Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Le plus grand stade d’Afrique centrale dans les années 50

 

En 1952 à Kinshasa alors Léopoldville, le Père Raphaël de la Kethulle de Ryhove que toute la capitale avait surnommé Lofunza, remettait à la ville les clés du stade Roi Baudouin qui venait d’être inauguré. A l’époque, il est la plus grande et la plus moderne de toutes les arènes de foot de l’Afrique centrale. En remplacement du stade reine Astrid trop étroit pour contenir la masse des Kinois amoureux du sport-roi, le stade Tata Raphaël alors roi Baudouin est vite devenu le temple du football congolais. Avec ses 80.000 places, il faisait fière allure.

 

Avant qu’il ne soit remplacé à son tour par le plus moderne stade des Martyrs dans les années 90, le grand « libulu » avait rempli son contrat en abritant diverses activités, culturelles et politiques comme la cérémonie de la journée de l’indépendance en 1960, le premier discours de Mobutu à la population après son coup d’État en 1965, le festival d’animation culturelle et politique en 1972 ou le festival de musique qui a précédé le combat Ali-Foreman en 1974, plusieurs concerts et de nombreux meetings du Guide. Le stade était même devenu un moment le plus grand temple à ciel ouvert du Congo en abritant les campagnes d’évangélisation de différentes églises de réveil.

 

Les statistiques du stade Tata Raphaël ont été puisées dans la BD « Raphaël au Congo » parue en 2006.

 

Samuel Malonga

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article