Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

LES VESTIGES DES ÉD. NGOMA : LE DÉBUT DE VERCKYS DANS L’ÉDITION MUSICALE.

 

L’histoire de la musique congolaise n’a jamais cessé de s’écrire. Chaque fois qu’élément nouveau apparaît, notre site s’est toujours attelé à l’insérer dans la suite du travail de mémoire débuté depuis 2007.

 

VERCKYS KIAMUANGANA n’est plus à présenter. Sa carrière et ses œuvres figurent en bonne position sur mbokamosika. Nous savons qu’avant l’orchestre Vévé, il avait évolué au sein de l’OK-Jazz jusqu’au jour où, durant leur voyage en Europe en 1969 avec Franco, Vicky et Edo, il osa éditer quelques œuvres discographiques enregistrées en catimini au pays, à l’insu de son patron, le grand maître Franco.

 

Grâce à ces œuvres enregistrées avec le concours de quelques musiciens de l’OK-Jazz, entre autres : Lutumba Simaro, Youlou et Bitshou, Verckys perçut en guise d’acompte 700.000 Francs belges, et deux voitures. Avant même son retour au Congo, Verckys sera révoqué de l’OK-Jazz. C’est ainsi qu’il fut obligé de monter l’orchestre Vévé.

 

Tous ces détails se trouvent dans l’interview que Verckys avait accordée le 3 juin 2009 au journaliste Franck Wooters de Radio Centraal d’Anvers dont l’extrait est repris ci-dessous.

Jusque-là, l’histoire de ces « Zing-Zong » parmi lesquels « Okokoma mokristo » signé Lutumba Simaro était de notoriété publique. Mais de cette série il manquait quelques œuvres notamment celles de Youlou, Bitshou, et Verxkys.

 

C’est pourquoi les fichiers des éditions Ngoma que Mr Flemming Harrev, Chroniqueur musical et Directeur de World Music Denmark  jusqu'en 2015 vient d’offrir à notre site s’avèrent très précieux dans la mesure où ils contiennent les enregistrements manquants.

 

Voilà la raison qui nous a motivé de diffuser une chanson de Youlou, une œuvre de Bitshou, et une œuvre de Verckys pour compléter la saga des fameux « Zing-Zong » qui avaient occasionné la révocation de Kiamuangana Verckys de l’OK-Jazz, et qui l’avait indirectement hissé au top des éditeurs musicaux en RDC.

 

Messager

 

.

BALINGAKA NAZUA TE, PAR BITSHOU

.

 

 

 

DIDI YA BEAUTÉ , PAR YOULOU

.

.

 

.

BOLINGO, PAR VERCKYS

 

.

 

 

 

VOICI LA TOTALITÉ DE L’INTERVIEW  DE VERCKYS ACCORDÉE À FRANCK WOOTERS DE RADIO CENTRAAL LE 3 JUIN 2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Simba Ndaye 19/02/2018 16:36

Messager, je vais prendre le temps de l'écouter dans son intégralité. Merci beaucoup.

Simba Ndaye 18/02/2018 16:11

Merci cher Messager pour ce complément d'histoire. Cette interview de Verckys, qui mérite d'être écoutée dans son intégralité, est très instructive, surtout qu'il l'a volontairement placée sur le thème de l'humour et de l'autodérision, en se moquant d'abord de lui-même. Il n'empêche! Lorsqu'on écoute ces zing zong, on ne peut qu'être frappé par la qualité de ces enregistrements pourtant clandestins. Un détail m'interpelle: certes, Simarro, Bitshou, Verckys venaient tous de l'OK Jazz. Mais je suppose qu'ils ont enregistré ces diverses chansons avec des instruments appartenant à Verckys alors? Et dans quel studio ont-ils eu lieu? Je pose ces questions juste pour souligner l'extraordinaire vision de Kiamuangana qui, déjà, savait ce qu'il voulait. Et petit détail encore: Simarro à l'accompagnement, Bitshou à la basse, qui assurait le solo en s'inspirant si bien du doigté de Maître Luambo? Dans tous les cas, si l'histoire de la musique congolaise est traversée de multiples situations de ce genre, la destinée que s'est forgée Verckys dans cette affaire est quand même exceptionnelle. Merci encore Messager.

Messager 18/02/2018 16:49

Pour plus de précisions, je vais à nouveau diffuser toute l'interview en bas de l'extrait, dans le même article. Tu comprendras que verckys disposait déjà d'un petit studio et éditait déjà les petites formations.


Messager

Samuel Malonga 15/02/2018 22:12

Chers mbokatiers,
Je suis à la recherche du titre et du nom du compositeur d'une chanson de Viva La Musica. Elle est sortie dans les années 90 je crois. Elle parle des mibali ya Paris. Une phrase dit même: "Mbongo ya caillou ezuamaka na pasi. Bakabolaka yango pe na mua mayele ". Le style semble être celui de Reddy mais je ne sais pas si c’est bien lui l’auteur. Je compte sur vous.
Tout en vous remerciant d’avance.

Sam Malonga

Petit Bizet 15/02/2018 18:51

Morceau(x) d'Histoire sur microsillon !