Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par PEDRO

Critique pratique d’un texte 1 : fille ou copine ?

 

En 1929, un prof de littérature, I. A. Richards, publia un ouvrage intitulé « Practical Criticism ». C’est le nom qu’il choisit pour l’analyse faite seulement à partir des mots qui sont dans le texte, sans tenir compte d’éléments tels que l’auteur, la période, le courant littéraire et toute autre information extérieure au texte. Ainsi, si je pose la question : « à qui s’adresse l’auteur dans la chanson qui suit? », la réponse est dans le texte : « à sa fille ».

 

Piquita

Agora que te tenho aqui (maintenant que je t’ai ici)

Não quero te ver sofrer (je ne veux pas te voir souffrir)

Só quero é viver para você (tout ce que je veux, c’est vivre pour toi)

 

Piquita

Agora que eu sou feliz (maintenant que je suis heureux)

Eu quero repartir minha alegria com você (je veux partager mon bonheur avec toi)

Cante comigo (chante avec moi)

 

E saber que você é feliz (et sachant que tu es heureuse)

Vou ser o pai que sabe dar (je serai le père qui sait donner,)

Receber e compreender sua alegria (recevoir et compredre ton bonheur)

 

Agora que eu sou feliz (maintenant que je suis heureux)

Eu quero repartir minha alegria com você (je veux partager mon bonheur avec toi)

Cante comigo (chante avec moi)

 

Piquita, menina pequena (Piquita, petite fille)

Piquita, menina bonita (Piquita, jolie fille)

 

Vem comigo, ô pequena (Viens avec moi, ma petite)

Piquita, menina mimosa (Piquita, tendre fille)

Piquita, menina [caquinda] ([je ne connais pas cet adjectif])

 

Vem comigo, ô pequena (Viens avec moi, ma petite)

Piquita, menina pequena (Piquita, petite fille)

Piquita, menina bonita (Piquita, jolie fille)

 

Si l’on retire du texte la phrase qui dit « Je serai le père qui sait donner, recevoir et comprendre ton bonheur », je parie que beaucoup de gens croiront qu’il s’agit d’une copine ou, tout au moins, une jeune fille qu’on veut séduire et transformer en copine. Les mots « petite fille » et « ma petite » ne renvoient pas toujours à une enfant ; c’est souvent une façon d’exprimer la tendresse envers une copine ou même une épouse. Pourquoi donc pensera-t-on à une copine, quand bien même le texte ne le dit pas ? Parce que nous sommes programmés à croire qu’en principe le thème sera celui-là. Donc, la critique pratique ne fonctionne pas toujours. Nos préjugés prennent le dessus en l’absence d’une référence claire à une fille au lieu d’une copine.

 

Voilà pourquoi, l’autre fois, j’ai dit que je croyais que la chanson Tika Makanisi de Pépé Kallé était dédiée à une copine et je me suis étonné : tout le monde connaissait déjà l’histoire de Mbula dans tous les détails. La fille a refusé de prendre ses repas jusqu’à ce que le père revienne du voyage. Et celui-ci supplie et rassure :

 

Nayei awa na Poto (je suis venu ici en Europe)

Se kosala, chérie, po na yo (travailler pour toi, ma chérie)

Nakozonga nakomemela yo ’mwa souvenir (au retour, je t’apporterai un petit souvenir)

Tika kokanisa (ne te fais plus de soucis)

 

Il n’y a aucun mot dans tout le texte de Tika Makanisi qui témoigne de la paternité. L’amour paternel se confond lyriquement dans des mots qu’on aurait pu adresser à une copine. Evidemment, maintenant que je connais l’histoire, je crois que les mots qui sont là auraient été adressés à une fille et pas nécessairement à une copine. Et que dire des mots suivants ?

 

Motema mokutani na ye (moi cœur a fait sa rencontre)

Mwana-mwasi oyo abebisi ngai motema (cette fille a gâté mon cœur)

Etamboli na ye o o akofoler mibali (sa démarche est une véritable séduction pour les hommes)

Ngai nakufa na zuwa (de sorte que je mœurs de jalousie)

 

Une fois de plus, j’étais le seul à ne pas savoir qu’il s’agit d’une fille. Le reste du monde savait tout sur la rue Lukandu à Dendale, comme si tout le monde y habitait. Aucun vers ne contient une référence comme « mwana na ngai ».

 

Mon dernier exemple est J. P. Buse qui raconte son séjour dans Zaïko Langa-Langa. Il dit que ses collègues ont émis des doutes sur sa capacité de composer lui-même l’une de ses chansons les plus réussies. Mais c’est ma fille que je chante, a-t-il rétorqué. Devinez donc le statut que les autres artistes ont attribué au personnage de Kevalina – fille ou copine ?

 

PEDRO

Commenter cet article

Pedro 08/02/2017 12:22

C'est un ensemble angolais des années 90 nommé "Os Versáteis". La chanson fait partie d'un album intitulé "Casamento".