Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Emmanuel Kandolo

 

Les héros de l'Armée congolaise: Le général Léonard Mulamba

 

 

Après avoir effectué une escapade pour présenter le Lieutenant pilote MBAKI, nous revenons à la liste des héros de l’Armée réalisée en 2010 par Emmanuel Kandolo, à savoir : Le Lt Col Kokolo, le Col Damien Tshatshi, le général Léonard Mulamba , et le Colonel Ikuku.

Ainsi, nous avons l’honneur de présenter aux mbokatiers, le tout premier « Premier Ministre » du régime Mobutu : le général Léonard Mulamba. Un des héros de notre Armée.

Nous rappelons à nos lecteurs que l’évocation des héros de notre Armée s’inscrit dans le cadre du travail de mémoire. Ces héros dont la bravoure et le courage sont reconnus unanimement, n’ont laissé ni villas, ni fortunes mirobolantes. Mais ils ont marqué l’histoire de l’Armée congolaise comme  «  références » pour les jeunes générations.

Messager

 

Léonard Mulamba  (na authenticité akomaki : Mulamba Nyunyi wa Kadima) abotami na 1928 na Kasaï. Abimi na promotion ya 1954 na Ecole de Luluabourg, Centre d’Instruction ya Irebu na Equateur. Irebu ezali entre le fleuve Congo na lac Tumba. Tango asilisi kuna, azui tour à tour affectation na Léopoldville mpe na Stanleyville. Na 1963 akomi commandant ya 3ième groupement ya A.N.C. na Stanleyville. Na 1964 atindami na Kivu mpe azui commandement ya secteur d’opérations Kivu (OPS. Kivu) mpo na kobunda na rébellion ya Conseil National de Libération (C.N.L.). Colonel Mulamba abundaki bitumba ya Kivu na courage na bravoure nionso. Akutanaki na ba embuscades oyo elingaki koboma ye neti tango azalaki blesser na batu ya Colonel Louis Bidalira « Bitotelo ». Kasi abandaki kaka ko s’en sortir. Na Kivu a collaboraki na Colonel Dodds na ba Commandants misusu lokola : Majors Yossa, Vangu, Ndele, Potopoto ; Capitaine Bobanga na Lieutenant Ngwalu.

Bitumba ya Kivu ezalaki makasi mpo C.N.L. ezalaki na appuie ya ba Chinois mpe na ya base arrière na bango na Burundi. Kasi, suka suka, Uvira, Kamanyola, Lubarika, Luberizi, ezongaki na contrôle ya gouvernement central, en plus ya résistance ya Bukavu. Victoire ya bitumba ya Kivu ezalaki preuve ya ba qualités ya combattant ya Colonel Mulamba. Wuta wana nde azuaki ba kombo lokola : « Homme de Bukavu », « l’Héros de Bukavu », « Anti dawa ». Sima ya Kivu, Colonel Mulamba azongelaki ebonga na ye na Stanleyville.Sima ya victoire wana, azuaki pete ya Colonel mpe na premier anniversaire ya victoire sur la rébellion Gbenye, ayaki kokoma Major-général.

Sur cette photo, le colonel Mulamba (Premier ministre) en face du président Mobutu, et près du président du Parlement (Mudingayi), après la prestation du serment, le 30 novembre 1965.

Neti Général Mulamba azalaki parmi ba officiers minene ya A.N.C, babengamaki mpo na ko participer na coup d’Etat ya 24 novembre 1965. Naturellement, compte tenu ya prestige oyo abandaki ko jouir na A.N.C., azuaki ebonga ya Premier Ministre mpe coordonateur ya gouvernement. Durant mandat na ye, gouvernement ezuaki mikano minene miye : Interdiction ya ba partis politiques mpo na durée ya cinq ans, kopekisa droit de grève, kopekisa trafic ya mabanga ma talo mpe ko lutter contre corruption, ko diminuer salaire ya ba parlementaires mpe na réforme administrative et territoriale ya avril 1966,  likambo ya ba pendus ya pentecôte. Est-ce que Premier Ministre Mulamba azalaki vraiment na pouvoir ? Eloko te ! Six jours après nomination na ye, na 30 novembre 1965, Président Mobutu amipesi ba pouvoirs spéciaux mpe le, 22 mai 1966 akomi na ba pleins pouvoirs. Ekomaki déjà compliquer mpo asala mosala malamu. Malembe malembe, Président abandi koluka ko discréditer te, malgré courage azuaki ya kokende tee na Kisangani ko récupérer nzotu ya Colonel Damien Tshatshi, tango babomaki mokolo mua 23 juillet 1966. Devant sang-froid wana, na kati ya bitumba ezalaki na Kisangani, na retour na ye, Président Mobutu azalaki tranquille te mpe ekomaki kosala ye zuwa na lolenge ya ba démonstration ya courage na ye devant le danger. Mpo na Général Mobutu ezalaki lisusu signe ya ndenge sympathie ezali kati na Général Mulamba na Colonel Tshipola. Et pourtant, Général Mulamba azalaki Commandant ya Colonel Tshipola na Stanleyville.

Na meeting ya 22 mars 1966, Président Mobutu akomaki ko soupçonner ye que alingi azongisa Tshombe na pouvoir. Nionso oyo mpo na ba gendarmes Katangais oyo bakotaki na A.N.C. babandaki ko regretter absence ya Katangais na haut commandement ya armée. Lisusu, prestige ya Mulamba ebandi kosepelisa Mobutu mingi te. Yango wana abandaki kotiya ye na posture moko difficile.

Général Mulamba alongue Premier Ministre le 26 octobre 1966.  Au lieu Président Mobutu azongisa ye na armée mpo azalaki kaka soda, ye a éloigner ye na ko nommer ye ambassadeur na New Delhi, na novembre 1966. Na 1970  akomi ambassadeur na Tokyo mpe na Séoul avec résidence na Tokyo. Pendant que Léonard Mulamba azalaki ambassadeur, Empereur japonais Hirohito na molongani na ye basalaki déplacement ya kokende koyamba Président Mobutu na mama Sese na aéroport. Elobamaka mingi mpe Mulamba azalaki ambassadeur noir ya liboso oyo azalaki na début ya carrière diplomatique na Japon, contrairement na misusu oyo bakendeke kosilisa carrière kuna. Peut-être, yango nde elakisaki que Congo ezala na considération mingi epayi na Japon mpe en retour, empereur asali geste wana na boyambi Président Mobutu na mama Sese na aéroport : ezalaki mbala ya liboso empereur ya Japon a se déplacer personnellement mpo na kokende koyamba Chef d’Etat étranger na aéroport. Sima ya Tokyo, na 1975, Mulamba atindamaki ambassadeur na Brasil tee na 1978. Sima ya wana,  azongi na Kinshasa mpe azui nomination comme Chancelier ya Ordres Nationaux na ya ba Compagnons ya Révolution. Aye kolongua wana mpo na ba raisons ya santé na 1983 mpe Général Bangala Oto wa Ngama a remplacer ye. Sima ya wana atikalaki lisusu malamu te, tee na ndenge santé na ye e continuaki ko se  détériorer makasi suite na bokono bua parkinson. Ye azongisi molimo le 12 août 1986 na âge ya 58 ans.

 

Emmanuel Kandolo

1ère publication en juin 2010

 

 

TRADUCTION

 

LE GÉNÉRAL LÉONARD MULAMBA. (Devenu sous l’authenticité Mulamba Nyunyi Wa Kadima), est né en 1928 au Kasaï. Il est issu de la promotion de 1954 de l’École Centrale de Luluabourg(Kananga), du Centre d’Instruction d’Irebu à l’Équateur, situé entre le fleuve Congo et le Lac Tumba.

Après sa formation militaire, il a été affecté à Léopoldville(Kinshasa) et à Stanleyville (Kisangani). En 1963, il devient le commandant du 3ème Groupement de A.N.C. En 1964, il est envoyé au Kivu où il prend le commandement du secteur d’opération du Kivu (OPS KIVU) pour mater la rébellion du Conseil National de Libération (C.N.L.). Le colonel Mulamba a combattu au Kivu avec beaucoup de courage et de bravoure. Durant ces opérations, il avait échappé à de nombreuses embuscades et s’en est néanmoins  tiré avec des blessures face aux troupes rebelles du colonel Louis Badalira « Bitoleto ».

Au Kivu, le colonel Mulamba a collaboré avec le colonel Dodds et d’autres commandants comme : Majors Yossa, Vangu, Ndele, Potopoto ;  le Capitaine Bobanga et le lieutenant Ngwalu. La guerre du Kivu était éprouvante dans la mesure où le C.N.L.  bénéficiait  de l’aide chinoise, avec une base arrière au Burundi. Mais finalement, Uvira, Kamanyola, Lubarika, Luberizi, étaient revenus sous le contrôle du gouvernement central, en plus de la résistance de la ville de Bukavu.

La victoire au Kivu était essentiellement due au commandement  du colonel Mulamba. C’est dès lors qu’il sera surnommé « Homme de Bukavu », « Héros de Bukavu », « Anti Dawa » . Après l’opération au Kivu, le colonel Mulamba a regagné son poste à Stanleyville (Kisangani) où il sera promu respectivement Colonel et Général Major à l’occasion du 1er anniversaire de la victoire sur la rébellion de Gbenye.

En sa qualité d’officier général de l’A.N.C à l’époque, le général Mulamba sera parmi ceux qui seront convoqués pour participer au Coup d’état militaire du 24 novembre 1965. Vu le prestige dont il jouissait au sein de l’Armée, il sera naturellement  nommé Premier Ministre et coordonnateur du Gouvernement.

 

Durant son mandat, le gouvernement avait les principales mesures ci-après :

-L’interdiction de partis politiques durant cinq ans ;

-L’interdiction du droit de grèves ;

-L’interdiction du trafic des pierres précieuses ;

-La lutte contre la corruption ;

-La diminution des salaires des parlementaires ;

-La réforme administrative et territoriale d’avril 1966 .

En ce qui concerne les pendus de la pentecôte, peut-on estimer que le Premier Ministre Mulamba avait réellement le pouvoir ? Pas du tout. Six jours seulement après sa nomination en tant que Premier Ministre le 30 novembre 1965, le président Mobutu va s’arroger des pouvoirs spéciaux, et le 22 mai 1966, il aura les pleins pouvoirs. Ce qui va  compliquer progressivement la tâche du Premier Ministre.

Peu à peu, le président Mobutu va s’atteler à discréditer son Premier Ministre, en dépit du courage dont ce dernier a fait montre en allant récupérer le corps du colonel Damien Tshatshi tué à Kisangani le 23 juillet 1966.

Suite au sang-froid et au courage du Premier ministre Mulamba durant la mutinerie de Kisangani, le président Mobutu ne sera plus tranquille et en deviendra visiblement jaloux. En sus, Mobutu voyait d’un mauvais œil la sympathie entre le général Mulamba et le colonel Tshipola, bien que le général Mulamba fut le commandant du colonel Tshipola à Kisangani.

Durant son meeting du 22 mars 1966, le président Mobutu soupçonnait déjà le général Mulamba de préparer le retour de Moïse Tshombé au pouvoir, dans la mesure où les gendarmes Katangais intégrés dans l’ANC regrettaient publiquement l’absence des officiers katangais dans la hiérarchie du Haut-Commandement de l’ANC .

C’est ainsi que le Premier Ministre Mulamba sera limogé le 26 octobre 1966. Au lieu de réintégrer l’Armée, Mobutu va l’éloigner en le nommant ambassadeur à New Delhi en novembre 1966. En 1970, il devient ambassadeur au Japon et à Séoul, avec résidence à Tokyo. Durant son mandat d’ambassadeur au Japon, l’Empereur japonais Hirohito et son épouse s’étaient déplacés pour accueillir le président Mubutu à l’aéroport. Selon des sources crédibles,le général Mulamba fut le 1er noir à avoir débuté la carrière diplomatique au Japon, contrairement à d’autres diplomates africains qui y étaient  pratiquement affectés  à la fin de leur carrière. C’est ce qui valut probablement la considération du Japon à l’égard du Congo, et qui amena l’empereur à accueillir personnellement le président Mobutu lors de son voyage officiel. Une première dans l’histoire du Japon.

Après Tokyo, le général Mulamba sera nommé ambassadeur au Brésil de 1975 à 1978. Par la suite, il reviendra à Kinshasa où occupera les fonctions de Chancelier des Ordres Nationaux et des Compagnons de la Révolution. Suite aux problèmes de santé, il sera remplacé à ce poste en 1983 par le général Bangala Oto wa Ngama.

Finalement, sa santé se détériorant de plus en plus suite à la maladie de parkinson, il va rendre l’âme le 12 aout 1986, à l’âge de 58 ans.

Texte original en Lingala d’Emmanuel Kandolo.

Traduit par Messager

 

 

 

LE RECIT SUR L’EMBUSCADE

 

La guerre n’est pas sans danger. Le pays a connu des officiers qui ont parfois fait des exploits personnels, parfois pour sauver leur peau. Le colonel Mulamba et le major Yossa sont tombés dans une embuscade sur la route de Lemera. C’est l’histoire digne des films western que rapporte le journal La Presse Africaine de Bukavu dans son édition du 9 au 15 mai 1964. Le texte est reproduit tel quel dans le livre  Congo 1964, Political Documents of a Developing Nation écrit conjointement par Jules Gérard-Libois et Benoit Verhaegen.

Samuel Malonga

 

 

 

 

Commenter cet article