Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par PEDRO

 Réflexions sur le sens du mot « étranger » en lingala

Une rare photo d'un des enfants de la famille Labie au Congo coiffé d'un casque colonial, entre 1929 et 1963. Un « mbula matari » en miniature !!!

Selon Larousse, un étranger, c’est quelqu’un qui n’a pas la nationalité du pays où il se trouve. Il y a certainement d’autres définitions, mais je ne crois pas qu’elles incluent le sens que Franco donne au mot « mopaya » quand il dit : « Soki nakeyi mboka mosusu mopaya atuni ngai ekolo na ngai » (Si je voyage vers un autre pays et que l’étranger me demande de quel pays je suis originaire,…). Vous voyez que, dans ce vers, l’étranger peut être un sujet qui est dans son propre pays par rapport au visiteur. L’étranger devrait être Franco lui-même et non pas la personne qui veut savoir d’où il est, puisque c’est Franco qui s’est déplacé. Changeons un peu la première proposition dans notre traduction. Franco dit : « Si je me rends à l’étranger et que l’étranger me demande d’où je viens, …. ». Le locatif « à l’étranger », ce n’est pas à l’étranger par rapport à l’agent, mais par rapport à la première personne. Et les mots signifient ce qu’ils signifient dans leur usage. Donc, le mot « mopaya » signifie (1) ressortissant d’un pays autre que celui où il se trouve ; et (2) citoyen d’un pays où il se trouve par rapport au visiteur.

 

Puis, dans une chanson chantée par Sam Mangwana, les étrangers sont accusés d’être des pompiers pyromanes : « Masenginya ya bapaya epanzi makita/batumbi y’Afrika kaka se bango/baye na sima balobi baboma moto ». Dans ce cas, bapaya signifie tous ceux qui ne sont pas africains, y compris ceux qui ne se sont jamais rendus (physiquement) sur le continent : des individus, mais aussi des institutions ; les Etats Unis, l’Union Soviétique, l’Union Européenne, l’OTAN, le Pacte de Varsovie, Downing Street, Matignon, etc. La chanson, que je n’ai malheureusement pas, commence : « Tongo etani moyi mokomonana te/Mapata etondi likolo londende ezipi mokili/Toyeba te epayi tozali kokende/Mwinda y’Afrika ezangi mafuta » (Il fait jour, mais on ne voit pas le soleil/Le ciel est nuageux et on est couvert par le brouillard/Nous ne savons pas où nous allons/La lampe de l’Afrique est à court de carburant). Le sens que Sam Mangwana attribue au mot « étrangers » est celui qui est sous entendu dans le commentaire de Ngimbi Kalumvweziko au sujet de la « collecte des documents d’archives détenus par les anciens coloniaux et autres voyageurs étrangers », c'est-à-dire, les explorateurs et touristes de tout bord.

 

Donc, bapaya signifie tous ceux qui ne sont pas africains. Mais, en Afrique du Sud, quand on s’en prend à des « foreigners », c’est tout d’abord des africains non sud-africains. La presse sud-africaine avait de la peine à les appeler « African migrants » et ce matin, pour prouver que ce ne sont pas que des africains, j’ai entendu dire que parmi les gens qui ont été attaqués il y a aussi des pakistanais.

 

Pour terminer, vous verrez que dans le texte du 27 février 2017 sur Emile Labie, on dit qu’il « décida de s’expatrier ». S’expatrier ? De la Belgique au Congo Belge ? D’un portugais qui se serait rendu en Angola on n’aurait jamais dit qu’il s’était expatrié. Saviez-vous qu’António de Oliveira Salazar interdisait à tout portugais de rapatrier des fonds à la métropole, puisqu’il fallait développer cet autre coin de la patrie portugaise qu’est l’Angola ?

 

Pedro

Commenter cet article

Pedro 22/03/2017 10:29

Après le commentaire ci-dessous (mopaya: celui qui ne fait pas partie de la communauté, un inconnu), il me vient à l'esprit qu'en fait, mopaya peut signifier "le visiteur". Ça me rappelle une histoire de Mamadou et Bineta – Lisent et écrivent couramment – si je ne me trompe pas (c'est-à-dire, la méthode de 3ème et 4ème années de l’école primaire), où l'un des visiteurs, je crois, a donné son nom comme "visiteur", de sorte que, quand on leur apporte la nourriture, il dit à l'autre que la nourriture est à lui seul, puisque c'était pour le visiteur. L'autre, rongé par la faim au milieu de la nuit, est allé manger des produits agricoles dans les champs de leurs hôtes. Au matin, quand on s'est plaint que le vol ne pouvait être attribué qu'aux visiteurs, il dit: Comme vous voyez, le visiteur, c'est lui. Et quand on lui demande combien de coups de fouets il voulait qu'on donne à son compagnon de voyage, il dit: « Pas beaucoup ; trois cents seulement. ».

Gépolemick 11/03/2017 03:58

« Soki nakeyi mboka mosusu mopaya atuni ngai ekolo na ngai » (Si je voyage vers un autre pays et que l’étranger me demande de quel pays je suis originaire,…).
MOPAYA: est celui qui ne fait pas partie de sa communauté, un inconnu...
On peut être MOPAYA dans son propre pays, d'une région à l'autre on est étrangé.
Comment peut-on traduire: Je pars à l'étranger, Je pars vivre à l'étranger. À suivre...

Gépolemick 11/03/2017 03:54

« Soki nakeyi mboka mosusu mopaya atuni ngai ekolo na ngai » (Si je voyage vers un autre pays et que l’étranger me demande de quel pays je suis originaire,…). MOPAYA: est celui qui ne fait pas partie de votre communauté, un inconnu ; On peut être MOPAYA dans son propre pays, d'une région à l'autre on est étranger. Comment peut-on traduire: Je pars à l'étranger, Je pars vivre à l'étranger. À suivre...