Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Traduction de "MOTO AKOKANA NZAMBE AKOSUKISA"

                 Rochereau et l’African Fiesta National Le Peuple

 

 

"Moto akokana Nzambe akosukisa" est sorti vers 1970 peu de temps avant le passage à l’Olympia de Paris de Rochereau et son African Fiesta National Le Peuple. Ce titre était inclus dans le répertoire de cette soirée mémorable. La chanson est la complainte d’une femme dont le mari volage lui fait voir de toutes les couleurs. Cette dame qui ne pourrait être que Georgette Mowana dite Tété avait pourtant dans sa jeunesse demandé à Dieu de l’épargner d’être l’épouse d’un homme célèbre. Et pourtant comme dans un rêve, c’est le contraire qui s’est réalisé.

 Samuel Malonga

 

 

Ndenge ngai nalinga yo

La façon dont je t’ai aimé

Banda mokolo ya liboso na komona somo

M’a horrifiée dès le premier jour

Nayebaki nionso oyebana

Je savais que tu étais célèbre

Nayokaki pe sango basi baleka yo

J’ai aussi appris que tu avais beaucoup de maîtresses  

Lelo nakotuna na motema

Aujourd’hui je me demande franchement

Ndenge nini na namipesa na yo

Comment je me suis adonnée à toi

Na mosika nazalaki koyina yo

Pourtant je te détestais

Nalinga te bapesa sango na yo

N’acceptant pas qu’on me parle de toi

Nasengaki na Nzambe e e

J’avais supplié le bon Dieu

Mobali ayebana nakobala te

De m’épargner un mari renommé

Lelo lokola ndoto o o

Aujourd’hui comme dans un rêve

Nakomi na maboko ya mobali ayebana

Je suis dans les mains d’une célébrité

 

Paroles

L’homme propose

Moto akokana Nzambe akosukisa

L’homme propose Dieu dispose

 

Nayebaki nionso basi baleki yo o o

Je savais que tu avais beaucoup de concubines

Kobala vedette nalapaki na Nzambe

J’avais pourtant juré de ne jamais épouser une vedette

Moto akoka Nzambe akosukisa

L’homme propose Dieu dispose

Naboyi mibali nionso na mokili

J’ai oublié tous les hommes du monde

Kaka po ya mobali ayebana ti na sanza

Pour celui qui est connu jusqu’à la lune

Libala ekufa libala ezonga

On se quitte mais on finit par se réconcilier

Muana ya Tabu osali nga nkisi e

Tabu fils, tu m’as envoûtée avec le fétiche

Nalobaka te kasi nakomela bazua

Je suis taciturne mais je maîtrise ma jalousie

Bipayi binso o nakolandaka yo

Je te suis partout où tu vas

Nakoniokuama nzoto bambanda baleki

Je souffre parce que j’ai trop de rivales

L’amour oyo l’amour ya somo

Cet amour est vraiment terrifiant

Nateki molimo likolo na yo dis ye

J’ai vendu mon âme à cause de toi

Kolobisa muasi nga nabanda se kolela

Je pleure lorsque tu parles avec une autre femme

Kozela na ndako noki nakomela poison

Je préfère t’attendre à la maison au risque de m’empoisonner

Nalingi oyeba l’amour ekomi dangereux

Sache que  cet amour est devenu dangereux

 

Paroles

Dangereux…

Moto akokana Nzambe akosukisa

L’homme propose Dieu dispose

 

 

Traduction réalisée par Samuel Malonga

Tous droits réservés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

niyi 18/02/2019 21:40

Thanks Messenger, Samuel Malonga, David and everyone else posting regularly. Keep the music playing

niyi 18/02/2019 21:37

are there three vocalists singing here? I hear Ndombe Opetum and Rochereau himself, who is the third singer?

Simba Ndaye 16/02/2019 21:32

Dont acte.

Simba Ndaye 15/02/2019 23:39

Na yokaki pe sango basi baleka yo
Na yebaki nionso basi baleki yo o

Sam,

J'ai toujours cru que ces deux phrases disaient stricto sensu la même chose. Seulement, tu traduis l'une par ''maîtresses'', l'autre par ''concubines''. Or, il me semble que ces deux termes ne rendent pas la même substance. Le premier part du principe que notre héroïne ''constate'' simplement que son homme possède plusieurs conquêtes. Cependant, le second lui fait accepter de n'être que l'une de ces conquêtes. Entre constater et accepter, il y'a un fossé, me semble-t-il.
Beaucoup d'hommes se reconnaîtront dans cette situation. L'épouse peut être au courant de l'existence de la ''mwasi ya libanda''. Toutefois, elle peut ne pas l'accepter. Or, si elle l'accepte, celle-ci devient la ''deuxième bureau'' officielle.

Peut-être que je me trompe dans l'interprétation de maîtresse et concubine.

Simba Ndaye

Samuel Malonga 16/02/2019 20:14

Dans mes écrits j'évite des répétitions en privilégiant l'emploi des synonymes. Notons que plusieurs conquêtes féminines deviennent des maîtresses confirmées et entretenues comme il se doit par le mari. Il y a aussi plusieurs "bureaux" qui ont vécu et fait des enfants avec leurs concubins sans que la la première femme ne soit au courant.

Pedro 16/02/2019 10:04

J'ai aussi remarqué la variation. Mais, je ne l'ai considérée, exactement, que comme une variation. Moi-même, j'aime faire ça. Si je sens que j'aurai pu utiliser deux mots et je dois choisir entre les deux, je profite d'une répétition de l'idée dans un autre vers pour utiliser l'autre mot. Il y a quelques jours j'ai traduit sur YouTube la chanson Lubamba de Sam Mangwana, et j'ai fait cela.

Pedro 15/02/2019 17:10

En écoutant cette chanson aujourd'hui, j'ai eu la sensation d'être en train d'écouter la chanson Even des Bantous de la Capitale. Even. Even. Vacances esili e, nazongi capitale. Kokende nazali kokende motema motondi na mawa. Soki nakanisi ndenge tobinaki Tchao, bacinéma pe bapikiniki...