Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par PEDRO

Traduction de “Mayo”, de Tabu Ley Rochereau et l’Afrisa, par PEDRO

 

 

MAYO

 

Motema na nga omema na esanga

Tu as emporté mon cœur vers une île

Natikala se nzoto ya pamba

Je ne suis que le reste du corps

Nalela yo na mosika

Je te pleure de loin

 

Motema na ngai omema

Mon cœur tu l’as emporté

Molimo na ngai osomba

Mon âme tu l’as achetée

Makanisi pe okanga

Mes idées tu les as verrouillées

Nakoma zoba na mokili

Je ne suis plus qu’un ignorant dans ce monde

Po na kobanza kaka yo Mayo

À force de ne rien faire sinon penser à toi, Mayo

 

Mayo Mayo

Okeyi kotiya ngai mwana ya moto

Tu es allé me mettre, moi, un être humain

Na motalaka po te nakawuka

Sur une grille à rôtir pour que je sèche

Esengo nini okoyoka e

Quel plaisir éprouves-tu ?

 

Makila na ngai eyindi

Mon sang a noirci

Bachance na ngai ekimi

Mes chances se sont enfuies

Volonté na ngai esili

Ma capacité d’initiative s’est complètement effritée

Nameka koboya yo ndenge nini

Comment pourrai-je te laisser tomber

Obalola motema na ngai

Tu as modifié mon cœur

 

Mayo Mayo

Soki nakufi po na yo

Si je meurs à cause de toi

Yela ngai fololo

Apporte-moi une fleur

Bakisa na lilita na ngai

Encore une sur mon tombeau

Banzaka ata moke nasepela

Pense un peu à moi pour me faire plaisir

 

Mayo Mayo

Soki nakufi po na yo

Yela ngai fololo

Bakisa na lilita na ngai

Banzaka ata moke nasepela

 

Bakoloba bakoloba ngai nayoka te

Ils peuvent multiplier les paroles, mais je n’ écoute pas

Bolingo ekangi ngai yeye

Je suis sous l’emprise de l’amour

Yeyeyeye Mayo bolingo fungola ngai

Mayo, mon amour, libère-moi

 

Bokoseka bokoseka bokoyeba te

Vous pouvez continuer à vous moquer, mais vous ne comprenez pas

Bolingo ekoti ngai yeye

L’amour a pénétré au fond de moi

Ezali eloko ya bondoki botika ngai

C’est une chose diabolique, laissez-moi

 

Nameka naluka nameka koboya ye

J’essaie, je m’efforce, j’essaie de ne plus l’aimer

Bolingo esila te yeye

L’amour est toujours là

Namona ye na mwasi

Si je le vois avec une autre femme

Naluka se matata

Je chercherai des noises

 

Bolingo bolingo kaka ngai na ye Mayo eluka moko akufa

Cet amour entre moi et Mayo, il faudra qu’un de nous meure

Maman, nabomba nzoto epayi wapi nakokufa

Ô ma mère, où pourrai-je cacher mon corps ? Je vais mourir

 

Bokoloba bokoloba ngai nayoka te bolingo ekangi ngai

Yeye yeyeyeye Mayo bolingo fungola ngai

 

Bokoseka bokoseka bokoyeba te bolingo ekoti ngai yeye

Ezali eloko ya bondoki botika ngai

 

Nameka naluka nameka koboya ye bolingo esila te yeye

Namona ye na mwasi naluka se matata

 

Bolingo bolingo kaka ngai na yo Mayo eluka moko akufa

Maman, nabomba nzoto epayi wapi nakokufa

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vieux dacko 31/10/2017 00:29

je travaillais a la mazadis quand la chanson est sortie avec comme titre tanga-tanga

Mélina 27/10/2017 14:55

Bonjour. très bel article. très intéressant. un beau blog. n'hésitez pas à visiter mon univers. lien sur pseudo. à bientôt. bises

Pedro 26/10/2017 20:28

Une façon plus expressive, plus imagée et plus poétique de rendre le deuxième vers (Natikala se nzoto ya pamba) est la suivante : Il ne me reste plus que l’épave de mon corps.

Pedro 28/10/2017 16:33

Je trouve la proposition du corps mort un peu trop scientifique et moins poétique. L’épave par contre cadre bien avec un moyen quelconque de transport motorisé que l’homme (Mayo est plutôt un homme et le personnage à la première personne est une femme] peut avoir emprunté pour « exporter » le cœur de la femme sur l’île. Si l’homme se servait d’une pirogue, un autre véhicule sans moteur, c’est comme s’il y avait match nul.

Gak Amisi 27/10/2017 19:07

Puisque le coeur du locuteur a ete emporte par sa dulcinee vers une ile, laissant pour ainsi dire le corps depourvu de ce precieux organe, pourquoi pas traduire ce 2me vers ainsi:

"Desormais je suis un corps mort" [sans vie] car le coeur, organe qui symbolise la vie, n'y est plus.

Bona Mbutuka 26/10/2017 11:28

Quelle voix quelle inspiration tout simplement magique...À écouter ou à danser ?Moi je danse cette chanson seulement à la fin... À l atterrissage... Grandissime Ley