Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

    1. Mont Stanley

Le 30 juin 1960, après les festivités qui ont marqué l’entrée du Congo dans le concert des nations libres, le président Kasa-Vubu se rend dans la résidence qui lui est destinée vu ses fonctions. En effet, selon la volonté du colonisateur, le Président de la république dispose du Mont Stanley alors que ses bureaux se trouvent dans l’enceinte du Palais de la Nation appelée Parlement à l’époque. Situé dans la commune de Ngaliema, le Mont Stanley  est la résidence du gouverneur de la province de Léopoldville qui à l’époque englobe la capitale, le Kongo Central et l’ancienne province de Bandundu. Si Kasa est installé au Mont Stanley, le Premier ministre Patrice Lumumba se voit octroyer l’ancienne résidence du Gouverneur général du Congo belge à Gombe.

        2. Mont Ngaliema

Mobutu qui prend la place de Kasa-Vubu au terme de son coup d’État non sanglant s’installe au Mont Stanley. Mais avec la politique de recours à l’authenticité qu’il instaure en 1971, le site change de nom et prend le patronyme du grand chef Téké qui a signé des accords avec Stanley. Au fil de temps, le Général y apporte des améliorations. Il y plante la paillote présidentielle  où il reçoit de nombreux invités sans oublier le petit zoo et surtout le théâtre de Verdure construit en 1970 sur le modèle des amphithéâtres de Rome et de la Grèce antiques.

    

     3. Palais de la Nsele

En 1967, Mobutu totalise près de deux ans au pouvoir. Il cherche un endroit pour écrire l’histoire du MPR. Le site paradisiaque de la Nsele est choisi. Le manifeste du parti y est promulgué, une stèle y est érigée et la Cité du parti voit le jour. Mobutu, maître des céans, se fait bâtir un palais avec des jardins et des pagodes qui ont servi de modèle au palais chinois de Kawele. Le maréchal n’y réside pas mais la résidence est entretenue de façon conséquente. Mobutu n’aime-t-il pas le luxe ? N’est-il pas fasciné par l’extravagance ? Le  décor féerique de la Nsele qui a marqué la vie du parti unique n’est plus de nos jours que l’ombre de lui-même.

 

    4. Résidence au camp Tshatshi

Dans les années 80, Mobutu qui craint beaucoup pour sa sécurité délaisse le Mont Ngaliema. Il se fait construire une nouvelle résidence au camp Tshatshi. C’est dans cette garnison que se trouve caserner les éléments de la DSP (division spéciale présidentielle) alloués à sa sécurité personnelle et à celle de toute sa famille. Dans les années 90, il n’y vit que lorsque sa présence à Kinshasa est nécessaire.  C’est dans la bibliothèque de cette somptueuse villa que le guide s’adresse souvent à la nation. Elle est de fond en comble pillée à la fuite du dictateur (voir photo).

   

 

   5. Le palais de Gbadolite

Lorsque Mobutu arrive aux affaires, Gdado est un village perdu dans la forêt équatoriale. Peu à peu, il le transforme en ville avec des bâtiments modernes et un aéroport international. Il fait construire sur une superficie de 15.000 m² des somptueuses demeures. Le principal et le plus important de cet ensemble composé de plusieurs bâtiments est un édifice éléphantesque, le palais des Bambous surnommé aussi le Versailles de la jungle. Ce véritable château au cœur de la forêt équatoriale est l’œuvre de l’architecte franco-tunisien Olivier-Clément Cacoub. C’est là que le maréchal donne des réceptions pompeuses et reçoit ses hôtes de marque. Outre les deux léopards en bronze qui gardent l’entrée, il y a aussi le buste de mama Yemo et le caveau familial sans oublier la chapelle Marie-la-Miséricorde avec son imposante croix métallique et ses douze cloches. C’est là que chaque 24 décembre, Mobutu assiste à la messe de minuit retransmise en direct à la télévision nationale. Aujourd’hui, ce petit paradis mobutiste est rongé par le temps et la nature. La première ville construite par les Congolais après l’indépendance a connu des pillages à répétition.

   

   6. Les palais de Kawele

A une dizaine de kilomètre de Gbadolite, Mobutu fait bâtir deux autres résidences luxueuses mais plus petites que le Palais des Bambous. Ce sont en quelque sorte ses hôtels particuliers. Le Nid d’aigle est construit sur une colline. Cet impressionnant édifice est tout en marbre. C’est la résidence privée du Guide.  Elle dispose de plusieurs piscines et d’une piste d’atterrissage pour hélico. Le palais chinois est composé des pagodes, des fontaines et des  jardins. Il est construit par les ouvriers venus tout droit du pays de Mao sur le modèle du palais de la Nsele. Son fonctionnement est un gouffre financier car il coûte annuellement 150 millions de dollars aux contribuables zaïrois. Ces deux demeures qui ont valu au maréchal le surnom d’aigle de Kawele n’ont pas résisté aux saccages qui ont suivi la fin de son régime.

    

   7. Le palais de Marbre

En 1970, Albert Ndele est gouverneur de la banque nationale du Congo. Il commence sur les collines de Binza au quartier Ma Campane la construction de  sa résidence officielle. Conçue par l’architecte Fernand Tala Ngaï, la structure circulaire est  construite avec du marbre venu d’Italie. Mais le palais est vite réquisitionné par Mobutu qui le fait passer sous le contrôle de la présidence. Puis il devient  le lieu d’accueil des hôtes de la république. Henri Kissinger et Nelson Mandela y ont séjourné pendant leur visite au Congo. En 1997, lorsqu’il devient président, le palais de Marbre devient la résidence officielle de Laurent-Désiré Kabila. Il y est assassiné en 2001. Depuis sa disparition, cette demeure est devenue la résidence de sa veuve.

   

   8. Le palais de Lisala

A la présidence, Mobutu n’a pas oublié son lieu de naissance. Dans cette ville qui l’a vu naître et grandir, Mobutu a commencé à construire un palais dans les années 90. L’ensemble est constitué par un complexe de trois bâtiments en marbre. Le but est d’en faire un hôtel particulier où devrait résider le président lors de ses passages dans sa ville natale. Construit à plus de dix mètres du fleuve, le premier étage donne une vue splendide sur les eaux du Congo. Sur le fronton de l’entrée principale se trouve une plaque sur laquelle sont marquées les initiales du couple présidentiel : M B : Mobutu Bobi. Ce palais qui a englouti des millions est abandonné et en ruine. Entièrement pillé en 199, il est aujourd’hui transformé en une école de fortune. Le salon d’honneur, les chambres à coucher et plusieurs autres pièces sont devenus des salles de classe.

   

     9. Le MS Kamanyola

Le yacht présidentiel est un véritable palais naviguant. Construit en 1947 sous le nom de Général Olsen, C’est un courrier colonial sorti des chantiers navals d’Hoboken. En 1967, Mobutu le réquisitionne et le baptise d’abord du nom de MS Mobutu puis Kamanyola en souvenir de la bataille où il a failli perdre la vie en 1964. Le bateau connaît une véritable métamorphose et se transforme en un véritable château flottant au luxe démesuré. Rallongé de 4 mètres, le bateau dispose d’un héliport. de trois appartements VIP dont celui du président, d'une salle de banquet pour une centaine d'hôtes, d'un salon de coiffure, d’une cave à  vins, de soixante cabines, ainsi que de dortoirs pour la troupe dont des plongeurs autonomes. Le yacht est aussi équipé de radars et de communications satellite cryptées. Le house-boat servira de refuge à Mobutu pendant les moments difficiles des années 90 lorsque la contestation avait atteint son paroxysme. Ce qui lui vaudra le surnom de crocodile. A son arrivée au pouvoir, Laurent-Désiré Kabila le rebaptisera Lemera, du nom de la ville où fut fondée l’AFDL. Aujourd’hui, l’ancien palace flottant de Mobutu est amarrée aux chantiers navals de Ndolo.

   

       10. Le Palais de la Nation, Kingakati et GLM

Au lendemain de son installation à la présidence après l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila en 2001, Joseph Kabila s’installe provisoirement à la Cité de l’Unité Africaine. Puis il déménage pour le Palais de la Nation, Dès cet instant, cet édifice où a été proclamée l’indépendance est de fait devenu la résidence officielle du président de la république démocratique du Congo. Mais vite, il déménage. Si Mobutu est parti se terrer à 1500 km de Kinshasa à Gbadolite, Joseph Kabila par contre se cloitre dans ferme de Kingakati à quelques encablures de la capitale. Il passe aussi de nombreux séjours dans l’immeuble la Raquette GLM (Groupe Litho Moboti) qui selon certains est devenu sa propriété privée.

  

   11. Villa de la Cité de l’U.A Pour Fatshi

Au lendemain de la proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle, Félix Tshisekedi est logé au Béatrice hôtel non loin de la gare centrale de Kinshasa. Puis quelque temps avant la prestation de serment, il se  retrouve à l’hôtel Kempiski Fleuve Congo à Gombe. Après la remise et reprise avec son prédécesseur, il est logé dans une villa dans la Cité de l’UA. La RDC n’a plus de palais présidentiel. L’actuel chef d’État est en attente d’une résidence officielle.

    

Dans l’histoire de notre pays, Mobutu s’est révélé un grand bâtisseur. En 32 ans de règne, le roi du Zaïre n’a pas chômé. Les palais qu’il a laissés sont tous en ruine. Et pourtant, ils auraient pu servir la nation aujourd’hui car il les a tous construits avec les derniers publics. Ne possédant plus de palais présidentiel, l’actuel chef d’État est logé dans des conditions indignes et honteuses pour le grand Congo.

Samuel Malonga

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Samuel Malonga 24/03/2019 20:32

Il y a lieu d'ajouter aussi la résidence de Mobutu à Goma. Il y avait reçu Nelson Mandela.

KABUNDI Rachid 29/03/2020 13:01

La Résidence présidentielle de Goma, que je connais personnellement pour y avoir effectué mon stage de Troisième Graduat, était à l'origine une bâtisse qui appartenait à un certain DUNIA, Ancien Cadre de la S.N.E.L., dit-on et que MOBUTU racheta
Fin des années 1980, le Maréchal quitta sa Résidence principale pour s'y installer
Il y construisit un beau palais avec des Bambous de Chine dans le Jardin et une décoration en marbre