Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Ngimbi Kalumvueziko

 

 

 L’histoire de la chanson « Mokolo na kokufa, selon Faugus

 

Cette photo est extraite du livre "Les coulisses de la musique congolaise", de Faugus Izeidi

 

 

J’ai commenté le débat qui continue sur notre Site www.mbokamosika,com sur la traduction française de “Mokolo na ko kufa”, avec le guitariste Faugus Izeidi, reconnu comme le créateur de la guitare mi-silo dans la musique congolaise, et auteur de l'excellent livre “Les coulisses de la musique congolaise" paru aux Editions Paari. Faugus avait participé à la réalisation de cette chanson, une oeuvre deja passée dans l’anthologie de la musique congolaise moderne. Il m'a révélé que c'est en écoutant à distance les notes de guitare qu'il jouait avant une séance de répétition de l’orchestre Africa Fiesta National, que le chanteur Tabu Ley Rochereau, patron de l’orchestre, avait eu l'idée de produire sur ces notes une chanson qu'il avait composée sur le thème de l'amour.


Tabu Ley, Faugus lui- même et le guitariste Guvanu, de son vrai nom Jean Paul Vangu Diaksnua, s’étaient par la suite retrouvés à la résidence de Faugus pour mettre en chantier l'oeuvre projetée de Rochereau. C'est à ce moment-là que Faugus, encore sous la hantise de la mort possible d'un proche sorti d'un cas de maladie jugé désespéré avait proposa à Rochereau d'exploiter ses partitions de guitare dans une chanson sur le thème de la réflexion sur la mort.


Tabu Ley accepta la proposition et composa une mélodie et avec le guitariste Guvano, ils mirent au point la chanson ”Mokolo lna ko kufa”. Celle-ci fut pour la première fois jouée en Ouganda où Tabu Let et son orchestre avaient été invies. A Goma où ils avaient transité l'avion avait frôlé la catastrophe suite à un incendie à l'un des moteurs quelques minutes après le décollage.


Cet incident inspira Tabu Ley pour composer une autre chanson sur le même thème celui de “Mokolo na ko kufa”. C'est la chanson “Adios Thethe”, dans laquelle il évoque clairement son voyage en Ouganda, les risques d'accident d'avion, la grande désolation de sa femme et de ses enfants après sa mort accidentelle toujours possible, son exhortation au courage, ...

 

Ngimbi Kalumvueziko

 

 

LA RÉACTION DE FAUGUS IZEIDI

Guvano: co-auteur de Mokolo nakokufa

 

Oui Ngimbi Kalumvueziko ! On appelle auteur, celui qui a eu le premier l'idée, soit par un thème, une mélodie, ou compose une musique.Dans le cas de la chanson Mokolo na kokufwa, Faugus est auteur puisqu'il a composé une musique qui intéressa à distance Rochereau avant une séance de répétition. Ce n'est qu'après la répétition que Rochereau a demandé à Faugus s'il pouvait l'accompagner chez lui avec Guvano. Curieusement il demande à ces derniers de prendre leurs guitares, arrivé chez Faugus, Rochereau demande à Faugus s'il pouvait se rappeler d'une mélodie qu'il jouait avant la répétition, chose faite sans hésitation. C'est alors que Rochereau demande à l'auteur s'il pouvait mettre des paroles sur cette mélodie pour en faire une chanson, Faugus donne son accord mais malheureusement, Rochereau comme toujours place des thèmes d'amour tel qu'on le connait. Alors que cette mélodie, Faugus était inspiré par la maladie de son fils qui était à l'hôpital, c'est là que tout a basculé, après débat, le thème de la mort était retenu.

 

Maintenant, il fallait trouver les paroles pour ce thème, Rochereau, Faugus et Guvano, se sont mis a placer mot par mot ensuite phrase par phrase. Rien ne pouvait nous surprendre à la sortie du disque que Rocereau marque sur l"étiquette que c'est lui l'auteur de la chanson, étant donné qu'il était la tête d"affiche que nous devrions soutenir à cause des diverses concurrences, nous avions laissé passer.

 

Normalement, si c'était en Europe, il devait déclarer ceci: auteur, Faugus, paroliers Rochereau, Faugus et Guvano, compositeurs, Faugus et guvano, interprètes Rochereau, Faugus, Guvano, Mwena, Amando et Wawanko. c'est pas une confusion, on appelle Compositeur celui qui compose la musique qui habille l’œuvre. Chez nous, c'est la confusion, l'auteur d'une œuvre est appelé abusivement, auteur compositeur, on ignore même sont rôle d'interprète même pour sa propre chanson. Le propriétaire de l"orchestre African Fiesta fut Roger Izeidi, Rochereau est devenu patron de l'African Fiesta devenu AFRISA jusqu"à sa mort. Ceci est la pure vérité de nos coulisses. posé la question à Molenga Seskain, il est encore en vie.

 

Faugus Izeidi Lebagada

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

messager 02/09/2017 10:15

Comme nous l'avions souligné en son temps, le livre de notre aîné Izeidi Faugus fait partie des rares publications réalisées par ceux qui ont vécu l'histoire de la musique congolaise, de l'intérieur. C'est pourquoi nous le recommandons à ceux qui veulent toucher du doigt, les secrets de la musique congolaise.

Messager

Claude Kangudie 01/09/2017 20:38

On peut dire la même chose de la chanson "Bonbon sucré" de l'African Jazz. Selon Manu Dibangu, la répétition était finie depuis un bout de temps. Lui et Déchaud Muamba trainaient encore sur leurs instruments. Ils vont se lancer dans une improvisation fort intéressante. A ce moment Rochereau qui était resté aussi trainé après répétition passera là où Manu et Déchaud jouainet leur improvisation. Et Manu va demander à Rochereau de mettre les paroles sur cette musique...la suite on la connait, c'est le titre "Bonbon sucré" attribué à Rochereau qui en fait revient aux trois personnes...RDC, mboka na biso, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie.

Faugus Izeidi Lebagata 01/09/2017 20:13

complément sur l'article de Ngimbi

Faugus Izeidi Lebagata 01/09/2017 20:11

Oui Ngimbi Kalumvueziko ! On appelle auteur, celui qui a eu le premier l'idée, soit par un thème, une mélodie, ou compose une musique, dans le cas de la chanson Mokolo na kokufwa, Faugus est auteur puisqu'il a composé ne musique qui intéressa à distance Rochereau avant une séance de répétition. ce n'est qu'après le répétition que Rochereau a demandé à Faugus s'il pouvait l'accompagné chez lui avec Guvano. Curieusement il demande à ces derniers de prendre leurs guitares, arrivé chez Faugus, Rochereau demande à Faugus s'il pouvait se rappeler d'une mélodie qu'il jouait avant la répétition, chose faite sans hésitation, c'est alors que Rochereau demande à l'auteur s'il pouvait mettre des paroles sur cette mélodie pour en faire une chanson, Faugus donne son accord mais malheureusement, Rochereau comme toujours place des thèmes d'amour tel qu'on le connais. Alors que cette mélodie, Faugus était inspiré par la maladie de son fils qui était à l'hôpital, c'est là que tout a basculé, après débat, le thème de la mort était retenu. Maintenant, il fallait trouver les paroles pour ce thème, Rochereau, Faugus et Guvano, se sont mis a placé mot par mot ensuite phrase par phrase, Rien ne pouvait nous surprendre à la sortie du disque que Rocereau marque sur l"étiquette que c'est lui l'auteur de la chanson étant donné qu'il était la tête d"affiche que nous devrions soutenir à cause des diverses concurrences, nous avions laissé passer. Normalement, si c'était en Europe, il devait déclarer ceci: auteur, Faugus, paroliers Rochereau, Faugus et Guvano, compositeurs, Faugus et guvano, interprètes Rochereau, Faugus,Guvano, Mwena, armando et Wawanko. c'est pas une confusion, on appelle Compositeur celui qui compose la musique qui habille l’œuvre. Chez nous, c'est la confusion, l'auteur d'une œuvre est appelé abusivement, auteur compositeur, on ignore même sont rôle d'interprète même pour sa propre chanson. Le propriétaire de l"orchestre African Fiesta fut Roger Izeidi, Rochereau est devenu patron de l'African Fiesta devenu AFRISA jusqu"à sa mort. Ceci est la pure vérité de nos coulisses. posé la question à Molenga Seskain, il est encore en vie

Samuel Malonga 01/09/2017 19:29

Le début de la chanson est aussi reprise dans le refrain, je voulais dire.

Samuel Malonga 01/09/2017 19:25

Rochereau avait composé "Adios Tété" dans l'African Fiesta aux éditions Vita. Par contre, "Mission officielle" est la chanson dans laquelle, Ley fait référence à son voyage en Ouganda. Elle est sortie dans l'African Fiesta National le peuple aux éditions Flash. Elle peut prêter à confusion, car le refrain commence par "Adios Tété loba na bana ngai nake mosala nakozonga".

Ngimbi Kalumvueziko 02/09/2017 05:59

C'est vrai cher Samuel Makinga, le titre de la chanson composee a l'occasion de ce voyage calamiteux en Ouganda est bien MISSION OFFICIELLE.