Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Le patronyme congolais le plus long

 Lorsqu’un enfant naît, le premier réflexe des parents est de lui donner un nom de famille qui sera son éternelle identité. Particulièrement lié à la parenté ou à la tribu, son apparence physique est bien souvent trompeuse. N’étant pas la propriété exclusive d’une province quelconque, certains patronymes se retrouvent dans plusieurs contrées du pays. On rencontre par exemple des Kasongo au Bandundu, au Kasaï, au Kivu et au Katanga ; des Mampuya au Kongo Central et au Kasaï. Il ne faut donc pas seulement se fier au patronyme pour déterminer la province d’origine du Congolais.

Dans plusieurs tribus et ethnies, l’enfant est nommé conformément à la coutume. Certains patronymes sont hérités suite aux circonstances heureuses ou malheureuses vécues par les géniteurs ou les membres de la famille restreinte. Les noms des parents décédés ou en vie sont portés par des enfants issus de la lignée. Ainsi survivent-ils par delà leur décès à travers les noms qu’ils ont légué au lignage.

A l’époque du recours à l’authenticité, les postnoms ont quelque peu défié les noms de famille par leur taille et parfois par leur extravagance sans pour autant le supplanter. Le patronyme congolais a un socle bantou. Catégorisés selon le nombre de syllabes dont ils renferment, on distingue des noms monosyllabiques, bisyllabiques, trisyllabiques, quadrisyllabiques, pentasyllabiques, hexasyllabiques et heptasyllabiques. Dans la complexité ethno-tribale qui a caractérisé leur création,  les noms simples côtoient les patronymes composés, les unisyllabiques toisent les polysyllabiques dans le forum culturel de la patronymie congolaise.

Si le nom simple paraît la règle, plusieurs Congolais ont porté des noms composés bien avant la politique de  recours à l’authenticité promue par Mobutu. Les plus célèbres sont sans doute ceux de Kasa-Vubu, Mpanu-Mpanu, Nsengi-Biembe, Umba di Lutete, Bonga-Bonga. Obligés d’acceper la disparition provisoire des prénoms occidentaux, les noms simples ont évolué après 1971 en s’associant aux postnoms.

 

Dans d’autres tribus dont les Yansi, existent des patronymes seulement composés de consonnes. Ils sont entièrement privés de voyelles. Ce fait ne saurait être unique vu la diversité des groupes ethniques qui peuplent le Congo. Le cas du journaliste Kwebe en est la parfaite illustration. Selon ses propos, il s’appelait Nkb (nombril) à sa naissance. Plus tard, on ajouta des voyelles qui manquaient pour donner à son nom une prononciation appropriée et sûrement pour faciliter sa lecture par les non Yansi.

Concernant les noms multisyllabiques, il semble que les patronymes les plus kilométriques se trouvent au Kongo Central. Avec une dénomination à sept syllabes, l’ancien international Alain Kaluyitukadioko possèderait le nom le plus long du Congo. Son patronyme est tellement élastique qu’il est pour beaucoup pratiquement imprononçable. L’intéressé l’a vite compris. Pour simplifier les choses, il le divisa en deux éléments distincts. Le footballeur s’appelle désormais Kaluyituka Dioko parfois transformé en Dioko Kaluyituka. Cette modification graphique a fait perdre à ce nom son essence originale et sa signification originelle, celles-là même qui faisaient sa particularité et sa singularité. Dans la graphie kongo, ce terme qui est une vraie locution s’écrit en un seul mot.

Tenant compte de leur structure graphique, le nombre de syllabes contenus dans un nom détermine sa longueur. Pour circoncire ce fait, la classification ci-dessous donne tant soit peu un éventail de la dimension orthographique des patronymes congolais.

1 syllable : Mbo, Mpia, Pi, Mbu.

2 syllables : Ntumba, Lembi, Tambwe, Longo, Fula.

3 syllables : Ombazi, Makenga, Boloki, Kazadi, Tabalo.

4 syllables : Masukisa, Ramazani, Mukwisila, Masumbuku, Tshimbalanga.

5 syllabes :Luyinduladio,Kisolokele,Nzoimbengene,Bifukilanga, isengomoka.

6 syllables : Kalumonimoko

7 syllables : Kaluyitukadioko

Y a-t-il au Congo des noms de famille de plus de sept syllabes ? Existent-ils aussi d’autres patronymes uniquement formés des consonnes ? Peut-être se cachent-ils quelque part, aux mbokatiers de les trouver.

Samuel Malonga

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marko 28/06/2019 16:53

Oui, Dans le Kasai il y a aussi de long noms avec des significations précises:

Exemple:

Kabakatusekelela

Scrabble à 8 syllabes
Traduction: Ils ne nous ont pas accueilli (avec joie); allusion faite (par les parents) pour leur nouveau Bébé que les autres ont boudé

Marko

Samuel Malonga 21/06/2019 22:41

Nous ajoutons ce nom décasyllabique qui existe chez les Basakata dans notre classification des patronymes congolais les plus longs. Avec ses dix syllabes, "Ndendenalayamendendenankwe", qui est aussi un proverbe est enore plus kilométrique que celui de notre ancien Léopard.

Norbert MBU-MPUTU 21/06/2019 01:16

LE PROBLEMES DES NOMS AUTHENTIQUES

C'est tout un problème, la transcription de nombreux noms. Dans la plupart des tribus, des noms proviennent parfois des proverbes, selon le proverbe disant que "les noms qu'on donnent aux chiens sont souvent des allussions contre les voisins". Lors de leurs transcriptions, à cause de la peur du "Mundele" (Bula matari), ou à cause de la difficulté à les prononcer, le Blanc, le prêtre, le curé, le pasteur transcrivait souvent ce qu'il entendait ou ce qu'il voulait... "Ngalula" devenu "Malula"; "Olonsay" et "Matsanmamena", chez les Basakata, provenant des proverbes "Olonsay k'itoo, dra mbli e bee" (La beauté des champignons c'est la matin lorsqu'ils sortent des terres, mais veuillez attendre le soleil se lever), et "Matsan ma mena, ukwe ajibi" (Des amitiés du bout des lèvres, le coeur seul sait la vérité), sont devenus "Boronse" et "Etwamina", n'ayant plus aucun sens.

Ainsi donc, chez les Basakata, il existe de long patronymes comme "Ndendenalayamendendenankwe" (le même qui partage le pain avec moi, un ami, un camarade, c'est le même qui se met à critiquer chez autrui), abrégé en Ndendenayame; "Iywelepememboi", provenant du proverbe "Iywelepememboi nde ne olee me omboi bi ya iywe le mpe nde" (les bons conseils prodigués à un homme devenu pauvre, il dit qu'il est devenu pauvre à cause de ses mauvais conseils, alors qu'il était déjà pauvre avant mes conseils), "Ubeaviimba-ulwealaotsek" (C'est un homme laid qui coupe les noix de palme et c'est un beau monsieur qui bouffera la mwambe, puisque la dame cherchera un homme beau à qui elle preparera à manger).

Samuel Malonga 20/06/2019 20:52

Erratum
Pour les noms contenant 5 syllables. il faudrait lire DISENGOMOKA au lieu de Isengomoka.