Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 

MESSAGE URGENT À MIREILLE BALIGNEZ, LA VEUVE DU COLONEL MONGA

 

Le colonel Léonard Monga

 

Référence: http://www.mbokamosika.com/article-29403153.html

5.Colonel Monga, Bukavu, le 26 octobre 1967

Mireille,

Nous vous prions d’entrer en contact avec Monsieur Erik Kennes 
ekennes@hotmail.com

 

Madame, Monsieur

 

Je viens de découvrir sur votre site le message de la veuve du colonel Léonard Monga (voir en bas). Avec un professeur américain, je fais une recherche autour des ex-gendarmes tués à Irebu en 1968 et j'aimerais beaucoup contacter Mme Baligniez pour écrire sur elle et sur son mari. Puis je vous demander si, avec ces messages, vous auriez un  moyen de contact avec elle svp ? Par mail ou téléphone ? Je vous serais très reconnaissant. J'ai publié un ouvrage sur les "tigres" / gendarmes katangais l'année passée.

 

avec mes vifs remerciements et avec tous mes respects

 

erik kennes 

 

Il y a si longtemps que j'essaie d'avoir des nouvelles de mon époux.  Depuis tant d'années et malgrè des recherches infructueuses enfin des nouvelles. Que dirait'il aujourd'hui en sachant que son fils Christophe est mort à l'âge de 37 ans dans l'incendie de notre maison.  Que dirait'il s'il savait que jamais je n'ai eu d'aide pour élever nos deux enfants. Mes parents et mon frère ne sont plus de ce monde et ils ont été mes seuls soutiens pour élever nos fils.Il lui reste un fils Stéphane mais durement touché par toutes ces épreuves de la vie.  Je suis émue de le revoir si jeune et si durement éprouvée par son tragique destin.  Il faut le savoir, mon calvaire a duré plus de 41 ans.  Merci à toutes les grandes puissances qui se sont servies de son image, de sa jeunesse et de sa volonté de vivre dans un pays libre et qui l'ont brûlée, me laissant sans ressources avec mes deux enfants.

Sa veuve, Mireille Balignez

Commentaire n°1posté par Balignez Mireille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article