Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Depuis Abidjan, Blondé exhume enfin la chanson « Cielito Waila », longtemps recherchée.

 

Après plusieurs avis de recherches sur Mbokamosika, la chanson « Cielito Waila » de Robin et l'orchestre Los Angel vient enfin d’être exhumée par notre ami Blondé d’Abidjan, en Côte d’Ivoire.

En la réécoutant  après plus de 40 ans, nous avons eu l’impression que sa dernière audition datait d’hier. Une preuve que cette œuvre était profondément enfouie dans nos souvenirs.

Ce qui nous a par ailleurs impressionnés dans cette interprétation, c’est l’intensité du rythme. Une maîtrise parfaite de l’orchestration par des musiciens aux dons exceptionnels.

Nous rappelons à nos lecteurs que l’orchestre Los Angel, propriété de Mr Tshibangu à Bandalungwa  est issu de l’orchestre Vedette-Jazz. Plusieurs vedettes de la musique congolaise à l’instar de: Alphonso, Bholen, Decca , etc,  y ont fourbi leurs armes avant d’évoluer dans diverses formations prestigieuses telles que le Négro-Succès et l’OK-Jazz.

Ceux qui y étaient restés comme Lasso et Robin, nous ont légué des œuvres d’anthologie parmi lesquelles cette interprétation d'une chanson Afro-Cubaine que Blondé vient de nous offrir et à qui nous réitérons nos remerciements

 

Messager

Commenter cet article

Pedro 15/04/2017 17:15

Avez-vous remarqué, chers mbokatiers, que la basse de cette chanson, qui n’est pas de la rumba congolaise, sort des sentiers battus de Ngai Robin Mawa (tu-tu-tuu [montant] tu-tu-tuu [descendant]), du boucher qu’on a déjà évoqué sur cette plateforme ?

nyanguila 08/04/2017 21:32

Bonjour et merci beaucoup à notre cher ami et frère Blondé d'avoir apporté cette chanson qui date des années 66' et qui nous semblait disparue!Et Los Angeles fut un ensemble qui rassemblait des musiciens de talent mais,suite au fait de gestion de leur patron,s'en était suivi le départ de bon nombre de musiciens pour laisser le groupe aux bons soins des employés du bar-hôtel,dépôt de boissons et manutentionnaires ainsi que le rythme de la musique avait connu un écart qui ne voisinait plus avec le temps de "Robin mwana mawa"!En attente,merci encore à cher Blondé et notre Messager,bien à vous.