Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Lomomba Emongo

.

VIENT DE PARAÎTRE

 

LE LIVRE : Saveur de péché (roman) de l’écrivain Lomomba EMONGO.

Date de publication : février 2018

Éditeur : Mon Petit Éditeur, Paris, en collaboration avec néopol, Montréal

 

PRÉSENTATION : De chair tendre, Saveur de péché est un roman vécu et dit au féminin, à l’intersection des banalités de la vie quotidienne et des eaux troubles d’une vie sentimentale agitée. Et la femme se mit en quête d’aventure galante…

Que voilà un roman-clin d’œil au 375e anniversaire de la fondation de Montréal. Redire la ville entre les primes soleils de l’été annoncé et les ultimes neiges d’après l’hiver, en passant par les blessures automnales de la flore et le friselis printanier de la rosée sur l’herbe tantôt assoupie.

 

POINTS DE VENTE

Le livre est disponible à la vente au format papier

EXTRAITS : « — Je ne me souviens plus s’il a parlé longtemps ou non. Je ne suis pas capable, maintenant-là, de te répéter tout ce qu’il a dit de lui. Je sais seulement que dès ses premiers mots prononcés à propos de moi, avec son accent que j’adore, mes paupières se sont refermées toutes seuls. En fait, c’était comme si sa voix résonnait en moi. Ce n’est pas un garçon ordinaire, tu sais.

— Bon, bon ; on va se calmer-là ; d’accord ?

— C’est un poète, pense un peu.

— Poète, mon œil ! Dis plutôt que sa langue sucrée t’a blaguée*, dêh ; ça t’a mis KO. Un garçon ! Ne pas mentir au moment de draguer ? Ça ne doit pas être vrai garçon. Poète, tu parles ; je connais cette sorte de cigale-là, tu sais. Bon, donne la suite, ma chère ; ça commence à devenir intéressant tout ça-là.» (…)

« — Crois-moi, Akissi, quand je te dis que je fis appel à toute ma volonté pour ne pas tressaillir. Un moment, j’ai même songé à me dégager, me relever, m’éloigner de son audace qui commençait à m’indisposer. Rien n’y fit, je t’assure ; et je restai-là, comme ensorcelée.

Ihïji ! Ecoutez-la, même : « Comme ensorcelée », qu’elle dit. Et puis quoi encore. Tu en mourais d’envie, non !»

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article