Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par PEDRO

L’orchestre Bana Ndombe et la beauté d’un texte inédit

 

 Une photo des anciens de Gombe Lutete, postée par Peter Lusadisu

                Madame Vivienne HATTON, née GREEN.

 

Dans le cadre d’une espèce de tradition orale moderne, je crois qu’un étudiant d’histoire va un jour se pencher sur tous les orchestres de manzanza qui, dans les années 1970s, égayaient certaines soirées des internats loin du « prince ».

 

Quand je suis arrivé à l’Institut Ngombe Lutete en septembre 1972, l’orchestre des étudiants à Vula se nommait « The Black Boys ». C’est à cette époque qu’il fut renommé Bana Ndombe. C'est-à-dire, le nom de l’orchestre a été traduit. C’était un véritable orchestre avec trois guitares sèches non électrisées. Vous pouvez comprendre que la guitare basse ne s’entendait presque pas. Les chanteurs n’avaient pas de micro. Et pourtant, l’orchestre était bien « officiel ».

 

 Même Mademoiselle Margaret Amy Stockwell (MAS), directrice de l’école, était invitée aux concerts à une époque où l’on croyait que les chansons profanes étaient un sacrilège pour les missionnaires. Je ne sais plus si l’on accordait « officiellement » beaucoup d’importance à l’orchestre dans le programme extracurriculaire, mais les chansons démontraient bien l’insertion de l’orchestre au programme d’étude.

 

Voici  trois distiques du refrain de la chanson dont le texte me plaît de porter à la connaissance des mbokatiers :

 

 

Ebandeli ya likambo nyonso ekosaka bato

Tobandaki malamu ekomi lelo tokabwana

 

Tristan na Yseult bakabwani oyo somo

Philtre tomelaki ekeyi wapi e, yo Yseult

 

Ngai nasukolaki yo mibali misusu balula yo

Tala likambo ekosala ngai pasi ooo na motema

 

Et il y a un quatrième distique dont je ne me souviens plus.

 

Voici ma traduction :

 

Le début de toute entreprise est souvent trompeur

Nous avons trop bien commencé pour qu’aujourd’hui on se sépare

 

Tristan et Iseut se sont séparés ; quelle horreur !

Où est donc passée la magie du philtre que nous avons bu ?

 

Moi, je t’ai nettoyée ; d’autres hommes t’admirent

Voilà ce qui me fait mal au cœur

 

Si vous connaissez des paroles d’une chanson d’avant 1972 qui ressemblent à celles-ci, de n’importe quel orchestre ya manzanza d’un quartier quelconque de Kinshasa, c’est que les Bana Ndombe se sont inspirés de celle-là. Si vous connaissez des paroles d’une chanson d’après 1974, 1975, etc., qui ressemblent à celles-ci, il est bien possible que le compositeur ait été à Ngombe Lutete. C’est comme ça que même Stevie Wonder a reconnu devant un tribunal que le refrain « I just called to say I love you » a bel et bien été inspiré par un orchestre ya manzanza à l’échelle américaine.

 

PEDRO

 

PLEINS FEUX SUR LES PETITS ORCHESTRES, PAR « JEUNES POUR JEUNES »

 

 

 

 

VOICI L’ENREGISTREMENT D’UN PETIT ORCHESTRE DÉNOMMÉ T. G. LEMBE-LEMBE DU ZAIRE DE LA ZONE DE KASA-VUBU

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article