Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

GLENCORE FERME LA MINE DE MUTANDA EN RDC.

Référence : https://www.rts.ch/info/economie/10616500-glencore-ferme-la-plus-grande-mine-de-cobalt-au-monde-en-rdc.html

 

L’actualité économique en Suisse est dominée par l’annonce de la fermeture par Glencore de la mine de Mutanda en RDC . Une manne financière de moins pour la dynastie Kabika et tous ceux qui exploitent les ressources minières pour leurs intérêts personnels.

Cette annonce qui a fait rebondir les cours du Cobalt sur toutes les bourses marque en même temps le manque progressif d’attractivité de ce minerai auprès des fabricants des véhicules électriques, qui sont en train de miser sur des méteaux de substitution .

Une autre raison de cette fermeture est liée au nouveau code minier, mis en place tout juste à la fin du mandat de Kabila.

La chute de la production de Cobalt va certainement peser sur les rentrées financières du gouvernement budgétivore en voie d’être mis en place en RDC. C’est aussi une manière de rappeler que toutes les ressources minières ne sont pas inépuisables. D’où la nécessité d’investir durant la période favorable.

Messager

LE COBALT NE FAIT-IL PLUS RECETTE ?

Le Podcast de « Tout un monde », une émission de la TSR " Télévision Suisse Romande" produite par Céline Tzaud, diffusée le jeudi 08.08.2019  se demande si le le Cobalt ne fait plus recette. Ce qui a, entre autres raisons, poussé  Glencore à fermer une des ses mines les moins rentables en RDC.

Nous vous invitons à suivre les explications des spécialistes suisses sur cette fermeture. Vous y découvrirez des détails très intéressants sur l’avenir du cobalt sur le marché mondial. 

 

Glencore ferme la plus grande mine de cobalt au monde en RDC

Le siège de Glencore à Baar, dans le canton de Zoug.
Glencore ferme la plus grande mine de cobalt du monde en RDC Le 12h30 / 1 min. / hier à 12:35
Glencore a annoncé mercredi suspendre les activités de la mine de Mutanda, en République démocratique du Congo. L'entreprise zougoise d'extraction et de négoce de matières premières invoque des raisons économiques.

La majorité du cobalt est extrait en République démocratique du Congo, et la mine de Mutanda fournit un cinquième du cobalt mondial. Ce minerai est d'ailleurs considéré comme celui du futur: il est utilisé pour produire des batteries rechargeables et se retrouve donc dans les appareils électroniques - les ordinateurs, les téléphones mobiles - et dans les voitures électriques, dont la production augmente chaque année.

Mais Glencore ferme cette mine pour des raisons économiques. La multinationale suisse présente mercredi des résultats décevants et Mutanda n’est pas rentable.

Augmentation des taxes

Glencore invoque les nouvelles taxes en RDC, qu'il a combattues en vain. Le gouvernement de Kinshasa a en effet fait passer les taxes sur le cobalt de 2 à 10% l'année dernière, car il veut tirer profit lui aussi de ses richesses minières.

Mais il y a un autre facteur majeur qui explique la fermeture de la mine: le prix du cobalt, qui a chuté de 40% cette année.

Le boom des voitures électriques n'a pas eu lieu

Pourquoi le prix du cobalt s’effondre-t-il, alors qu'il s'agit d'un minerai d’avenir? Il y a quelques années, les investisseurs ont misé sur ce minerai, rêvant du boom des voitures électriques. Le prix du cobalt a donc flambé en mars 2018. Son extraction a fortement augmenté, il y a eu une vraie ruée sur le cobalt en RDC... mais le marché des voitures électriques, lui, n’a pas encore explosé. Résultat: la production est plus importante que la demande et les prix s'effondrent.

Mais la situation pourrait changer bientôt. Le prix du cobalt devrait reprendre des couleurs grâce à l'annonce de Glencore. Et le marché des voitures électrique devraient continuer à se développer. D’ailleurs, le géant zougois n’a pas prévu de fermer définitivement sa mine. Il suspend ses activités, à partir de la fin de l’année. Et il pourra la remettre en activité, quand sa rentabilité sera de nouveau assurée.

Sandrine Hochstrasser/jvia

Publié hier à 13:10 - Modifié hier à 13:12

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Simba Ndaye 12/08/2019 23:33

Mon cher Messager,
Tu disais il y' a quelques jours, je te cite: ''Le développement des projets communautaires devrait être imposé à toutes les grandes entreprises, à l'instar des grandes entreprises de l'époque coloniale et post-coloniale: Gécamines, Onatra, Cotonco etc...''.
Je n'ose pas y voir une relation de cause à effet direct. Mais il y' a quelques jours, une ordonnance portant création d'une cellule d'appui aux projets d'urgence intégrés de développement communautaire (CAPUIDC) a été publiée. Comme quoi, il ne faut pas désespérer.
Sauf qu'en décortiquant la dite ordonnance, aucun lien n'y est formellement référencé en rapport avec les dispositions du code minier qui affecte 0.3% du chiffre d'affaires des sociétés minières au profit de ces projets de développement communautaire. Il n'y a donc pas de strict cadrage et à mon humble avis, ce flou est inquiétant. Mon objectif n'est pas de faire un procès d'intention.
Mais bon! Comme le disait Pierre Reverdy: ''Il n'y a pas d'amour. Il n'y a que des preuves d'amour...''. Des preuves! C'est ce que nous devons demander, que dis-je! nous devons exiger pour le strict respect de ces engagements.
Des preuves, rien que des preuves. Afin que cet argent ne se retrouve pas sur des comptes privés à l'étranger.
Simba Ndaye

Messager 13/08/2019 04:34

Amen

Simba Ndaye 11/08/2019 00:04

Tiens! Je n'avais pas fait ce rapprochement, mon cher Messager.
Tu as entièrement et ceci explique tout. Il n'y a pas de hasard.
Simba Ndaye

Simba Ndaye 10/08/2019 00:18

Tout à fait, mon cher Messager.
En ce qui concerne les projets communautaires, nous allons bien voir si les dispositions du nouveau code minier seront respectées. Ce sera le test absolu pour les nouvelles autorités.
Et à ce propos, comme la plupart des sociétés minières opérant en RDC, Glencore devrait faire profil bas. Pourquoi?
Eh bien, parce qu'il est avéré que ces sociétés ont versé des centaines de milliers de dollars à des soit-disant lobbyistes congolais en vue de torpiller le nouveau code minier avant sa promulgation. Ou, à tout le moins, afin d'atténuer les dispositions qui les frappent au portefeuille. Que nenni!
Ces géants miniers devront passer à la caisse, s'ils veulent continuer leur business si lucratif. Ces gens ne sont pas des philanthropes, loin s'en faut. Je rappelle que Glencore ne s'est pas désengagé de RDC. Il a prudemment et opportunément ''suspendu'' les activités sur la mine de Mutanda.
La principale raison de cette décision, qu'elle veut cacher, c'est que cette entreprise helvétique se retrouve avec plus de 10.000 tonnes de cobalt invendues. Et ça, les marchés n'aiment pas; Et pourtant, même dans cette mauvaise conjoncture, le bénéfice net de Glencore s'établissait quand même à 226 millions de dollars au 1er semestre 2019 tandis que son résultat d'exploitation, même s'il fléchit, frôle tout de même les 6 milliards de dollars.
Alors, de qui se moque-t-on?
Simba Ndaye

Messager 10/08/2019 08:05

Cher Ndaye,
Je suis en accord avec toi sur toute la ligne. Où avait lieu la dėsignation du candidat de l'opposition ? N'est-ce pas à GENEVE?
Ça dit tout.
Messager

Simba Ndaye 09/08/2019 16:06

Cher Messager,
Tu as mis sur la table un sujet qui doit nous interpeller toutes et tous.
Pour ma part, il appelle au moins trois observations:
1. C'est le cas typique de ce que les économistes qualifient de ''Loi de l'offre et de la demande''. Pour des raisons essentiellement spéculatives, le prix du cobalt avait grimpé de manière déraisonnable. Or le marché et les perspectives s'étant contracté, les prix ont naturellement reflué. Le mécanisme est normal. Le boom des voitures électriques ne s'est pas (encore) confirmé. Et comme l'objectif premier de ces grands groupes capitalistes comme Glencore est de gagner le plus d''argent possible, ils suspendent la production dans la mine de Mutanda pour ne pas aggraver la surproduction. Gageons que dans quelques mois, lorsque le marché se sera stabilisé, ils vont reprendre les activités. Il y en va de leur intérêt.
2. Glencore hurle sur tous les toits que le nouveau code minier le pénalise. C'est une plaisanterie de très mauvais goût. Pour mémoire, la redevance sur les minerais stratégiques doit passer de 2%, taux absolument ridicule, à 10%. En outre, le nouveau code oblige les sociétés minières à affecter 0,3% de leur chiffre d'affaires au développement de projets communautaires. Ce n'est que justice. Et ce ne sont pas ces 0,3% qui vont mettre ces géants sur la paille voyons! Ici se pose de manière vertigineuse l'éternel problème que Félix Houphouet-Boigny appelait déjà il y' a 40 ans, ''la détérioration des termes de l'échange''. Autrement dit, le droit que s'arrogent les sociétés et les grands groupes occidentaux de fixer, en fonction de leurs propres intérêts, les prix de nos matières premières. Ne nous y trompons pas. Aujourd'hui, les Chinois également participent à cet esclavagisme des temps modernes. D'ailleurs; les Chinois disposent d'un quasi-monopole sur la production des batteries pour véhicules électriques. En d'autres termes, tous les impérialismes se valent.
3. Ces minerais sont au Congo. Ils n'iront nulle part. Qu'ils soient exploités aujourd'hui ou demain, cela ne change rien. En revanche, CE QUI DOIT CHANGER, c'est la mauvaise gouvernance. Et là, rien n'est moins sûr. A supposer que les dispositions du nouveau code minier soient respectées et entraînent de nouvelles et substantielles rentrées fiscales, qui peut nous garantir aujourd'hui que cette manne financière sera bien gérée? Personne!
Conclusion: le dossier Glencore n'est qu'un symptôme de deux maladies dont la RDC doit se débarrasser coûte que coûte: la pérennisation des intérêts égoïstes d'une petite caste de prédateurs au détriment de l'immense majorité du peuple congolais qui croupit das la misère, couplée à la maauvaise gouvernance que nous avons connue hier et que nous connaissons toujours aujourd'hui.
Simba Ndaye

Messager 09/08/2019 18:34

Mon cher Ndaye,
Le dėveloppement des projets communautaires devrait être imposė à toutes les grandes entreprises, à l'instar des entreprises de l'ėpoque coloniale et post-coloniale: Gėcamines, Onatra, Cotonco, Plz, etc,etc.

Messager

Zenga mambu 08/08/2019 21:53

C'est du chantage de ces puissants exploitants qui ont toujours acheté à vils prix nos minerais et, maintenant, nous devons tout faire pour diversifier notre économie. Nos minerais doivent être vendus au plus offrant. Voyons, si les chinois ou les américains se présentent pour en acheter, on leur offre le produit à prix bénéfique pour notre trésor public. Félix doit profiter de ce boom cobalt pour reconstruire le pays par ses ventes.