Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Joseph Kabila sollicite l’intégration de la RDC dans le comité de l’Afrique de l’Est.

Le Président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila (g) et son homologue tanzanien, John Magufuli (d)

 

Référence :http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-joseph-kabila-sollicite-lintegration-de-son-pays-dans-le-comite-de-lafrique-de-lest

.

« KINSHASA, (Xinhua) -- Le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila a sollicité mardi auprès de son homologue tanzanien l'intégration de son pays dans l'organisation du comité de l'Afrique de l'Est.

Cette annonce a été faite par le président tanzanien John Magufuli à l'occasion de la visite de travail de trois jours qu'a effectuée le président Kabila.

"J'ai informé Son Excellence le président Joseph Kabila de la RDC de la procédure à suivre pour que son pays soit effectivement admis", a indiqué le président tanzanien.

Parmi ces procédures, le président tanzanien a fait mention de dépôt formel des documents nécessaires pour une demande officielle de la part du gouvernement de la RDC.

Selon des sources proches de deux chefs d'Etats contactées par Xinhua, le président tanzanien a souligné que la RDC peut dès à présent prendre part aux travaux des pays de l'Afrique de l'Est en tant qu'Etat observateur, avant l'aboutissement de son dossier.

M. Magufuli, qui est également président en exercice de l'organisation de la communauté des pays de l'Afrique de l'Est, a indiqué que la RDC partage déjà plusieurs échanges commerciaux avec les pays membres de l'Afrique de l'Est, et que son dossier pour l'intégration sera traité si la RDC le dépose dans les jours à venir.

La RDC partage plusieurs de ses frontières avec les pays membres de l'organisation de communauté de l'Afrique de l'Est, dont le Rwanda, l'Ouganda, la Tanzanie et le Burundi ».

Notre commentaire.

Cette information de l’Agence Xinhua  que nous avons reprise intégralement ci-dessus à l’attention de tous nos lecteurs révèle clairement les intentions de Joseph Kabila à deux mois de la fin de son mandat.

En effet, en sollicitant l’entrée de la RDC dans le comité de l’Afrique de l’Est, Kabila cherche les derniers soutiens à son régime moribond. S’il avait l’intention de respecter la constitution, pourquoi tente-t-il d’engager un pays dont il n’est plus censé représenter légalement dans deux mois.

Donc, après avoir déclaré que les élections seront organisées plus tard et sollicité l’intégration de la RDC dans le comité de l’Afrique de l’Est, Kabila a confirmé durant son séjour en Tanzanie son intention de se maintenir au pouvoir par la force.

Par ailleurs, à travers la déclaration de son frère Zoé qui a affirmé qu’ils ne vont pas laisser le pouvoir à n’importe qui, il va de soi que le camp Kabila fera tout pour se maintenir au pouvoir coûte que coûte, mêm en recourant à un coup d’état de palais, en remettant le pouvoir à un officier "marionnette" pouvant les protéger. Les opposants devraient être attentifs à cette éventualité.

Enfin, nous voudrions rappeler à tous nos lecteurs que la situation actuelle en RDC requiert beaucoup de lucidité et de stratégie de la part de l’opposition. Qu’elle sache que ce qui compte pour le moment rélève du "rapport de forces". Le 20 décembre 2016, Joseph Kabila ne sera plus reconnu légalement comme président de la RDC. Il sera dans les mêmes conditions que Mobutu en 1997 lorsque Laurent Kabila s’était proclamé président depuis Lubumbashi. Que l’opposition saisisse cette occasion pour s’imposer.

Car depuis les élections de Lumumba et de Kasa-Vubu en 1960, nous avons assisté en RDC à la succession des pouvoirs illégaux qui ont obtenu la légitimité par la suite. Mobutu en 1965 a fait un coup d’état avant d’obtenir la légitimité à travers les élections bien après. 

Laurent Kabila s'était auto proclamé président depuis Lubumbashi avant de légitimer son pouvoir par après. Personne n'avait évoqué l'illégalité ni en  1965 ni en 1997.  C’est ce que l’opposition devrait faire dans la situation actuelle dans la mesure où elle se trouve en position de force. Sinon, les congolais seront toujours sous la dictature de Joseph Kabila.

 

Messager

 

 

 

Commenter cet article

Govy-Gérard Nzeymo 07/10/2016 22:15

Un président en fin mandat n'a plus le droit de prendre une décision majeure pour le pays. Son rôle, en attendant son départ définitif est de gérer les affaires courantes en attendant la passation du pouvoir. Comme le ridicule ne tue pas, kabila essaie de prendre le devant. C'est la fuite en avant. Comme il n'a rien à faire dans son bureau, il improvise des voyages comme si de rien n'était. Pourtant, le pays est en proie à un grave problème institutionnel. Qu'est-ce qui fait courir Kabila? Le pouvoir pour le pouvoir, l'argent, les honneurs et la concupiscence.

Messager 07/10/2016 22:26

Cette information risquait de passer inaperçue, raison pour laquelle nous l'avons répercuter sur notre site. Merci à vous Govy pour avoir souligné cette violation. 15 ans après avoir été à la tête du pays, l'actuel président n'est toujours pas à la hauteur de sa tâche.
Messager