Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par GYOLA   KISOKA  GYOLA Nan KONGO  TULU BISI   

TRADUCTION DE « MÈRE SUPÉRIEURE », DE PAPA WEMBA ET VIVA LA MUSICA, PAR GYOLA KISOKA

 

Voici la traduction de ``Mère supérieure`` de l’orchestre  Viva la Musica, sortie en 1978, telle que publiée dans le journal  YE . Cette chanson fera date dans l’histoire de cet ensemble, dans la mesure où  Viva la Musica était chancelant au début ,mais, avec Mère supérieure, Synza et Bokulaka, l’orchestre avait fini par avoir un solide répertoire qui pouvait rivalisé avec les autres jeunes orchestres de l’époque. En passant, le journal YE appartenait à Luambo Franco.

 

Yebisa ngai muana ma Fifi o o   

Dis-moi,  O fille de ma Fifio oo                             

Nalembi koyoka bilobela na bato   

Mes oreilles sont bouchées par des ragots                          

Ngai nalembi ye ee 

J'en ai marre                                                      

 Na kozoka na motema awa y’okeyi  

Je pleure du tréfonds de mon cœur ton départ                       

Banza mikolo  ba poso oyo tovandi na yo o 

Combien de jours, combien de semaines, avions-nous partagés ensemble?       

Youyou yaka ozongisela ngai  motema     

Youyou viens consoler mon coeur                

Oya ngai mabanzo maman nayembi na nzembo  

Mes soucis, mes servitudes, je les mets dans cette chanson   

Soki oboyi koyoka na kokatswa na ngai  

 Si tu dédaignes m'écouter j'irai me constituer prisonnier du trépas; de la mort.                   

Bamoni  yo na likolo     

Dans mes rêves, je t'ai vue au ciel                                                   

Banzelu babengi  yo moninga 

Les anges t'appelaient O amie                                      

Na tongo  na likolo  ba ndeke  bakonzemba  N’esengo

 Mais le matin au ciel les oiseaux voltigent joyeux                                                            

 Youyou eh eh eh eh   

Youyou eh eh eh                                   

Paroles : Mi Amor  Mi Amor                                           

                Mosolo  ata ndele  nakozuwa                         

                Zongela  motema  

                Mi Amor Mi Amor    

                L'argent plus tard j'en aurai                                           

                Reviens à ton amour                                                                             

                                                                                               

  

 

REFRAIN

 

Papa na yo Bokulaka  maman na yo Nkumu   

Bokulaka ton père, Nkumu ta mère

Baboya ngai na Youyou po ye Somi  ya Libindja  

Ils me rejettent parce que tu es la perle de Libindja                                                                                                         

Ngai nabeli bongo  motema ezal’ata sanduku 

J'en deviens fou, si le cœur pouvait être un coffre                     

Otanga bato batika yo tei  ya ye  

Tu aurais pu recencer les souvenirs qui y restent gravés                                         

Ya Youyou  akeyi lokola molinga     

Mais Youyou tu es partie comme se dissipe la fumée                           

Youyou nazongaki   ee  

Youyou, je suis rentré à notre amoureuse genèse                                                              

Nayoki  lisusu mongongo no  ekolobela ngai    

J'entends encore ta voix qui me dit                       

Pesa ngai loboko  tokatisa nzela         

 Donne-moi ta main, et traversons la rue                                     

Lisumu na ngai Adamu aliya mbuma kala  

 Mon péché est celui d'Adam qui mangea l'amande maudite                          

Nakati ya butu namoni elongi na yo 

Aux gouffres de la nuit j'ai vu ton visage                                     

Otali ngai na mawa  olobi tolela elongo  

 Tu me considéras avec pitié, tu me demandas de pleurer avec toi                               

Po nini tolingana bongo ekoma ngambo 

Pourquoi devons-nous nous amer ?                                 

Simba ngai na motema  na yo lokola  sekele 

S'il faut en compatir après, garde-moi dans ton cœur comme on tient un profond secret                        

Soki okoyoka ngai epayi ozali  e e    

 Si tu peux encore m'entendre de là où tu es                                               

Ngai mobola mawa    

O misère, moi miserable, pitoyable                                                                

Mowumbu’a  bolingo a maman    

Esclave d'amour                                        

Lel'oyo nayebi, bolingo ezali mboka  mopaya 

Désormais je sais que cet amour est village étrange, mystérieux                                                                    

Buakaka lokolo talaka mipanzi    

Tu y marcheras toujours avec prudence                                                 

Bango ba nzambe bayo 

Ils ont les dieux d'ici bas, tes parents                                                                 

Sala ndenge balingi     

Plie-toi à leur volonté                                                                     

Ngai nakolela bawa  nasenga se nguya   

Et moi je pleure les miens, défunts , à qui j'implore, je demande la force de lutter                                   

Nionso ekoleka tango ekoleka 

 Afin que tout passe                                                  

Manso ekoleka Youyou aye    

Youyou que tout passe                                                      

Tango  ekoleka                                                                                

Tout passe                                                                                                            

  

GYOLA   KISOKA  GYOLA Nan KONGO  TULU BISI   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lionel Eimé 14/09/2017 19:34

Merci infiniment messager, pour avoir traduire ma chanson préférée de Papa Wemba. " Mère Supérieure " est une composition qui me transporte au bout du monde.
Quelle poésie !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Nous sommes en Avril 1977. Et l'Orchestre Viva La Musica connaît un succès foudroyant sur la scène musicale du Zaire et de l'Afrique Centrale. The United Stars démarre l'année 1977 avec " Ebalé Mbongé ", une composition également de Papa Wemba qui a énormément réussi. Il faudra attendre la chanson " Mère Supérieure ", pour voir l'Orchestre Viva La Musica au sommet de sa gloire.
Merci pour la traduction plus éclaircie de cette merveilleuse composition qui ne cesse de me transporter à chaque fois que je l'écoute .
Paix à ton âme Chef Coutumier du Village Molokai .

Blondé 14/09/2017 17:03

Merci Messager, merci Pedro. Vos différentes explications m'ont satisfait. En revanche, il est loin de moi l'idée d'une quelconque polémique.D'ailleurs comment pouvais-je polémiquer alors que je connais ni le lingala ni le kikongo? Ce ne sont que des compléments de renseignements que je demande. Donc une fois merci de m'avoir satisfait.

Blondé 14/09/2017 17:03

Merci Messager, merci Pedro. Vos différentes explications m'ont satisfait. En revanche, il est loin de moi l'idée d'une quelconque polémique.D'ailleurs comment pouvais-je polémiquer alors que je connais ni le lingala ni le kikongo? Ce ne sont que des compléments de renseignements que je demande. Donc une fois merci de m'avoir satisfait.

messager 13/09/2017 22:10

D’abord, qu’il me soit permis de saluer le travail de notre ami Gyola Kisoka, qui s’est attaqué à une des chansons les plus prolixes de la chanson congolaise.
En ce qui concerne le sens de Mwana ou Muana, Pedro a presque tout conceptualisé. Si je peux ajouter quelque chose, je dirais que le terme Muana ou Mwana chez les bantous, du Cameroun en Afrique du sud signifie : un ou une enfant, un fils, un petit, un jeune…selon les circonstances. Le pluriel de « muana » est « Bana ». En Afrique Australe, on retrouve le terme Muana dans Bophuthatswana.
Par ailleurs, le terme « muana » peut exprimer soit un lien de parenté (fils de, ou fille de), soit une infériorité d’âge. C’est ainsi qu’une personne plus âgée (60 ans) qualifiera celle qui est âgée de 55 ans de muana, par exemple. Parfois, le terme muana peut signifier un apprenti, ou quelqu’un qui ne maîtrise pas encore un métier.
Dans certaines régions de la RDC, lorsque terme muana précède un nom propre, il revêt un caractère royal, comme le terme « Sir » en Grande Bretagne. Dans ce cas, muana devient un titre de révérence.

Messager

Pedro 13/09/2017 13:28

Voici mon apport sur la problématique muana/mwana. D’abord, l’aspect orthographique. La première syllabe du mot muana/mwana contient une consonne nasale bilabiale [m], une voyelle ouverte [a] et, au milieu des deux sons, ce qu’on appelle une semi-voyelle. Cette semi-voyelle est prononcée au fond de la cavité buccale. Des gens comme moi qui ont été alphabétisés en langue maternelle (kikongo, dans mon cas – et le mot muana/mwana signifie exactement la même chose en kikongo et en lingala), avant d’apprendre le français, ont appris que cette semi-voyelle est représentée par la lettre w et non avec la lettre u, qui doit représenter une voyelle. Mais, il y a des cas où, même moi, je sens que, dans une chanson, le u devrait remplacer le w. Par exemple, dans les chansons, le verbe lingala « kozwa » (prendre) est souvent prononcé comme si la racine avait deux syllabes au lieu d’une seule. Ainsi, on chante « Zu-a ngai mowumbu ya bolingo » (Prends-moi comme esclave d’amour). Je sens donc que, si j’écrivais « Zwa ngai… », l’orthographe ne reflète pas les deux syllabes, justement parce que la semi-voyelle w ne rend pas fidèlement ce qui se dit. Je me demande souvent s’il faut que j’écrive « zuwa », mais celui-ci est un autre mot en lingala, en l’occurrence le mot qui signifie « jalousie ».
Quand au sens du mot muana/mwana, il est masculin (fils), féminin (fille), masculin/féminin (enfant) et ses composés comme mwana-nsuka (le dernier né) ou neutre comme dans les petits des animaux (mwan’a nsusu = le poussin), nsusu étant la poule. Ces exemples en kikongo ne sont pas très éloignés de leurs équivalents en lingala.

Blondé 13/09/2017 12:37

Bonjour les amis Surtout mille mercis pour l'effort que vous faites en traduisant des textes souvent poétiques. Ce matin, ma préoccupation ce sont deux homonymes "MUANA et MWANA". Le premier dans LOLA MUANA a été traduit par LOLA JUNIOR (à ma compréhension un diminutif affectueux comme MON PETIT LOLA. Aujourd'hui dans MÈRE SUPERIEURE, la phrase 'yebisa ngai muana ma Fifi' a été traduite par ''Dis-moi o fille de ma FIfi''. J'identifie que MUANA a été rendu par FILLE. Je ne comprends pas cette variation. Ensuite MWANA, un homonyme lui est traduit dans MWANA YOKA TOLI par FILS. Est-ce le même mot écrit de différente manière ou l'écriture détermine ici le sens du mot? Une fois encore merci pour le travail abattu.