Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Des photos de Kula Mambo avec Niarcos

 

Les deux hommes étaient liés par une amitié sincère et sans faille. L’aîné et le cadet s’affichaient ensemble dans les rues de Kinshasa. Le premier avait tracé la voie et paufiné la religion que le second par ses extravagances avaient porté dans les nues. Ces deux potes sont Kadima Kula Mambo alias Tarzan et Adrien Mombele Samba dit N'gantshie Stervos Niarcos Mukaravia Malela Eddie-Barra Niarka Kouroubio, papa na Gianni Versace.

 

Selon ceux qui l’ont connu, Kula Mambo habitait Kintambo. Il fut un vrai yanké et un sapeur à sa manière. C’est d’ailleurs lui qui prêtait ses habits au Ngantsie lorsque celui-ci était encore à Kinshasa. Niarka lui vouait un respect et une admiration sans faille. Pour certains c’est lui, Kula Mambo, qui est à l’ origine de l’idéologie de la sape entraînant son cadet dans son sillage. Le grand-prêtre est à la fois père spirituel et mentor de Niarcos.  Ce dernier n’est que le continuateur de cette religion qu’il a autrefois créée et qui deviendra plus tard la sapologie. Papa Wemba avec son aura l’a propulsée au devant la scène africaine et mondiale.

 

Kula Mambo avait refusé l’offre de Niarcos de venir vivre en Europe. Il a toujours vécu à Kinshasa faisant parfois quelques escapades à Brazzaville. Grand viveur et ambianceur invétéré, il avait côtoyé les artistes-musiciens. Niarcos aurait repris dans ses chansons certaines de ses paroles et idées. Kula Mambo a tiré sa révérence en 1985. Pour honorer sa mémoire, Adrien Mombele qui n’a jamais digéré sa disparition lui dédia « Nostalgie personnelle ». Cette chanson d’anthologie a connu la participation de Papa wemba, Bozi et Evoloko.

 

La séquence parlée est l’œuvre de Koko Waya : « Ah! Nkaka ozako se rappeler encore na lisolo wana ya vieux Kula? Bakendeki nanu koluka madame Cotilédon. Bakoma kuna, bapesi bango nzungu ya Pondu. Bon, balambi Pondu pona nini ? Football Petit-frère, nzungu epanzani. Heureusement, mama bakangama lupangu atekaka bamakaku. Makaku pe etikalaki moko ya suka. Balambi pe baleyi, batondi. Mais ndambu etikalaki, lobi na tongo, Vieux Kindukutu aye alie yango. Asanzi petit-frère. Goût na ye te. Nasala nini kasi? Ah! Bakende Kwamouth na makolo bazonga. Balia mitu ya makaku, petit-frère, lelo oyo batonga ba immeubles, ba Sheraton na bamboka lokola ba Miami, ba Texas. Ah! La mort. Kuani tina, tina kuani. Ah! Petit-frère, yebisa Papa Wemba, kitendi botika te. Wana eza religion na biso. Botika te, botika te. »

 

Ce titre comme bien d’autres a donné aux jeunes kinois le goût d’émigrer en Europe.

 

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antonio cardoso joao capitini 06/09/2019 18:30

Malgres qui'on etait pas proche mais j'ai faiit connissance de Setervos Niarcos a paris precisement a nganda couronne a paris,le bar dont son beau frere Wilson Omanga le grand frere de Veronique Omanga la mere de sa fille unique Gianni Versace etait associe d'une femme de affaire camerounaise,il etait accompagneq avec le jeune Zen Zebro,le meme jour il a voulu me blamer par la suite de la confiance que j'avais avec chantal qui etait ni plus ni moins la fille de l'associee camerounaise de son beau frere Wilson Omanga,heuresement pour moi ll y avait eu les interventions des vieux Wilson Omanga,Vicky Nkosi et l'associe du bar,la mere de Chantav em ma faveur en disant que j'etait un jeune eduque et tres aime par eux (eux les vieux quoi),a la suite de cela le grand Ngatshie s'etait calmer et avez cesser de me blamer en terminant avec ces mots:
Quelpues annees plus tard a paris 18 m'a offert la cassette de dernier coup

émile 09/05/2018 19:07

le super sapeur de la RDC NIARCOS trop de love à ton fans

zenon 10/12/2017 05:31

ah oncle jose kula mambu , nakanisi yo lisusu, tangu ofandaki pendant une semaine na ngaba, epayi ya cousin na yo vieux prof manzila... obetela biso suka na masolo...

Samuel Malonga 06/12/2017 16:34

Dans la séquence parlée, il faudrait lire NZUNGU EPANZANI et non "groupe" epanzani.