Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Emmanuel Kandolo

.

Les héros de l’Armée Congolaise : Le Lt-Col KOKOLO

 

 

En cette période agitée de l’histoire de la RDC, nous avons voulu présenter aux mbokatiers les héros de l’Armée congolaise. Ces derniers font partie de ceux qui sont morts au front ou en mission commandée,  et ceux qui s’étaient illustrés par leur bravoure durant leur carrière.

Nous commencerons par quatre officiers à savoir : Lt-Col Justin Kokolo, le col Joseph Damien Tshatshi « le terrible », le général Léonard Mulamba, et le Col Ikuku, lesquels avaient été brillamment présentés par notre frère Emmanuel Kondolo dans son article du 10 juin 2010. Comme son article était en lingala, nous avons pris soin de le traduire en français, pour une meilleure et large vulgarisation, tout en mettant l'accent sur la ressemblance de la situation actuelle avec celle de 1960 en RDC.

 

 

Lieutenant-colonel Justin Kokolo azalaki Adjudant mpe fantassin avant indépendance. Ye azali muyombe. Tango tozui lipanda, Président Kasa Vubu abengisi ye pene pene na ye mpe akomi Chef ya sécurité rapprochée na ye. Justin Kokolo azalaki na force physique ya kobotama, véritable engambe, soda ya mpiko mpe suka na niama na etumba.  Sima ya mikolo mine ya lipanda, le 4 juillet 1960, mutinerie ya Force publique esalemi mpe gouvernement congolais e décider création ya armée nationale congolaise mpe na placement ya ba Congolais na commandement ya Armée Nationale Congolaise (A.N.C.). Suite na yango nde Adjudant Justin Kokolo ayaki kozua pete ya Lieutenant-colonel, le 8 juillet 1960. En principe, neti azalaki moko ya ba Congolaise oyo bazalaki ba Adjudants wuta kala mpe bazalaki kaka na Force publique, esengelaki nde bapesa ye ba fonctions ya Commandant en Chef ya A.N.C. ou ya Chef d’état-major ya A.N.C. Kasi Président Kasa Vubu awelaki kopesa ye ebonga ya Commandant ya camp Léopold II, kaka le, 8 juillet 1960 wana parce que yango ezalaki camp munene ya ba fantassins ya Congo mpe abandaki ko compter na nombre ya ba soda oyo bazalaki na commandement na ye. Erreur ! Esengelaki apesa ye fonctions oyo ezalaki likolo na commandement.  Président Kasa Vubu amonaki ndenge wana nde esengelaki mpe atikeli grandement Premier Ministre Lumumba  choix ya kopona Commandant en Chef na Chef d’état-major général ya A.N.C.

Colonel Kokolo atindamaki na juillet 1960 na Luluabourg (Kananga) mpe na Elisabethville (Lubumbashi) yambo sécession ebanda. Kutu, Tshombe ayebisaki ye que ayebisa bakonzi ba Léopoldville que soki bameki koya na Katanga, bakokangama. Azalaki mutu ya confiance ya Kasa Vubu ndenge Lumumba azalaki na mutu na ye Colonel Mobutu. Yango wana azuaki mission délicate ya kokende na intérieur mpo na komeka ko calmer ba soda oyo balingaki kobunda contre gouvernement central ya Léopoldville.

Le, 21 novembre 1960, Colonel Justin Kokolo azuaki mitindo na Chef d’Etat major, Colonel Joseph Mobutu, mpo atinda détachement ya ba soda na ambassade ya Ghana na Léopoldville mpo na ko expulser Nathaniel Welbeck, Chargés d'Affaires ad intérim ya Ghana,  du fait que abandaki ko s’ingérer mingi na politique intérieure ya Congo, contrairement na respect ya ba usages na ba règles diplomatiques entre ba Etats, mpe azalaki pro-Lumumba (Akomaki na ye kaka « un politicien congolais de nationalité ghanéenne»). Rappelons que na kowela officialisation ya délégation congolaise oyo etindamaki na Nations Unies na New York, nde ezalaki mbotama ya mindondo. Délégation ya Président Kasa Vubu, conduite  na Commissaire général aux Affaires étrangères, Justin-Marie Bomboko, mpe Délégation ya Premier Ministre Lumumba, conduite na Représentant ya Congo na Nations Unies, na New York, Thomas Kanza. Na kowela wana, gouvernement déchu ya Lumumba ebandaki ko utiliser ba services ya communication ya ambassade ya Ghana mpo e communiquer na O.N.U kuna na New York. Soutien ya Ghana na gouvernement Lumumba ezalaki sans faille mpe ba relations ya Lumumba na Président Nkrumah ezalaki makasi. D’ailleurs, tango Colonel Mobutu asalaki coup d’Etat na ye, akangaki Lumumba mpe atindi ye na cachot ya camp Léopold sous le commandement ya Colonel Kokolo. Kuna nde représentant ya O.N.U., Rajeshwar Dayal (Indien), ayaki kobimisa ye na escorte ya ba soda onusiens ghanéens mpe bango  nde bakomaki ko assurer protection na ye. Président Kasa Vubu atomboka na likambo wana mpe apesa mitindo na Colonel Mobutu mpo abakisa ba soda ya A.N.C. na lopango ya Lumumba mpo ye abima te. Soki Lumumba azalaki na camp Léopold ezalaki par hasard te, Président Kasa Vubu ayebaki malamu que mutu na ye, Colonel Kokolo, nde asimbaki makambu. Yango wana, ye nde atindamaki lisusu mpo akende ko expulser Chargés d'Affaires a.i. ya Ghana.

Yambo Colonel Kokolo akende na ambassade ya Ghana, Commissaire général ya intérieur,  José Nussbaumer, azuaki mokano mua ko mettre en exécution décision ya Président Kasa Vubu oyo e déclaraki Chargés d'Affaires a. i. ya Ghana, persona non grata. En réalité, esengelaki Commissaire ya Affaires étrangères, Justin-Marie Bomboko nde a exécuter décret oyo. Neti azalaki na New York, adjoint na ye, Ernest Kashemwa, akokaki ko mettre en application décret ya Président Kasa Vubu. Mais, elekaki bongo te mpo ezalaki Commissaire ya intérieur nde a exécutaki yango.

José Nussbaumer a se déplacer ye moko mpo na kosala ba menaces na Nathaniel Welbeck  que soki alongue na Congo na 24 heures te, akomona nini ekoyela ye !  Ye mpe alingaki kaka kolongua Léopoldville te mpo Ghana ebandaki ko reconnaître gouvernement ya Collège des Commissaires généraux te parce que gouvernement Lumumba ezalaki gouvernement légal. Suite na ba menaces wana nde Nations Unies eyaki lisusu ko renforcer sécurité ya ambassade ya Ghana na kotinda ya ba troupes tunisiennes.  En face ya lopangu ya ambassade ya Ghana, Police militaire congolaise, commandée na Henri Ngampo, mpe efandi kaka wana.

Tango Colonel Kokolo akomi na tongo ya 21 novembre 1960 na deux cent fantassins na ye, koya ayaki wana, azalaki na détermination ya kokanga Nathaniel Welbeck, mpe alingaki kaka akota na ambassade ya Ghana mpo akanga ye, kasi abosanaki que na relations internationales, lopangu ya ambassade ya Ghana ezali territoire ya Ghana mpe na tango wana ba troupes ya Nations Unies composées na ba Ghanéens na ba Tunisiens bakokaki kotika ye akota bongo te ! Na mobulu mobulu wana masasi ebetama, ezua ye na tolo mpe eboma ye sur place. A partir ya wana, batu baye ba attaqua mpe masasi ebetama durant toute la journée mpe gouvernement ghanéen eyaki kotinda Commandant en Chef ya Armée na yango, Général Henry Alexander, mpo abimisa Nathaniel Welbeck na situation difficile wana. Général Alexander ayebisaki volonté ya gouvernement na ye que elingi makila etanga te, mpe endimi kolongua Welbeck na Congo.

Liwa ya Colonel Kokolo e consternaki batu mingi na Léopoldville mpe e solidarisaki lisusu makasi A.N.C. contre Lumumba mpo tango wana Baluba, Bangala na Bakongo nde bazalaki majoritaire na armée mpe ba ennemis jurés ya Lumumba. Basalelaki ye ba honneurs militaires minene na camp Kokolo mpe Kasa Vubu azui mokano mua kopesa camp Léopold II kombo na ye.

 

Emmanuel Kandolo

1ère publication le 10 juin 2010

 

 

TRADUCTION

 

Le LIEUTENANT-COLONEL JUSTIN KOKOLO fut un Adjudant fantassin avant l’indépendance.  De la tribu Yombe. Après l’indépendance de la RDC, le Président Kasa-Vubu le nomma comme de chef de sa sécurité rapprochée. Justin Kokolo fut doté d’une force physique impressionnante, et un vaillant soldat. Quatre jours seulement après la proclamation de l’indépendance, soit le 4 juillet 1960, survint une mutinerie au sein de la Force publique, ce qui amènera le jeune gouvernement congolais à créer l’Armée nationale Congolaise (ANC), sous le commandement des officiers congolais.

Suite à cette décision, l’Adjudant Justin Kokolo fut promu au grade de Lieutenant-Colonel le 8 juillet 1960. En principe, en tant qu’un des anciens Adjudants congolais de la Force publique, il aurait pu  occuper les fonctions de commandant en chef ou chef d’état-major de l’ANC. Mais le Président Kasa-Vubu se contenta de nommer commandant du Camp Léopold II (actuel Cam Kokolo), le 8 juillet 1960, dans la mesure où ce fut le plus grand camp des fantassins au Congo à l’époque. Erreur !!! Il aurait fallu le placer directement dans le commandement de l’Armée. Le Président Kasa-Vubu jugea que sa position du commandant de camp suffisait et laissa la latitude au 1er Ministre Lumumba de nommer Lundula comme le commandant en chef, et Mobutu comme chef d’état-major général de l’ANC.

En juillet 1960, le Lt-Col Justin Kokolo fut dépêché en mission à Luluabourg (Kananga) et à Elisabethville (Lubumbashi) avant le début de la sécession. En guise de réaction, Moïse Tshomba lui demanda d’informer les autorités du gouvernement central de Léopoldville (Kinshasa) de ne point se rendre au Katanga, sous peine d’arrestation.

Le Lt-col Kokolo fut un officier très proche du Président Kasa-Vubu comme le fut le col Mobutu auprès du 1er Ministre Lumbumba. C’est ainsi qu’il (Kokolo) reçut la délicate mission de se rendre à l’intérieur du pays en vue  de tenter de calmer les soldats hostiles au gouvernement central.

Le 21 Novembre 1960, le Lt-Col Kokolo reçut l’ordre du chef d’état-major, le col Joseph Mobutu, de dépêcher un détachement militaire à l’ambassade du Ghana à Léopoldville afin de procéder à l’expulsion de NATHANIEL WELBECK, le chargé d’Affaires ad intérim du Ghana, accusé d’ingérence dans les affaires intérieures du Congo, contrairement au respect des usages et règles diplomatiques entre les Etas, et pour avoir manifester sa tendance pro-Lumumba. En fait, le diplomate Ghanéen était devenu « un politicien congolais de nationalité Ghanéenne ».

Rappelons que c’est la dispute sur l’officialisation de la délégation congolaise envoyée à l’ONU qui fut à l’origine de ce conflit. La délégation du Président Kasa-Vubu fut conduite par le Commissaire général aux Affaires étrangères, Justin Marie Bomboko, tandis que la délégation du premier Ministre Lumumba fut conduite par Thomas Kanza.

Durant cette crise, le gouvernement déchu de Patrice Lumumba utilisait les réseaux de télécommunication de l’ambassade du Ghana pour communiquer avec le siège de l’ONU à New-York. Le soutien du Ghana au gouvernement Lumumba fut sans faille, conformément aux bonnes relations entre le Président Nkrumah et Patrice Lumumba. A cet égard, lorsque le colonel Mobutu fit son 1er coup d’état en 1960, il arrêta Lumumba et le mit au cachot du camp Léopold II, sous le commandement du lat-Col Kokolo. Le représentant de l’ONU, Rajeshwar Dayal (un indien), avec l’escorte des troupes Ghanéennes de l’ONU, vint libérer Lumumba et le place sous leur protection. Furieux, le Président Kasa-Vubu ordonnera le col Mobutu de joindre les soldats de l’ANC à protection de Lumumba dans sa résidence. Le Président Kasa-Vubu savait que la situation était sous le contrôle de son homme, le Lt-Col Kokolo. C’est pourquoi il l’enverra encore procéder à l’expulsion du chargé d’Affaires Ghanéen.

Avant que le Lt-Col Kokolo ne se rende à l’ambassade du Ghana, le commissaire général de l’intérieur, José Nussbaumer avait reçu l’ordre de mettre en exécution la décision du Président Kas-Vubu déclarant le chargé d’Affaires a.i Ghanéen persona non grata. En réalité, il revenait au commissaire des Affaires étrangères, Justin Marie Bomboko d’exécuter ce décret. Ce dernier étant en ce moment à New-York, il revenait à son Adjoint, Ernest Kashemwa de l’exécuter. Et non au commissaire de l’intérieur !

José Nussbaumer se rendit personnellement à l’ambassade du Ghana en menaçant Nathaniel Welbeck de quitter le Congo dans 24 heures. Ce dernier ne l’entendit pas cette oreille, étant donné que le Ghana ne reconnaissait pas le gouvernement des commissaires généraux en lieu et place du gouvernement légal de Patrice Lumumba. Suites à ces menaces, l’Onu renforça la sécurité de l’ambassade du Ghana avec les troupes Tunisiennes. En face de l’ambassade du Ghana campaient les éléments de la Police militaire congolaise, commandés par Henri Ngampo.

Lorsque le Lt-Col Kokolo se rendit le 21 novembe 1960 avec 200 fantassins à l’ambassade du Ghana, il fut déterminé d’arrêter Nathaniel Welbeck, et de pénétrer dans l’enceinte de l’ambassade. Mais il avait oublié que selon les normes diplomatiques, l’ambassade du Ghana était un territoire Ghanéen, et que les troupes Ghanéennes et Tunisiennes ne pouvaient pas lui permettre d’y pénétrer. Suite à cette confusion, il y eut échange de tirs et le Lt-Col Kokolo fut atteint à la poitrine et décéda sur le champ. En guise de riposte, les troupes congolaises répliquèrent, entraînant les coups de feu durant toute la journée. Le gouvernement Ghanéen envoya le commandant en chef de leur Armée, le général Henry Alexander afin d’exfiltrer Nathaniel Welbeck. Conformément à la volonté de son gouvernement qui ne voulait pas l’effusion du sang, Nathaniel Welbeck accepta enfin de quitter le Congo.

Le décès du Colonel Kokolo avait consterné beaucoup de congolais à Léopoldville (Kinshasa), et avait par conséquent attisée l’animosité des éléments de l’ANC à l’égard de Patrice Lumumba, dans la mesure où à cette époque, les Baluba, Bangala, et Bakongo étaient majoritaires dans l’Armée.

Le 28 novembre 1960, de grandioses funérailles présidées par le Président Joseph Kasa-Vubu eurent lieu au Camp Léopold, rebaptisé le jour même CAMP COLONEL KOKOLO.

 

 

 

 

Texte original (en lingala) de Emmanuel Kandolo.

Traduit par Messager

 

 

 

.

 

Commenter cet article

16'Bill 26/10/2016 02:24

http://Money4Task.com/?ref=292078