Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Samuel Malonga

Traduction de « Faute ya commerçants » de Lutumba, par Samuel Malonga

Faute ya commerçant  (La faute du commerçant), Lutumba Simaro et le TP OK Jazz.

Une femme qui vient d’être quittée par son mari au dépend d’une rivale, crache sa peine à Kadima qu’elle appelle affectueusement Kadi. Voilà résumé en peu de mots cette belle composition du poète Lutumba sortie en 1982. Elle est chantée par Sam Mangwana dont la voix limpide lui a donné une dimension plus romantique. Mais fait rare dans la musique congolaise, la guitare solo n’est pas jouée par un soliste de l’OK Jazz mais plutôt par Dino Vangu de l’Afrisa International sur demande de Simaro Masiya lui-même. Cette complainte lyrique exécutée sur fond du saxo emballant du maestro Empompo Loway fut sacrée meilleure chanson de l’année 1982 par les chroniqueurs kinois de musique. De la pure rumba odemba.

 

Kadima, tala balingi kokunda ngai mobesu

Kadima, regarde, ils veulent m’enterrer vivant

Nazali nanu kopema nanu nakufi te o o  ah

Je vis pourtant, je ne suis pas encore morte

Kadima, mobali akabi ngai cadeau na bambanda

Kadima, mon mari m’a donnée en cadeau aux rivales

Nazali nanu na mayi na nzoto elenge  yo yo ah

Je suis pleine de vitalité car encore jeune

Foti ya mbanda te o foti ya komelesa

Ce n’est pas la faute de ma rivale mais plutôt celle du commerçant

Atekeli biso elamba ndenge moko o bampangi e

Il nous a vendu un vêtement identique oh mes amis

Komelesa ye ko aluka na ye se mbongo

Le commerçant, lui, ne cherche que l’argent

Ngai na mbanda tokokani e e ye ye ah

Ma rivale et moi sommes maintenant égales

Nzambe asala ngai moke lokola tonga masini

Dieu m’a créée mince comme l’aiguille d’une machine à coudre

Mbanda abanga lolendo na ngai te o ima o o ye ye  a  yele yele

Mon orgueil ne fait pas peur à ma rivale

Mao tala Kisasa mobimba balali

Regarde Mao, Tout Kinshasa dort

Ngai nazali se kotanga plafond na canapé o mawaze e

Je suis pourtant assise sur le canapé en train de compter les plafonds

Kadi, mobala akabi ngai cadeau na baleki

Kadi, mon mari m’a offerte en cadeau aux plus jeunes

Bazalaki kobenga ngai yaya na nzela ya zando e hum nasambue o o

Qui respectueusement m’appelaient grande sœur,  me voilà discréditée

Ngai namesana koseka ata lelo nasiliki

Moi qui suis habituée à rire, même si aujourd’hui je m’énerve

Mbanda abanga kanda na ngai te o malole ye ye  ah

Ma rivale ne redoutera pas ma colère, oh ! Comme c’est stupide

Taille ya mannequin ngai mwana Lomeka

Avec ma taille de mannequin, moi l’enfant de Lomeka

Mobali asambwisi nga likolo ya vengeance o o yoyo ah o mina lewa e ee

Mon mari m’a déshonorée par vengeance  oh je suis ivre (de son amour)

 

 

Paroles

Ngai na mbanda tokokani ba points

Ma rivale et moi avons les mêmes points

Foti ya komelesa hum mboka oyo makambo

C’est la faute du commerçant hum trop de problèmes dans cette ville

Oka miziki ya bana mboka  hum

Écoutez la musique des enfants du pays

 

 

 

Ima ima e ima ima e ima ima e ye ye ye e bolingo pasi e  mama ah

Ima ima e ima ima e ima ima e ye ye ye e comme l’amour fait souffrir

Maloba ya tata liboso akata motema

Les paroles de mon père avant qu’il ne rende l’âme

Na mbeto ya lopitalo ayebisaka ngai boye:

Dans son lit d’hôpital, il m’a dit ceci :

Mwana soki kokelela eleki na la vie

Ma fille, si dans la vie tu demeures dans la nécessité

Bakoya kobenga yo maboko makasi e

Les gens t’appelleront avare

Muana soki vérité eleki mingi na monoko

Ma fille, si dans ta bouche sort trop de vérités

Bakoya kobenga yo epanza makita

Les gens t’appelleront trouble-fête

Soki mobali alembi kosalela yo zuwa

Si ton mari n’est plus jaloux de toi

Wana ekomi kaka libala ya provisoire

Sache que  ce mariage devient éphémère

Muasi ya mobulu asimbaka makuela ve

Une femme légère ne reste pas longtemps en couple

Suka ya likambo se baboya ye

Elle finit par être répudiée

Niongo ya pongi suka se ofuta

On paie toujours la dette du sommeil

Mwasi yo obongaki se ndako ya Masiya e ima o mama ah

Femme, ta place était dans la maison de Masiya

 

 

Paroles

Hum Loway kolela te

Loway ne pleure pas

Oka hum

Écoutez hum

 

 

 

Kadi, bakana ngai kala, bayina ngai yo

Kadi, on m’en veut depuis longtemps, on me hait

Mobali aboya ngai kala nakoyebaka te o o ah

Mon mari ne m’aime plus depuis des lustres sans que je ne le sache

Likambo nasala eleki lelo mbula zomi o

L’erreur que j’avais commise il y a dix ans

Mobali akangela ngai kanda na motema

Mon mari l’a gardée dans son coeur

Tokolia tokomela ata nasengi pardon

Nous mangions et buvions, même si je demande pardon

Ye na motema aboya kolimbisa ngai

Il ne m’a jamais graciée au fond de son cœur

Aye koboya ngai se tango nalingi ye mingi o

Il me quitte au moment où mon amour pour lui est fort

A ngai naniokuami yoyo o o mama o yoyo

Ah ! J’en souffre terriblement

Mobali atiki ngai bolingo na lolemo e o yeye

L’affection pour mari m’est accrochée à la langue

Libala epesi ngai pension ya bomuana o o yoyo

Le mariage m’a donné une retraite précoce

Mobali akabi ngai cadeau na bambanda e o mama

Mon mari m’a livrée aux mains des rivales

Je moyen pas comprendre o o o yoyo

Je n’arrive pas à comprendre

Ah ! J’ai mouru tension e e  mama o o

Ah ! Je vais mourir de tension artérielle

Mobali atiki ngai bolingo na lolemo e ima  o mama

L’amour pour mari m’est accroché à la langue

Libala epesi ngai pension ya bomuana boye o o mama

Le mariage m’a envoyé en retraite précoce

Mobali akabi ngai cadeau na bambanda e

Mon mari m’a livrée aux mains des rivales

O mama a moi j’ai moyen pas comprendre o

Oh !  Maman, je n’arrive pas à comprendre

O yo yo e e e moi j’ai mouru tension e e

Ah ! Je vais mourir de tension artérielle

Kisasa bazui lisolo ya kosolola

A Kinshasa, les gens ont un sujet de conversation

kombo na ngai esili e  um mama

Mon nom est sur toutes les lèvres

Banda na nganda Lineti e

A commencer par le bar Lineti

O yoyo e ata epai ya Seli Zozo e

Oh ! Même chez Chérie Zozo

Epayi ya Bébé kombo na ngai esili kosila saint pauli nde supu e

Chez Bébé mon est dans toutes les bouches avec la saint pauli en guise de soupe

O o yeye moi j’ai mouru tension e e e

Oh ! Je vais mourir de tension artérielle

Ima ima e yeye ima ima ye ngai nawi o o

Oh ! Je meurs

O o yoyo mobali akabi ngai cadeau na bambanda e

Mon mari m’a offerte en cadeau aux rivales

O mama libala epesi ngai pension ya bomuana e

Le mariage m’a envoyée en retraite en pleine jeunesse

O mama

Oh ! Maman

 

Nabelela o mama a

Je crie au secours maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Samuel Manuel 27/08/2017 18:23

Il faudrait lire: "Ma fille, si de ta bouche sort trop de vérités" ...

Simba Ndaye 26/08/2017 01:39

Les deux strophes manquantes: > et >.

Simba Ndaye 26/08/2017 01:45

Les fameuses strophes manquantes: On paie toujours la dette du sommeil et Mao, regarde. Tout Kinshsa dort mais moi, je suis assise sur le canapé entrain de compter les plafonds.

Simba Ndaye 26/08/2017 01:28

Sam, je l'ai déjà dit en privé à Messager. Vous ne pouvez pas mesurer dans l'immédiat l'importance de l'extraordinaire travail que, toi et les autres, vous abattez sur Mbokamosika depuis quelques semaines avec la rubrique ''Traduction''. Cette chanson ''Faute ya Commerçant'', je l'écoute et la réécoute depuis 35 ans, cette version avec Sam Mangwana comme celle chantée par Ntesa Dalienst . Mieux! Peu d'années après, c'est même sur cet air que ma femme et moi avons ouvert le bal au cours de notre soirée de noces. C'est pour te dire que cette œuvre immortelle de Lutumba fait un peu partie de ma vie. Or, figure-toi que, durant toutes ces années, je n'avais jamais fait le lien direct entre deux strophes du texte. Je m'explique: il est dit: >, que tu traduis pas >. Incroyable! Je viens seulement de réaliser que cette strophe est la résultante directe de celle où il est dit plus haut: >. >. Bon sang! C'est bien là l'origine de la dette de sommeil. Ce sont toutes ces nuits entières d'insomnie passées au salon. Eh ben, dites donc! Comme quoi on peut prétendre connaître quelque chose (en l'occurrence une chanson) et passer à côté d'un détail essentiel qui vous la fait apparaître sous un jour nouveau: Insomnie=dette de sommeil. Lutumba est incontestablement un génie littéraire dont les œuvres méritent d'être inscrites au programme de nos manuels scolaires et universitaires. Voilà l'expérience personnelle que je vais m'empresser de partager avec...mon épouse. Je suis convaincu que, comme moi, elle n'avait jamais fait ce lien. Merci Sam et bonne continuation.
Simba Ndaye.

Samuel Malonga 27/08/2017 18:21

Merci Simba Ndiaye pour ces mots si chaleureux. A Mbokamosika toute l'équipe fait de son mieux pour servir les mbokatiers comme il se doit.

Emile de Kinshasa 24/08/2017 20:11

Un Chef d'oeuvre, inoxydable et authentiquement Congolais!

Blondé 24/08/2017 19:46

J'ai comme l'impression que les sujet d tristesse inspirent et engendre des mélodies fantastiques. Alors imaginez comment on se plante à l'idée du sens des chansons qu'on écoute. Faute ya commerçant sonne comme l'histoire d'un marchand véreux qui est sanction et dont on se sert de l'exemple pour donner une leçon. Ah! les amis vous êtes merveilleux. Mille fois merci à vous.