968 en Éthiopie est effective. Le capitaine des Léopards réussit un doublé contre le Congo-Brazzaville. Géomètre joue les trois matches du groupe B. Blessé, il est sur le banc de touche en demi-finale et lors de la finale gagnée contre le Ghana. A la fin du match, c’est Kibonge qui reçoit la coupe des mains de l’empereur Haïlé Sélassié.

 

Après la CAN, Kabamba pense à son avenir après le foot.  A 32 ans, il estime avoir fait son temps et décide de mettre un terme à sa carrière pour se reconvertir en entraîneur.  Une bourse du gouvernement lui permet de passer deux ans de formation à Liège. Au terme de celle-ci, il est bombardé assistant du Yougoslave Vidinic en équipe nationale. De 1973  à 1974, Il participe en Egypte à  la CAN remportée par les Léopards puis à la Coupe du monde en Allemagne. Kabamba est jusqu’à ce jour, le seul footballeur africain à avoir remporté la Coupe d’Afrique des nations comme joueur et comme entraîneur. Après la glorieuse aventure des Léopards, il va coacher jusqu’en 2003 plusieurs clubs congolais notamment Lubumbashi Sport, Scom Mikishi, Lupopo, Miba Mbuji-Mayi et le DCMP son ancienne équipe.

 

Nicodème Kabamba a marqué le football congolais par ses performances, son exemplarité et son sens du fair-play. Joueur irréprochable, il n’a écopé d’aucun carton pendant sa riche et longue carrière commencée à Jadotville. Pour cette raison, il a reçu en 2012 le trophée UFC (Union de footballeurs du Congo) qui récompense un ancien joueur.

 

Samuel Malonga

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ilunga BUKASA 21/08/2019 16:28

Chers mbokatiers,
Cet article sur Nicodème Kabamba-serpent de rail remet sur le tapis l’apport des footballeurs des provinces en général et de la province du Katanga en particulier au sport national. Je relève que, dans son interview avec Sekele, le vieux Nico explique l’origine de son surnom par l’électrification du chemin de fer Lubumbashi-Kamina et le mouvement de la locomotive sur le caténaire. C’est dans sa mime que l’on peut mieux comprendre.
Kabamba était un jouer élégant, grande de taille et d’allure plutôt frêle. Nonchalant, il était se que l’on appelle en football un faux lent. Il jouait sans presque regarder la balle à ses pieds, il donnait l’impression d’observer quelque chose au loin et changeait constamment de direction en regardant temps tôt à gauche temps tôt à droite. Il avait une technique très supérieure de contrôle et d’orientation de la balle. Il anticipait toujours et évitait les contacts avec les défenseurs. Ce qui pour un avant centre était un exploit, les défenseurs au katanga depuis son époque sont parmi les meilleurs de la RDC.
La fameuse locomotive électrique, qui donnait l’impression de se frayer un chemin en serpentant les montagnes escarper, en entrant à Likasi-Jadotville à Shituru, semblait surgir de nulle part. C’était cela Nico Kabamba. Une revue de l’Union minière (Mwana Shaba) le représentait avec sa tète sur un corps d’un serpent sur le rail. Ayant quitté le Katanga très jeune, il n’a pratiquement plus joué au Katanga. Son dernier match officiel à Lubumbahi date de 1972 à l’inauguration du Stade de la Kenya aujourd’hui Stade Kibassa Maliba. Au cours de cette rencontre CS Imana avait été largement défait par le FC St Eloi Lupopo. Le joueur qui, à mon humble avis, peut donner une idée sur ce qu’était le jeu et l’allure de Nico Kabamba c’est Socrates. Comme Nico Kabamba, il a débuté avant centre et il a fini milieux de terrain au jeu raffiné.
Petits correctifs sur les autres joueurs cités : Dr Mwamba Jacques jouait à Kamina avant d’être recruter par Lupopo. Il est la relève poste poste de Zeke. Kabale service vient de Cercle Benfica de Kolwezi (Manika). Wadile Mfumu est une équipe de Likasi, c’était l’ancien St Christophone.

Messager 21/08/2019 17:56

Merci au compatriote Ilunga Bukasa pour sa contribution on ne peut plus enrichissante. Nos amis du Katanga interviennent rarement. J'avais dėjà soulignė que docteur Mwamba venait de Kamina. Je me suis trompė sur l'ėquipe d'origine de Service Kabake-St.Boniface"Manika" de Kolwezi.
J'ėtais à Lubumashi lors de l'inauguration du Stade Mobutu. Effectivement Lupopo l'avait emportė.
Une suggestion à notre frère Ilunga Bukasa: pouvez-vous nius raconter d'autres souvenirs du foot au Katanga. Nous parler par exemple de Mortier Kilubi. Mutondo alias Bomboko de Lubumbashi Sport, de major Kamulembe, etc.etc.

Messager

Samuel Malonga 19/08/2019 22:03

Je vais m'y mettre.

stef messely 20/08/2019 12:12

Un grand merci!
Je veux vous féliciter pour toutes vos contributions á fin que l'histoire du football congolais ne tombe pas dans l'oubli!

stef messely 18/08/2019 20:44

Voici cet intervieuw avec Kabamba sur son trajectoire
https://www.youtube.com/watch?v=WzmcP56LI-s
Si quelqu'un pourrait le traduire en français, je vous serait três reconaissant,

Messager 19/08/2019 12:25

Stefan,

Je viens de visionner l'interview de Nicodème Kabamba à Sekele TV. Je suggère que l'auteur de l'article, Samuel Malonga puisse la traduire , comme un supplément à sa publication.
Messager

Messager 18/08/2019 23:23

Stefan,
On verra demain.

Messager

Simba Ndaye 18/08/2019 16:32

Des vieux dans les parages?
Mon cher Messager, je ne sens pas du tout concerné. MDR...
Et oui. Le temps passe...mais nos mémoires demeurent alertes.

Messager 18/08/2019 17:26

Le temps file cher Ndaye. Aujourd'hui mon 2e fils fête ses 32 ans. Il est de la gėnėration de DJ Arafat. Ne connaissant pas le pays, il n'arrête de me poser des questions sur notre patrimoine
Messager

Samuel Malonga 18/08/2019 14:02

Messager,
Tes interventions sont d'une très grande importance. Ne dit-on pas que du choc des idees jaillit la,lumière?

Messager 18/08/2019 14:08

Sam,
C'est l'avantage d'avoir des vieux dans les parages.
Messager

Messager 18/08/2019 10:57

Sam,
Mes différentes interventions sur ton article n’ont qu’un seul but : édifier les jeunes sur le passé.
Je te comprends, tu te réfères aux données lues dans la presse. Tu sais, l’histoire du football au Katanga a un rapport avec la situation socio-économique de cette province.
L’Union minière devenue la Gécamines avait des activités sur différents sites au Katanga. Sur ces sites s’étaient développées des villes : Panda autour de Jadotville (likasa), Lubumbashi, Kipushi, Kolwezi, etc, etc.
L’équipe championne de tous les temps de l’Union Minière (Gécamines) au Katanga des années ’40 à aux années ’60 fut L’Union Sportive Panda. Les autres équipes de la Gécamines de niveau relativement moyen furent respectivement : Lubumbashi Sport, Kipushi, et Wadile Mfumu de Kolwezi.
St-Eloi Lupopo est une équipe des chemins de fer, Amato frères, était une équipe des frères Amato, Philipps : équipe d’origine de Kalonzo et Nyembo. Don Bosco : était une équipe des curés comme Daring à Kinshasaa, Donc presque toutes les équipes reflétaient les activités socio-économiques des villes minières du Katanga.

Messager

Samuel Malonga 17/08/2019 19:55

US Panda a aussi donné Tshamala Machine au foot congolais. Plusieurs autres footballeurs dont le bombardier Kalala sont venus de Likasi, tout comme docteur Mwamba, Kabale Service de Lupopo.

Messager 18/08/2019 00:42

Zeke n'est pas de la gėnėration de Tshamala Machine. Quant à Dr Mwamba et Service Kabale, ils ont peut-être vėcu à Likasi, mais ils ont ėvoluė à Kamina avant d'être recrutès dans Lupopo. A cette ėpoque US Panda n'ėtait plus pratiquement active.
Messager

Samuel Malonga 18/08/2019 00:02

Dans un entretien, Tshamala Machine affirme que Docteur Jacques, Zeke, Kapenda et Kabale Service étaient ses amis à Jadotville.

Messager 17/08/2019 20:44

Docteur Mwamba et Kabale viennent de Kamina.

Simba Ndaye 17/08/2019 12:22

Bravo pour cet article extrêmement bien fait. Et fort enrichissant.
J'y retiens, entre autres, deux faits majeurs qui illustrent la grande valeur du joueur, vieux Nico Kabamba:
- Seul africain à avoir remporté, à ce jour, la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) comme joueur (1968) et comme entraîneur (avec Vidinic en 1974).
- N'avoir jamais écopé, tout au long de sa longue carrière, d'un carton (rouge?). Ce seul détail suffit à démontrer la noblesse de cet homme. Chapeau l'artiste.
Simba Ndaye

Messager 17/08/2019 15:33

Chrologiquement, l'ėquipe d'origine de Nicodème Kabamba, à savoir l'Union Sportive Panda est la 1ere ėquipe championne du Katanga, avant le règne du FC. St Eloi Lupopo et TP.Englebert Mazembe. US Panda fut une ėquipe de ll'Union Minière, St.Eloi Lupopo , des chemins de fer"KDL".
Messager