Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 

Un récital de grands succès de l’African-Jazz ( 66-69) en hommage à Damoiseau et Casino

 

.Damoiseau et Casino, entourant le grand Kallé

Claude Kangudie a dernièrement relevé le talent du soliste Kambite Damoiseau à travers B.B 69, de Matthieu Kouka et l’African-Jazz, ainsi que Mpeve a Longo et Maze de l’Afrisa International. Ce commentaire a été confirmé par Vieux Dacko qui travaillait à la Mazadis à l’époque.

Pour revenir sur le tandem Damoiseau-Casino cité par nous il y a quelques jours, nous avons jugé utile de réunir un certain nombre de succès de l’African-Jazz réalisés avec son concours à la guitare solo et à l’accompagnement. Lorsque nous évoquons l’African-Jazz, nous considérons l’époque allant de 1963 à 1969, c’est-à-dire après le départ de tous les musiciens ( Nico, Rochereau, Roger, Déchaud….). En effet, après ce départ massif, Kallé, aidé par Faustin Manzikala, avait incorporé toute la formation Vox-Africa de Jeannot Bombenga dans l’African-Jazz. C’est ainsi que papa Noël, Damoiseau, seront au solo avant que papa Nono n’aille former l’orchestre Bamboula ; Casino à l’accompagnement ; et Bejos à la basse.

Après cette nouvelle mise en place artistique, Kambite Damoiseau, Casino et Bejos , certainement sous la direction du grand Kallé, vont s’atteler à régler  leurs guitares de manière à se démarquer totalement du style Nico et Déchaud.  Au solo perçant de Nico, Damoiseau va opposer un solo bourdonnant, soutenu par une guitare rythmique au son particulier, conçu par un artiste ébéniste de formation Casimir Mutshipule dit Casino, jeune frère du légendaire footballeur Troué Mokuna. L’illustration du génie de ces deux guitaristes a été démontrée dans B.B 69 et Ilunga Zéphérine, deux œuvres d’anthologie, artistiquement parlant.

Pour donner un aperçu du talent de Damoiseau et de Casino, nous avons sélectionné un échantillon des succès de l’African-Jazz réalisés avec l'apport de ces artistes. Une des œuvres sélectionnées, qui date de 1966 a été interprétée par Bébé Djanda, le fils de Marry de Viva la Musica. Nous proposons ainsi les versions originales des œuvres de l’African-Jazz aux mbokatiers en guise d’hommage au soliste d’origine Angolaise, Kambite Damoiseau et à Mutshipule Casimir dit Casino.

 

Messager

 

 

Bonjour MSG....pour revenir à ton article, je dirai que la période des chansons Maze et consorts, l'Afrisa était souvent dans mon programme journalier: des répétitions aux concerts. J'ai vu arriver Mbilia Bel. Elle n'était pas seule au début. Il y avait deux autres filles.

C'est le vieux Kasongo, tenant compte d'autres arguments, après dégustation probablement, qui confirmera sa favorite Mboyo...Les gens ne peuvent pas bien comprendre la réalité des choses quand tu écris que Grand Kallé avait incorporé tout l'orchestre de Bombenga...il faut savoir que Kallé avait toujours une autorité sur ces musiciens là.

Papa Noël me parlant de cet épisode du départ de Kasanda et Tabu me dira ceci "Claude, namoni kaka Bombenga abengi nga tout en transpirant...nalobi likambo nini ? PATRON azali koluka biso"...et c'était pour cette incorporation. Grand Kallé considérait par exemple que l'orcheste GO Malebo lui appartenait....à une enième production dans ma famille où cet orchestre s'était produit sans voir clair côté likonda, Menghe, qui n'était pas l'enfant musical de Kallé, commença à murmurer.

Même les vieux Depoutrou, Zorro ou Damoiseau freinaient à fond pour élever le ton devant Grand Kallé...c'était une grande très considération que ces messieurs avaient envers Kabasele Joseph. Kallé exagérait parfois... Sam Malonga dit que Damoiseau changeait trop d'orchestre souvent et n'était pas stable dans Afrisa ou Vox Africa etc...c'est vrai dans un sens, mais pas dans l'autre. Damoiseau est resté toujours dans la maison African Jazz. Qu'il soit chez Bombenga, chez Tabu Ley, ou au GO Malebo, pour lui c'était un seul orchestre.

Rd Congo, mboka ya Tabu Rochereau mokitano ya Wendo, ezali Libanga ya Talo...


Claude Kangudie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Claude Kangudie 29/07/2018 22:17

Sublimissime Damoiseau Kambito dans BB69 avec Casino. Tous les instruments s'entendent très bien sans parler des chanteurs...aujourd'hui qu'ils ont tous sur le plan matériel de musique, les amis de Werra et Koffi ne nous servent que du tintamarre. Plus tard, Manuaku Waku de Zaïko, s'inspirera et reprendra certaines partitions solo de Damoiseau dans une des chansons de Zaïko: Aurélie de Mavuela Somo...Normal, on ne s'inspire que des aînés talentueux...

RD Congo, mboka ya Siongo Bavon Marie Marie, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie.

Claude Kangudie 26/07/2018 22:37

Petite correction: j'ai parlé du vieux Depoutrou pour rien...encore mes souvenirs matadiens qui remontent...Vieux Depoutrou azalaki mokonzi ya Grand Micky na Matadi. Lire à la place: vieux Bagula ARMANDO...

Rd Congo, mboka ya Samu Bagula Armandon ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie 26/07/2018 17:47

Bonjour MSG....pour revenir à ton article, je dirai que la période des chansons Maze et consorts, l'Afrisa était souvent dans mon programme journalier: des répétitions aux concerts. J'ai vu arriver Mbilia Bel. Elle n'était pas seule au début. Il y avait deux autres filles. C'est le vieux Kasongo, tenant compte d'autres arguments, après dégustation probablement, qui confirmera sa favorite Mboyo...Les gens ne peuvent pas bien comprendre la réalité des choses quand tu écris que Grand Kallé avait incorporé tout l'orchestre de Bombenga...il faut savoir que Kallé avait toujours une autorité sur ces musiciens là. Papa Noël me parlant de cet épisode du départ de Kasanda et Tabu me dira ceci "Claude, namoni kaka Bombenga abengi nga tout en transpirant...nalobi likambo nini ? PATRON azali koluka biso"...et c'était pour cette incorporation. Grand Kallé considérait par exemple que l'orcheste GO Malebo lui appartenait....à une enième production dans ma famille où cet orchestre s'était produit sans voir clair côté likonda, Menghe, qui n'était pas l'enfant musical de Kallé, commença à murmurer. Même les vieux Depoutrou, Zorro ou Damoiseau freinaient à fond pour élever le ton devant Grand Kallé...c'était une grnde très considération que ces messieurs avaient envers Kabasele Joseph. Kallé exagérait parfois... Sam Malonga dit que Damoiseau changeait trop d'orchestre souvent et n'était pas stable dans Afrisa ou Vox Africa etc...c'est vrai dans un sens, mais pas dans l'autre. Damoiseau est resté toujours dans la maison African Jazz. Qu'il soit chez Bombenga, chez Tabu Ley, ou au GO Malebo, pour lui c'était un seul orchestre.

Rd Congo, mboka ya Tabu Rochereau mokitano ya Wendo, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie.

Messager 26/07/2018 19:51

J'ai été marqué par cette époque. Je ne manquersi pas d'y revenir dans la mesure où je merends compte que les jeunes ne maîtrisent pas le répertoire de l'African-Jazz post Nico et Rochereau.

Messager