Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Une sélection musicale pour l’anniversaire d’Augustin Odimba

 

Ce 15 Août 2018, Augustin Odimba, un des nôtres, fête son anniversaire. À cet égard, mbokamosika s’associe à sa famille pour lui présenter les vœux de bonheur et de longévité.

Pour faire plaisir à sa fille aînée Akonga Marie Divine, et à son fils Pierre, l’héritier de la famille Odimba, nous leur dédions une sélection musicale parmi ses chansons préférées.

 

 

La sélection musicale

 

CEDOU 1ère version

 

 

 

CEDOU 2ème version

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Simba Ndaye 15/08/2018 22:35

Cher Blondé,
A ta légitime interrogation et surtout à ton rêve de voir les deux Congo unis, un ''grand quelqu'un'' qui a présidé autrefois la France aurait répondu: ''Vaste programme!''.
Tellement vaste que ma petite réponse n'y suffirait pas. Surtout que je ne prétends pas avoir tous les arguments.
Sauf deux:
1. Les frontières héritées de la colonisation et matérialisées par la Conférence de Berlin de 1885 n'ont pas seulement dépecé l'Afrique. Mais elles ont figé des situations totalement absurdes. Prenons un cas parmi des dizaines d'autres: la Côte d'Ivoire, un pays que je connais bien (et que j'aime), ton cher pays. Le grand peuple Akan, aux riches traditions multiséculaires, a été éparpillé entre le Ghana et la Côte d'Ivoire. On retrouve même des ramifications au Togo, voire au Bénin. Et pourtant, ce peuple conserve une forte identité et des valeurs communes. Qui ne rêverait pas de voir le vaillant peuple Akan réuni sous une seule et même entité?
Plus haut, les Dioula se retrouvent au Nord de la Côte d'Ivoire, au sud du Burkina et au sud-est du Mali. Or, c'est toujours le même peuple, avec les mêmes traditions, les mêmes coutumes, dorénavant séparé par des entités administratives tout ce qu'il y'a d'artificielles.
Ainsi en va-t-il des deux Congo, héritiers, en partie, du Royaume du Kongo, qui s'étendait jusque sur une partie de l'actuel Angola. Des dizaines d'érudits ont traité en abondance ce sujet ô combien délicat. Il te suffit de te reporter sur leurs différents écrits.
2. Et c'est ici le plus grave, selon moi. Les puissances occidentales avaient procédé à ce ''charcutage'' pour leurs propres intérêts; faire main basse sur les richesses de leurs ''possessions''. D'ailleurs, elles ne s'en cachaient pas.
Après ''les indépendances'', ces puissances ont tout fait pour perpétuer cette situation. En éliminant (souvent physiquement) les leaders africains visionnaires (Lumumba, Nkrumah, Boganda, Ruben Um Nyobé, Félix Moumié etc...) et en installant solidement aux pouvoirs leurs affidés, avec un leitmotiv absolu: ne pas toucher aux frontières héritées de la colonisation. Ils ont ainsi inventé un concept foireux: le principe de l'intangibilité des frontières. Chaque potentat local en a fait une ligne rouge. Chacun chez soi et tant pis si des peuples entiers sont séparés par des lignes artificielles. 60 ans après, rien a changé.
Et encore! Il est heureux que les deux Congo soient aujourd'hui en paix, l'un avec l'autre. Car, au milieu des années '70, ils étaient à deux doigts, pour des raisons totalement absurdes, de se faire la guerre.
Dès lors, les deux Congo unis comme dans ton rêve? Vaste programme, cher Blondé. Mais pourquoi pas? Le grand Martin Luther King n'a-t-il pas fait un rêve?
Simba Ndaye

Simba Ndaye 15/08/2018 17:04

Bravo, mon cher Messager, pour ta célérité. C'est très exactement cette version. Les puristes verront les différences.
Simba Ndaye

Simba Ndaye 15/08/2018 15:07

Cher Messager,
En associant mes vœux à Augustin, je note, simple détail, que Cedou a une toute première version en 1973, chez Fiesta aux Éditions populaires, toujours avec les mêmes chanteurs, Sam Mangwana, vieux Michaux et Lo-Kanga Lwa-Djo Pene lui-même. Cette version était plus courte puisqu'après l'intermède solo, le couplet n'était pas repris. Ils passaient directement au refrain. ''Andule, mama na zizi, kaba lisolo malamu na ngiri-ngiri, mpo bango nionso ba yebi''. Au verso du 45T, de couleur violette, on trouvait un splendide boléro de Maître Yorgho, B.S.K. Si Nganda Maboke Naboyi remonte à 1968, Bodutaka a précédé d'une seule année le légendaire double album ''20e Anniversaire'' de 1976. Quel régal!
O.K Jazz un jour, O.K Jazz toujours, selon la formule consacrée.
Simba Ndaye

Blondé 15/08/2018 11:48

Bon anniversaire à notre frère ODIMBA. Ce jour qui coïncide avec l'indépendance du Congo me permet de raconter ce que j'ai vécu hier 14 août. En effet, je cherchais une émission télé et je suis tombé sur la chaîne numérotée 451 de mon décodeur Canal-plus Afrique. C'était Radio Congo et au moment précis où passait une émission dédiée à l'indépendance du Congo. La musique étant uniforme, j'ai oublié qu'il y a deux Congo et me suis étonné d'entendre parler de l'indépendance du Congo le 15 août. La sélection m'a tellement capté que j'ai attendu la fin de l'émission dont l'animateur a la voix qui ressemble terriblement à celle de Monsieur Ossinondé que j'ai entendu dans des enregistrement sonores sur ce blog avant de me jeter sur mon ordi pour vérifier la date de l'indépendance de la RDC. C'est là que j'ai pu me rendre compte qu'il s'agit de l'autre Congo. Alors je me suis mis à rêver et à me poser de tas de questions du genre ET SI LES 2 CONGO REDEVENAIENT UN! PEUT-ON VRAIMENT FAIRE UNE DIFFERENCE ENTRE CES PAYS? Etc. Bon anniversaire au Congo.