Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Mugabe, game over

 

 

La date du 24 novembre est entrée dans l’histoire de l’Afrique comme celle de l’avènement de Mobutu au pouvoir. Cinquante-deux ans plus tard, elle rêvait un autre caractère. Si en 1965, ce jour était celui de l’avènement d’une dictature qui dura 32 ans, en 2017 par contre, il inaugure la présidence d’Emmerson Mnangagwa après 37 ans d’une autocratie sans nom.

 

L’homme qui vient de prendre les rênes du pouvoir à Harare, a réussi grâce à l’insurrection pacifique de l’armée à mettre fin  au règne éternel de Robert Mugabe. Son rêve fou était de mourir centenaire au pouvoir. Le grand nationaliste qui a oublié son devoir de se battre pour le bien-être de sa population est tombé au fils des années au plus bas de l’échelle de la popularité. Le vieux dictateur, mourra peut-être à cent ans mais jamais plus à la tête du Zimbabwe.

 

La destitution de Mugabe par l’armée rappelle curieusement celle de Bourguiba, père de l’indépendance de la Tunisie. Le 6 novembre 1987, après 31 ans de règne sans partage, Habib Bourguiba âgé de 84 ans, n’avait toujours pas compris qu’il fallait passer le flambeau. Profitant de sa sénilité et de sa maladie, le général Ben Ali, à la fois Premier ministre et ministre de l’Intérieur, fait signer à sept médecins dont celui du président un rapport médical certifiant son incapacité mentale. Son joli putsch réussit, Ben Ali devient Chef de l’État grâce à un article de la Constitution. On se demandait même si le vieux président déchu savait qu’il était destitué.

 

A Harare, la mise en scène est l’œuvre des généraux Constantino Chiwenga et Sibusiso Moyo. Sous prétexte d’écarter des criminels de l’entourage du président, ils ont poussé Robert Mugabe à la sortie. La chute du dictateur a été saluée par des salves, des danses et des cris de joie. Car en Afrique, chaque fois qu’un despote tombe ou meurt, le peuple tout entier fait la fête.

 

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Samuel Malonga 07/12/2017 10:51

Cher Pedro,
Tu as raison. Mais quand je dis que le camarade Mugabe a beaucoup fait, il faudrait comprendre qu'il a beaucoup lutté pour l'indépendance de son pays en tant que leader politique. Cela lui a même valu la prison. Mais au pouvoir, le camarade est devenu un dictateur implacable. et un piètre homme d'Etat.

Pedro 03/12/2017 17:06

Pour mettre un peu d’eau dans le vin de l’idée que le camarade Robert Mugabe a beaucoup fait pour son pays, voici une opinion. Ce n’est qu’une opinion basée sur des faits que vous pouvez vérifier.

1. Fait : Dans les années soixante-dix, les pays de la ligne de front (y compris l’Angola) ont persuadé la ZANU (Zimbabwe African National Union) de Mugabe et la ZAPU (Zimbabwe African People’s Union) de Joshua Nkhomo à s’unir dans un Front Patriotique (PF). Voilà pourquoi aujourd’hui le parti au pouvoir au Zimbabwe s’appelle ZANU PF. Opinion (à vérifier) : J’avais déjà 22 ans et j’étais déjà à l’Université. Il me semble que les partis « progressistes » de l’époque (y compris le MPLA, la SWAPO, la FRELIMO, l’ANC, Cha Ma Cha Mapinduzi) considéraient que le chef suprême de la révolution zimbabwéenne était Joshua Nkhomo et non Robert Mugabe. Je demande à quiconque a appartenu à ces mouvements de libération à cette époque de réagir à ce que je viens de dire. Je n’ai jamais été militant de la JMPLA. Donc, ma vision des choses ne peut guère être considérée comme « vraie ».

2. Quand les zimbabwéens sont allés aux élections en 1979, Mugabe a insisté que le Patrotic Front ne peut pas aller aux élections comme un bloc, mais séparé en ZANU et ZAPU. Après la victoire, il a dit qu’il fallait vérifier qui était le véritable représentant du peuple zimbabwéen (une phrase très prisée par les révolutionnaires à cette époque-là). Mon opinion (je veux que quelqu’un me contredise) : Mugabe a voulu aller aux élections comme ZANU, séparé de ZAPU, parce que si un Shona (lui) et un Ndebele (Nkhomo) se présentaient séparément, il n’y a aucune chance au Zimbabwe que le Ndebele gagne. Les Shona étaient plus de 80%. Avez-vous déjà entendu parler de ça ? Je suis sûr que la plupart des gens n’en ont jamais entendu parler, parce qu’en Afrique, si tu parles d’un problème tribal, même si tu es journaliste, on dira que c’est toi le tribaliste, ou alors on t’accuse d’attiser le tribalisme. C’est comme ça qu’un tutsi gagne les élections avec 98% au Rwanda et personne ne dit mot, parce que les tutsi et les hutus n’existent plus, et qu’il n’y a plus que des rwandais, à cause des cartes des citoyens qui ne font plus cette distinction. Le tribaliste, c’est donc moi.

Messager 03/12/2017 22:10

Pedro,
Moi j'ai été au Zimbabwe et je te donne mille fois raison. Beaucoup de gens ignorent l'aspect tribal du Zimbabwe, et l'emprise des Shona sur les Ndebele.
Messager

garcia 28/11/2017 14:22

Témoignage ! Je m’appelle Garcia, je veux partager avec vous mon histoire. Il y a de cela 3 mois environ, c'était le calvaire dans mon foyer. Les disputes entre mon mari et moi se répétaient jusqu'au jour ou il quitta la maison. Suite à cela j'en ai parlé avec une amie qui m'a donné les coordonnés d'un Marabout CHANGO AZE à qui je devais m'expliquer. Comme j'aime beaucoup mon mari j'ai contacté cet Grand T’Homme envoyer par Dieu pour m’aider qui m'a promis de me le faire revenir à la maison. J'ai donc suivie ces conseils et également fait des rituels. Exactement 3 jours après,mon époux est revenu en me suppliant de lui pardonner pour tout ce qu'il a pu me fait,et bien sure on s'est réconcilié. Ce fut un véritable miracle dans ma vie. Alors pour tous vos problèmes (ruptures amoureuses ou de divorce et L'Envoûtement Amoureux/L'entente Sexuel sur une Personne , Blocages Sentiments Amoureux Perdu , Sauvez/Protéger Son Couple , Annulé une Rupture/Séparation , Éloignement Rivalité/Jalousie ; Fidélité ) je vous conseille de faire comme moi. Je vous assure que vous trouveriez satisfaction ou résolution à vos problèmes. Pour cela voici ses coordonnées:
Email: feticheurchango@gmail.com
Téléphone ou whasapp : +229 66 54 77 77
PS : Passez le message pour aider ceux qui sont dans le besoin.

Blondé 28/11/2017 10:21

Bonjour Monsieur Malonga.
j'apprécie votre post sur le chute de Mugabé et j'applaudis même de départ longtemps attendu. Néanmoins je voudrais signaler que ce homme aujourd'hui grisé et rongé par le pouvoir qui l'a dominé jusqu'à en faire un dictateur n'a pas été que cela. n son temps, il a été le guerrier capable de s'opposer à la colonisation,il a défié les planteurs colons, il a sauvé le Zimbabwé avant de sombrer hélas! dans ce qu'il est devenu. Donc j'accompagne ma joie et mes applaudissements pour la chute du dictateur par ma reconnaissance et mes remerciement au brave guerrier qu Robert Mugabé a été.

Samuel Malonga 28/11/2017 17:44

Tu as raison Blondé. Robert Mugabe fut un grand nationaliste. Il a beaucoup fait pour son pays pendant la colonisation et pendant le régime raciste blanc incarné par Ian Smith. Il a même écopé d'une peine de prison de 11 ans. Ce qu'il n'a jamais pardonné aux colons, c'est de ne l'avoir pas autorisé à se rendre au Ghana pour aller enterrer l'unique enfant qu'il a eu avec sa femme ghanéenne Sally. Son fils était mort de malaria pendant son emprisonnement. Mais le pouvoir l'a corrompu au point de se faire haïr par son peuple.