Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Samuel Malonga

Traduction de « Bougie ya motema », du Dr Nico, par Samuel Malonga

Bougie ya motema (La bougie de mon cœur), Dr Nico et l’African Fiesta Sukisa

 

Le Docteur de la musique congolaise parle d’un homme épris d’amour pour Ngalula, la mère de Kamunga. Cette belle dame est la bougie qui illumine son cœur. L’amoureux lui supplie d’oublier les autres hommes. Car outre sa beauté et sa chevelure débordante, cette créature a de jolies cuisses aguichantes semblables à une bouteille de bière renversée, les fameuses mipende ya milangi. La chanson est sortie me semble-t-il en 1968 aux éditions Sukisa.

 

Lala pongi nga nasenga tubela

Okondima ngai

Nakotambuisa yo moto po yo ndima

Eh ! Bougie ya motema Ngalula

 

Lala pongi nga nasenga tubela

Okondima ngai

Nakotambuisa yo moto po yo ndima

Eh ! Bougie ya motema Ngalula

 

Lala pongi nga nasenga tubela

Okondima ngai

Nakotambuisa yo moto po yo ndima

Eh ! Bougie ya motema Ngalula

 

Refrain

Ngalula mipende ya milangi

Boya bango lokola lisano

Kobosana te kombo bolingo

Clémentine suka ya meme

Moyi ebimi omoni Ngalula

 

Ngalula mama na Kamunga

Boya bango lokola lisano

Kobosana te kombo bolingo

Clémentine suka ya meme

Moyi ebimi omoni Ngalula

Ngalula mama na Kamunga

 

Paroles

Sukisa (2x)

 

Ngalula mipende ya milangi

Boya bango lokola lisano

Kobosana te kombo bolingo

Clémentine suka ya meme

Moyi ebimi omoni Ngalula

Ngalula mama na Kamunga

Boya bango lokola lisano

 

Traduction

 

Dors pour que je confesse

Tu ne me croiras pas

Je te rendrai folle de moi afin que tu m’acceptes

Eh ! Ngalula bougie de mon cœur

 

Dors pour que je confesse

Tu ne me croiras pas

Je te rendrai folle de moi afin que tu m’acceptes

Eh ! Ngalula bougie de mon cœur

 

Dors pour que je confesse

Tu ne me croiras pas

Je te rendrai folle de moi afin que tu m’acceptes

Eh ! Ngalula bougie de mon cœur

 

 

Refrain

Ngalula aux jolies cuisses

Quitte-les comme par enchantement

N’oublie pas le nom de l’amour

Clémentine aux cheveux semblables à ceux de la brebis

Le soleil est apparu et tu as vu Ngalula

 

Ngalula aux jolies cuisses

Quitte-les comme par enchantement

N’oublie pas le nom de l’amour

Clémentine aux cheveux semblables à ceux de la brebis

Le soleil est apparu et tu as vu Ngalula

Ngalula la mère de Kamunga

Quitte-les comme par enchantement

 

Paroles

Sukisa (2x)

 

Ngalula aux jolies cuisses

Quitte-les comme par enchantement

N’oublie pas le nom de l’amour

Clémentine aux cheveux semblables à ceux de la brebis

Le soleil est apparu et tu as vu Ngalula

Ngalula la mère de Kamunga

Quitte-les comme par enchantement

Commenter cet article

Blondé 22/08/2017 15:45

En 68, j'étais lycéen à MAN. Dans cette ville de l'ouest de la C.I., il y avait une salle de cinéma dont le gérant a adopté Bougie ya motéma comme musique d'ouverture. De gros hauts parleur placé à l'entrée et au dessus du bâtiment inondaient la ville es notes de cette chanson pour dire aux manois il est l'heure de venir au cinéma. C'est comme çà qu'elle m'a marqué.

Claude Kangudie 22/08/2017 14:36

Bonjour à tous...Bougie ya motema est de Chantal Kazadi, monstre sacré de la musique congolaise, certes parti trop tôt...Paix à son âme avec Siongo Bavon...RD Congo, mboka ya Armand Tungulu Mudiandambu, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie.

messager 22/08/2017 10:33

Pedro,

J'ai aussi remarqué qu'en traduisant les chansons, on les découvre autrement.

Messager

Pedro 22/08/2017 08:57

C’est la première fois que je comprends exactement ce que cette chanson voulait dire. Cet exercice n’est donc pas pour le seul bénéfice des francophones non-lingalaphones.

Ngimbi Kalumvueziko 22/08/2017 06:11

Je pense que le veritable auteur de cette chanson est Kazadi Chantal. On sait que toutes (presque) les chansons sur disque de l'African Fiesta Sukisa portaient le nom de Nico Kasanda comme auteur-compositeur.

Messager 22/08/2017 15:27

Suite à la remarque pertinente de notre frère Ngimbi, il est souhaitable que le doyen Ignace nous fixe sur le véritable auteur de "Bougie ya motema", et surtout sur l'origine de cette chanson.

Messager

Samuel Malonga 22/08/2017 13:59

Les patrons de nos orchestres se sont maintes fois appropriés les chansons de leurs musiciens. Mais l'exercice devient difficile pour le démontrer.

Messager 22/08/2017 10:31

Cher frère Ngimbi,
Je crois qu'en tant qu'historien, votre apport nous est utile dans cette phase de l'analyse d'un pan de notre patrimoine culturel.

Messager