Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 

  1. Ecim’eki nyango owak’a njwa, wuta nkéko ? (proverbe mongo)

 

Traduction : "Voudriez-vous retourner au marais où le serpent avait mordu mortellement votre mère?"

Enseignements : Il faut éviter d’être victime du sort subi dans le passé.

Commentaire : Les congolais vont bientôt prendre part aux élections marquant la fin du régime Kabila.  La sagesse veut qu’ils   puissent éviter de voter pour ceux qui ont été la cause de leur malheur durant plus de 17 ans, et des opposants complaisants. Sinon, ils vont revivre le même calvaire. Un homme averti en vaut deux , dit-on.

Source: Mongo proverbes and Fables, collected and compiled by E. A. Ruskin. Bongandanga (Congo Bolobo Missions Press- Congo-Belge 1924.)

 

  1. Omona kabedi, ofila mata. (proverbe songye)

 

Traduction : Lorsqu’on vit un malheur pour la première fois, il faut  se repentir (en jetant la salive par terre).

 Enseignements : Le premier revers  nécessite une remise en question.

Commentaire : Ce proverbe est de la même nature  que le premier. Si l’on fouille encore, on découvrira des centaines d'autres proverbes congolais et africains signifiant la même chose.  Nous sommes disposés à reproduire sur la même page tous les proverbes similaires qui seront ajoutés par nos lecteurs à la veille des élections en RDC.

 

Messager

Bonsoir à tous,

Je voudrais apporter une petite correction sur la traduction du proverbe Mongo ci-dessus:
"Ecim’eki nyango owak’a njwa, wuta nkéko ?". Sa décomposition sans liaison peut être la suivante: Ecima eki nyango owaka la njwa, wuta nkéko ?

La correction est que le mot "Ecima" ne voudrait pas dire "Pont" mais plutôt "Marais" où l'on va souvent attraper les poissons par diverses techniques (souvent après séchage du marais en le vidant de son eau). On peut y trouver aussi les serpents et autres amphibiens (grenouilles, etc..).

Pour revenir à sa traduction, je trouve qu'elle prend tout son sens de la manière suivante: "
Voudriez-vous retourner au marais où le serpent avait mordu mortellement votre mère?"

Je suis Mongo et je ne connais pas le mot "Pont" en lomongo (même si je ne suis pas grand spécialiste littéraire de cette langue); et je dirais même que l'équivalent du mot "Pont" n'existe pas en lomongo (du moins en ma connaissance-que les connaisseurs me corrigent si je suis dans le faux).

Merci beaucoup.

Max de Glasgow

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Max de Glasgow 26/12/2018 01:51

Cher Ndeko Messager,

Je reviens plus sur le lien où ce proverbe mongo a été tiré et j'ai trouvé que l'erreur s'est glissée lors de sa traduction car dans le manuel (je l'ai téléchargé - Proverbe numéro 6), la traduction anglaise est bien faite.
La confusion s'est glissée lors de la traduction du mot anglais "pond", qui signifie étang ou marais; alors que dans la traduction ci-dessus on parle du "pont".

Aussi, je ne connaîs pas le mot "pont" en lomongo et je suis presque sûr qu'il n'existe pas comme beaucoup d'autres mots tels "couleur bleue", "télévision", "radio", "diplôme", "voiture", "ordinateur", "disque", etc... Ces mots n'ont pas existé parce que ces choses (précitées) ne sont pas de chez nous.

Le lomongo est riche, oui; parce que nos ancêtres avaient un nom pour chaque chose et événement qui les entouraient. Ce qui n'existait pas de leur temps ne pouvait pas être nommé; en lieu et place, le lomongo utilise sans déformer les mots dans leur langue d'origine.

Au contraire, le swahili, par exemple, a pu emprunter les mots d'autres langues (anglais et arabes surtout) pour nommer tout ce qui s'insérait dans leur environnement. C'est pour cela que vous trouverez radio, télévision, computer (ordinateur), etc... en swahili et tous empruntés à l'anglais.

Joyeux Noël à vous ainsi qu'à tous les mbokatiers.

Messager 26/12/2018 13:33

Max,
Merci d'avoir déniché l'origine de l'erreur. Pond au lieu de pont. Par ailleurs, je reste convaincu que le mot "pont" pourrait ou devrait exister en lomongo. Pourquoi? Par pont, il faut entendre les troncs d'arbre que nos ancêtres mettaient sur les cours d'eau (ruisseaux et rivières) pour faciliter les traversées. Ces ponts ont des noms dans certaines langues bantous.
Messager

Messager 24/12/2018 22:38

Max,,
A ma connaissance le lomongo est une langue très riche. Ca m'étonnerait que le mot pont ne puisse pas exister.
Messager

Max de Glasgow 24/12/2018 22:13

Bonsoir à tous,

Je voudrais apporter une petite correction sur la traduction du proverbe Mongo ci-dessus:
"Ecim’eki nyango owak’a njwa, wuta nkéko ?". Sa décomposition sans liaison peut être la suivante: Ecima eki nyango owaka la njwa, wuta nkéko ?

La correction est que le mot "Ecima" ne voudrait pas dire "Pont" mais plutôt "Marais" où l'on va souvent attraper les poissons par diverses techniques (souvent après séchage du marais en le vidant de son eau). On peut y trouver aussi les serpents et autres amphibiens (grenouilles, etc..).

Pour revenir à sa traduction, je trouve qu'elle prend tout son sens de la manière suivante: "Voudriez-vous retourner au marais où le serpent avait mordu mortellement votre mère?"

Je suis Mongo et je ne connaîs pas le mot "Pont" en lomongo (même si je ne suis pas grand spécialiste littéraire de cette langue); et je dirais même que l'équivalent du mot "Pont" n'existe pas en lomongo (du moins en ma connaîssance-que les connaîsseurs me corrigent si je suis dans le faux).

Merci beaucoup.

Messager 24/12/2018 22:32

Max,
Merci pour votre contribution. Linguistiquement, votre traduction me paraît plus exacte. Moi aussi j’ai eu des doutes sur le mot pont. Sachons que ce proverbe avait été collecté par un missionnaire en 1924. Souvent, ces ethnologues ne maîtrisaient pas parfaitement nos langues. L’heure est venue de corriger des erreurs de traduction. Finalement, c’est votre version (traduction) qui vient d’être retenue.

Messager