Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Mise au point à propos de la mobilisation politique .

 

Chers amis,

Nous remercions tous ceux qui nous écrivent en nous demandant de ne pas regretter ce que nous avons fait durant la période de mobilisation comme nous l’avons exprimé à travers une des nos publications antérieures.

En effet, de septembre à décembre 2016, notre site avait chambardé ses rubriques pour se ranger derrière le peuple congolais dans sa lutte pour mettre fin au pouvoir dictatorial de Joseph Kabila. Cette attitude nous avait été dictée par notre fibre patriotique. Personne ne nous avait contraint à nous mobiliser.

Si nous nous étions engagés, c’était par amour pour le pays de nos ancêtres. Ce que d’aucuns oublient est qu’étant installés en Occident, nous pourrions nous occuper de nos enfants et de nos épouses et laisser nos compatriotes se débrouiller. Mais le sang qui circule de nos veines nous empêche d’abandonner le peuple congolais.

Mais qu’avons-nous constaté ? Durant la période de mobilisation, nous avions émis certaines propositions susceptibles d’aider l’opposition à peaufiner sa stratégie. Curieusement, aucune de nos propositions n’a été prise en compte.

Durant cette période, le rapport de forces était du côté du rassemblement. Nous l’avions maintes fois mentionné et avions prié nos politiciens de ne pas s’engager dans un dialogue qui n’avait comme but que de légitimer le pouvoir de Kabila. Qui plus est, nous avions sonné l’alarme sur le timing en disant qu’il était matériellement impossible d’entamer le dialogue même à deux mois de l’expiration du mandat de Kabila.  Curieusement, le rassemblement s’est autorisé à dialoguer avec Kabila, sous l’égide de la Cenco à trois jours de l’expiration de son mandat.  Résultat : Kabila a gratuitement prolongé son mandat. Sans contrepartie. L’opposition et le peuple congolais ont tout perdu. Ne leur avions pas rappelé que négocier en ce moment là équivalait à réanimer un moribond ?  Aujourd'hui qu'il a repris de force, il poursuit la répression aveugle de la population.

Voilà pourquoi nous avons regretté le fait que l’opposition, en s’engageant dans son dialogue avec Kabila, a trahi ceux qui sont morts et ceux qui s’étaient mobilisés pour la libération du pays. Toutefois, nos cœurs restent attachés à notre pays et nous aurons toujours l’occasion de le défendre d’une manière ou d’une autre. Mais pour le moment, nous ignorons toute la classe politique.

 

Messager

   

RÉACTIONS

 

Pendant que Samuel Malonga et le Messager s’engageaient presque seuls, ils m’ont rappelé ces vers de Victor Hugo qui disent :

« Si l’on n’est plus que mille, eh bien, j’en suis ! Si même
Ils ne sont plus que cent, je brave encore Sylla
S’il en demeure dix, je serais le dixième
Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là ! »

 

PEDRO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Samuel Malonga 01/02/2017 21:27

Nécrologie
Étienne Tshisekedi est mort

Messager 01/02/2017 21:52

Sam,
Peux-tu suivre cette situation pour nous?

Messager

Samuel Malonga 01/02/2017 21:25

Merci Pedro pour ce joli poème

Pedro 01/02/2017 16:43

Pendant que Samuel Malonga et le Messager s’engageaient presque seuls, ils m’ont rappelé ces vers de Victor Hugo qui disent :

Si l’on n’est plus que mille, eh bien, j’en suis ! Si même
Ils ne sont plus que cent, je brave encore Sylla
S’il en demeure dix, je serais le dixième
Et s’il n’en reste qu’un, je serai celui-là !

Messager 01/02/2017 17:11

Pedro a tout dit à travers le rappel ces vers de Victor Hugo.

Messager