Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Le derby V.Club – Daring et le penalty de Lotoma

 Référence: http://www.mbokamosika.com/article-derby-v-club-vs-daring-de-1967-115616786.html

Depuis les années 50, V.Club et Daring n’ont rien de commun à part la couleur verte que les deux équipes se partagent. Leur rivalité légendaire n’est plus à démontrer. Déterminés, les joueurs descendent sur la pelouse avec la seule intention de gagner. Le match des éternels rivaux draine toujours un public conséquent. Pour le pronostic, les supporters se livrent a une belle empoignade verbale. Chaque équipe veut gagner pour l’honneur !

L’origine de la rivalité sportive entre les deux clubs kinois remonte à leur fondation. Elle a ensuite été entretenue pendant des décades par la  concurrence tenace qui les a toujours habitées. Le flambeau de cette inimitié sportive est passé de génération en génération. Cet antagonisme n’a pris aucune ride. Hier tout comme aujourd’hui, l’émulation tacite qui les habite est restée intacte.

Le stade Tata Raphaël, temple du football congolais à l’époque, est toujours rempli comme un œuf. Les supporters des deux formations aiment être témoins de l’événement. Combien sont-ils sur les gradins des pourtours ou dans les tribunes ? Peut-être 80.000 voire 100.000 spectateurs. Ce classico est l’un des matches les plus disputés du championnat kinois. C’est le rendez-vous sportif de tous les dangers et de toutes les passions au cours duquel les supporters parfois délirent.

Cette rencontre de vérité débute le plus souvent vers 16 heures lorsque la température baisse. Mais le stade est plein dès le début de l’après-midi. C’est sous une chaleur suffocante que le public amassé sur les gradins attend impatiemment la confrontation entre les deux frères ennemis. La signature de la feuille du match par les capitaines des deux formations accompagnés de leurs adjoints est l’acte qui annonce la couleur. Lors de ce derby,  le temps semble comme s’être arrêté, car Kinshasa vit 90 minutes de suspens intense et d’émoi à couper le souffle. Cœurs sensibles s’abstenir. La délivrance pour les uns et la consternation pour les autres commencent au dernier coup de sifflet de l’homme en noir.

En 1967, pour le compte du championnat de l’ASKIN (Association sportive de Kinshasa), les deux équipes se rencontrent pour une énième fois. Le Français Desacre, entraîneur de V.Club aligne Ezando, Mange, Kibonge, Mayaula, Kembo, Bakekole Lumumba, Kalambay Sukisa. Daring se présente sur la pelouse avec Souplesse Ebengo, Kabamba, Muwawa,  Mpembele Ngunza, Likimba, Mampuya Lepère. Pour la circonstance, V. Club  est tout de noir vêtu, tandis que Daring porte un maillot vert avec une culotte rayée. L’affrontement est officié par le sulfureux arbitre Albert Lotoma.

La rencontre entre ces deux formations rivales est toujours âprement disputée. Les buteurs du jour sont Kibonge et Mayaula pour V.Club ; Kabamba et Ngunza pour le Daring. Alors que l’on s’achemine vers un nul, sur une descente dangereuse, les vert-noir obtiennent un penalty sur faute de main commise dans la surface par  un défenseur vert-blanc. Mais est-elle réellement une faute ? Est-elle réellement volontaire ? Albert Lotoma qui a apprécié à sa manière, siffle et accorde un penalty à V. Club. Le Brazzavillois Bakekole dit Lumumba se charge du coup de pied de réparation. Il est seul devant le gardien Souplesse Ebengo à qui il ne laisse aucune chance. Sa balle frappe le montant gauche avant d’échouer au fond des filets. V.Club remporte le derby par 3 buts à 2. Au coup de sifflet final, les moscovites ivres de joie et de bonheur envahissent le terrain.

Ce tir de réparation accordé à V. Club à la 85e minute est resté ancré dans l’esprit collectif des sportifs kinois. C’est le penalty le plus célèbre du foot congolais. Il a fait couler beaucoup d’encre et de salive aussi beaucoup de larmes. Il a fait jaillir la joie pour les uns, la colère et l’incompréhension pour les autres. Et les avis divergent lorsque l’on est véclubien ou daringman. L’arbitre Lotoma qui sur le terrain était le seul maître après Dieu a-t-il eu raison de siffler cette faute ? En tout cas, 50 ans plus tard, personne n’a oublié. Son coup de sifflet accordant le penalty continue jusqu’à ce jour de raisonner dans les oreilles de certains amoureux du ballon rond. La main ou le bras sur un terrain de football reste la faute la plus discutée et semble-t-il la plus difficile à interpréter de toutes les lois et règles édictées par la FIFA.

Nous avons trouvé dans les archives de British Pathé, un extrait de ce match mémorable. On y voit tous les cinq buts marqués pendant cette rencontre y compris la faute de main qui a précédé le fameux penalty.

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Simba Ndaye 06/05/2019 19:01

Sam,
Encore une fois un grand merci pour ce moment d'histoire, d'autant que ces archives sont aujourd'hui quasi introuvables.
Toutefois, permets-moi, en toute partialité, je le reconnais (étant un Vclubien acharné) d'affirmer que le pénalty était avéré (rires).
Dans tous les cas, que d'émotions de visionner ce film vieux de plus d'un demi-siècle. Et bravo pour la qualité de ton papier qui l'accompagne.
Simba Ndaye