Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Samuel Malonga

 

Tradution de « Ebale ya Zaïre », de Lutumba Mdomanueno et l’OK-Jazz, par Samuel Malonga

 

Ebale ya Zaïre / Le fleuve Zaïre

                                                           

Lutumba Ndomanueno et le TP OK Jazz, 1972, Éditions Populaires, EP 117, Vocal : Sam Mangwana.

 

 

Dans la thématique du fleuve, Lutumba prend une direction différente de celle prise par Franklin Boukaka et le grand Kallé Jeef. Il ne parle pas politique mais amour. « Ebale ya Zaïre » est un  poème qui rappelle le célèbre « Lac »  de Lamartine. Le chantre s’adresse au bateau qui remonte le cours du fleuve et qui emporte Jeanny Mbole, sa bien aimée. Lorsque l’embarcation disparaît de sa vue comme avalé par les eaux du fleuve, le poème de demande si ce n’est pas un voyage sans retour. Resté seul au port, le poète espère avoir des nouvelles et croit que le bateau lui ramènera son amour. Scrutant les flots, il voit les plantes aquatiques et les pirogues descendre le fleuve alors que le bateau à bord duquel se trouve sa dulcinée le remonte. Les sentiments romantiques de l’auteur s’appuient sur plusieurs détails amoureux  qui rappellent leur vie d’avant le voyage, celle d’un bonheur perdu qu’il ne retrouvera peut-être plus. Le bateau qui disparaît au loin, le fleuve immense, la solitude insupportable et la photo gravée dans le cœur ont inspiré un des plus beaux poèmes de la chanson congolaise moderne.

 

Mais pour des raisons politiques liées à la sémantique et à la rhétorique nationaliste, ce titre n’est jamais passé sur les ondes de la Voix de la Révolution congolaise à Brazzaville même lorsqu’il était demandé par les auditeurs. Dans ce qui était encore la République Populaire du Congo, le fleuve s’appelait en lingala  « Ebale ya Congo ». A l’époque ce cours d’eau avait deux noms selon que l’on se trouvait au Congo ou au Zaïre.

 

Notons que c’est à partir de cette chanson que Simaro Lutumba commença à écrire des textes avec un lyrisme sans égal qui n’étaient autres que de vrais poèmes romantiques.

 

 

Paroles

Masuwa e, masuwa

Bateau, bateau

Yo wana omemi o na ngai bolingo e

Tu as emporté mon amour

Oyeba nakozela o

Sache-le, j’attends ton retour

 

 

 

Masuwa ekonana loseba ebeti  

Le bateau vogue, l’avertisseur sonore retentit

Masuwa ekonana, bolingo mpe enani

Le bateau va vers l’amont, l’amour aussi

Masuwa ebungi o na kati ya londende

Le bateau disparait dans la vague

Bolingo mpe ebungi o na kati ya londende

L’amour disparaît aussi dans les flots

Ngai na libongo na leli yo Mbole o  o mama o o

Resté au port je  pleure ô Mbole

 

Chérie okendeke malamu Mbole o o

Chérie fait un bon voyage Mbole

Elaka okomelaka ngai soki okomi

Promets que tu m’écriras dès ton arrivée

Nayeba bolingo obosani ngai te o

Je saurai alors que l’amour ne m’a pas oublié

Nandima bolingo ata ndele okozonga

Je croirai que tôt ou tard ma chérie reviendra

Nazali se kozela mokolo masuwa ekozonga

Je n’attends que le jour du retour du bateau

Ngai awa ata sango ya pamba Jeanny e o mama o o

Car là où je suis, je n’ai aucune nouvelle de toi,  Jeanny

 

Ebale mozindo ekati ngambo o

Le fleuve si profond atteint l’autre rive   

Matiti ekotiola, babuatu ekotiola

Les herbes aquatiques vont vers l’aval, les pirogues aussi  

Kasi bolingo na ngai enani se konana

Mais mon amour continue à aller en amont

Nazali se kozela mokolo masuwa ekozonga

Je n’attends que le jour où le bateau reviendra

Ngai awa nabeli basouci ya lamulu o mama o o

Car là où je suis, je souffre des soucis de l’amour

 

Lelo nakanisi yo mingi Jeanny

Aujourd’hui, j’ai beaucoup pensé à toi Jeanny

Na se ya kuiti o Nabandi nde kolota

J’ai commencé dans mon ivresse à faire un rêve

Yo olalisi moto na lipeka na ngai

Tu as penché ta tête sur mon épaule

Olobeli nga liloba na mwa likukuma

Tu m’as soufflé quelques mots en bégayant

Dis Zuani o nzoto ya kuiti o mawa mingi o mama o o

Chère Jeanne, c’est bien triste pour un corps habitué à l’ébriété

 

Masuwa ememeli ngai bolingo o Nzambe o

Le bateau a emporté mon amour bon Dieu

Nabenga nani lolemo emesana?

Quel est ce nom familier à ma langue?

Kombo ya Mbole o lolemo emesana

Le nom de Mbole accoutumé à ma langue

Mongongo ya Mbole o matoyi emesana

La voix de Mbole habitué à mes oreilles

 Dis Zuani o nazingi maboko na ba souci o mama o o

Chère Jeanne, je croise les bras sous le poids des soucis

 

Eloko esali nga makanisi dis Zuani o

Ce qui a traversé ma pensée ô chère Jeanne

Tovandi bambula tovandi pe basanza

Nous sommes restés ensembles pendant des années et des mois

Tovandi bamposo tovandi pe mikolo

Ensembles pendant des semaines ensembles et des jours

Tomeseni bolingo na mode ya liboma

Nous sommes habitués follement à l’amour

Dis Zuani o natangi ba plafonds na ba souci o mama o o

Chère Jeanne je compte les plafonds dans mes soucis

 

Photo yo otikela ngai na libongo o

La photo que tu m’avais donnée au port

Nakati ya motema ekoma nde elili

Est devenue un fantôme dans mon cœur

Namonaka nzela nionso nakokende

Je la vois dans tous les chemins que j’emprunte

Nabelela na mosika elili ebungi

Elle disparaît au loin lorsque je crie 

Dis Zuani o nabeli basoucis ya lamulu o mama o o

Chère Jeanne je souffre des soucis de l’amour

 

Eloko bolingo ezanga miso o

L’amour est aveugle

Moto oyo okolinga akolinga yo te o

La personne que tu aimeras ne t’aimera pas

Oyo yo okoboya akolinga yo mingi o

Celle que tu refuseras t’aimera beaucoup

Oyo yo okokima akolanda yo mingi o

Celle que tu éviteras te suivra toujours

Etumbu oyo ya bampasi ya lamulu o tokomonaka o

C’est la punition des maux de l’amour que nous connaissons

 

Mama mina lewa o mama o o

Maman je meurs

Mama nakokufa o mama ye e

Maman je meurs

Ye e mama nakowa o mama ye e

Maman je meurs

Mama nakokufa o mama ye e

Maman je meurs

Mamu nakufa o mama ye e

Maman je meurs

Ye e mama nakokufa o mama ye e

Maman je meurs

Mama nakobeba o mama

Maman je suis foutu

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Blondé 20/09/2017 14:18

Les deux poèmes de Simaro sont à mon sens complémentaires. Et le fait que Sam soit choisi pour le rendu vocal a été une merveille. Par le ton, la manière de chanter ces poèmes on sent la nostalgie, quelque chose comme une complainte. Mais sincèrement une fois encore mon imagination s'est planté parce que depuis longtemps, je classais EBALE YA ZAÏRE parmi les chansons patriotiques. Deux belles chansons d'amour. Merci Messieurs Malonga et Pedro.