Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

La revanche des lumumbistes

Lorsque Lumumba est démis de ces fonctions de premier ministre, plusieurs de ces partisans sont arrêtés. Beaucoup parmi eux sont exécutés. De leur côté, les jeunes lumumbistes, décidés de se faire entendre, mènent sur place à Kinshasa une véritable chasse à l’homme. Des personnalités de premier plan sont ciblées. Des opérations sporadiques punitives sont menées contre certains membres du gouvernement et des proches de Kasa-Vubu.

 

Le 14 octobre 1960, Albert Ndele, commissaire général aux Finances et aux Questions monétaires, tient une conférence de presse. Viscéralement anti-lumumbiste, il y fustige le communisme. Son entrevue avec les journalistes vient juste de terminer qu’il est l’objet d’une attaque des jeunes sympathisants de Lumumba. L’assaut a lieu en plein centre-ville, au su et au vu des militaires ghanéens qui gardent les lieux. Ceux-ci laissent faire dans un premier temps. Toutefois, c’est leur intervention tardive qui sauve la vie de Ndele. Le ministre est blessé à la tête et ses habits sont tâchés de sang. Après avoir frappé le ministre, les assaillants arrivent même à kidnapper deux de ses assistants dans leur retraite. Albert Ndele concentre sur lui la haine et la colère des jeunes lumumbistes. En sa qualité de vice-président du Collège des Commissaires Généraux, il a ordonné aux soldats congolais qui autour de la résidence de Lumumba forment un deuxième cordon, d’arrêter à tout moment l’ancien Premier ministre.

Quelques mois plus tard, les partisans de Lumumba frappent un second coup. Ils touchent cette fois-ci le plus proche collaborateur de Kasa-Vubu. Le choix n’est pas un hasard. Déjà dans leur viseur, le but affiché est de toucher le président lui-même. Comme ils ne peuvent pas atteindre personnellement le chef d’État, ils ciblent son secrétaire particulier. A la fin de juillet 1961, Philibert Luyeye est violemment agressé. Son corps porte même les stigmates des violences subies. Le 1er août 1961, l’intéressé convoque la presse. Lors de sa conférence, il ôte sa chemise pour laisser voir ses plaies bandées. Il affirme que cette attaque contre sa personne aurait dû lui coûter la vie et que ses agresseurs sont des pro-Lumumba.

 

Deux agressions corporelles contre deux personnalités du pouvoir, telle est la réponse des jeunes lumumbistes à toutes les déconvenues subies par leur camp.

 

 

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Messager 18/11/2017 12:06

Sam,
A Kinshasa, les jeunes lumumbistes entre autres les Alphonse Kuba, voulaient venger non seulement Lumumba, mais aussi leur camarade Emmanuel Nzuzi, tué en compagnie de Lumumba.

Messager

Samuel Malonga 17/11/2017 19:44

Merci Messager pour cet ajout.

Messager 17/11/2017 11:43

Sam,
Je me permets d’ajouter que plusieurs personnes avaient subi la colère des lumumbistes ayant abouti à la rébellion muleiiste.
À Kinshasa , en plus des cas que vous avez mentionnés, on peut aussi ajouter ceux de Mobutu qui l’avait échappé bel quelque part à Kitambo, et de Justin Marie Bomboko qui avait eu la vie sauve grâce à Alphosne Kuba, lui-même jeune lumumbiste, mais qui eut le réflexe de l’épargner au moment où les autres lumumbistes s’apprêtaient à l’éliminer à Kalina (Gombe). C’est en en guise de reconnaissance que Kuba avait bénéficié des faveurs durant la 2ème République.

Messager