Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

Ce document a été envoyé par un de nos membres. Vu son actualité en rapport avec la situation politique que traverse la RDC, nous le publions intégralement à l’attention de nos lecteurs. Comme de coutume, nous vous invitons à le lire avec un esprit critique et à le commenter en toute objectivité.

 

LE PLAN DE LA DYNASTIE TUTSI: PLAN DE COLONISATION TUTSI DE LA REGION DE KIVU ET AUTRES REGIONS D’AFRIQUE CENTRALE.

LE PLAN DE LA DYNASTIE TUTSI: PLAN DE COLONISATION TUTSI DE LA REGION DE KIVU ET AUTRES REGIONS D’AFRIQUE CENTRALE.

14 octobre 2015

 

Selon la publication de M. R. KINTU (ci-jointe) , ses écrits en Juin 1994 est la révélation de l’Empire Hima-Tutsi. L’empire HimaTutsi est un plan conçu et exécuté par les Tutsi de la région des grands Lacs Africains qui prétendent dominer les Bantous.



Cet empire a été installé en Ouganda en 1986 par Museveni. En 1994, son extension s’étendra au Rwanda par Kagame. Le dit empire tentera de s’installer au Zaïre, l’actuel RD Congo, sous l’étiquette de Laurent Désiré Kabila; mais échoua en 1998 lorsque ce dernier se rétracta et chassa les Tutsis impérialistes.

Et maintenant en 2015, le même empire à la tête Kagame et Museveni, a l’intention de s’étendre sur le Burundi (la guerre en cours). Quand à la planification du fameux empire, la prochaine étape sera la Tanzanie selon les différentes sources dont le Révérend Pasteur Christopher Mtikila, assassiné le 4 Octobre 2015 juste après l’avoir dénoncé. Lui rendons hommage. 


Par un lecteur d’IKAZE IWACU
—————————————————————————
La Lettre d’Information de l’UDC est publiée par UGANDA DEMOCRATIC COALITION INC (UDC)

 

P.O. BOX 8174
 

Langley Park, MD. 20787, Etats-Unis
 

Téléphone: (301) 681-9035
 

Fax:             (301) 681-9055
 

La lettre d’information de l’UDC (Uganda Democratic Coalition-Coalition Démocratique Ougandaise) publiée en juin 1994, a fait état de l’existence d’un plan visant à établir une dynastie Tutsi en Afrique Orientale. Ce plan a été conçu le 6 août 1962 et gardé ultra-secret par les Tutsis jusqu’à sa découverte à Nyamitaba. Voici le plan d’origine dans son intégralité. 
 

Nous sommes une minorité dans la région du Kivu, mais nous avons pu conserver le pouvoir aux élections de 1960 en profitant de la naïveté des Bantous. Cependant, notre habileté ayant été découverte par la suite par les CONGOLAIS, « TOUS LES TUTSIS DE QUELQUE REGION QU’ILS SOIENT DOIVENT METTRE EN OEUVRE LE PLAN SUIVANT ET CONTRIBUER A SA DIFFUSION AUPRES DE TOUS LES AUTRES TUTSIS, PARTICULIEREMENT CEUX DE LA REGION DES VOLCANS. » 
 

1) Tous les TUTSIS doivent savoir que les HUTUS sont apparentés aux CONGOLAIS et que notre plan de colonisation doit s’appliquer aux deux groupes.
 

2) Tous les TUTSIS doivent connaître parfaitement les méthodes utilisées avec succès pour conquérir le Rwanda et les appliquer aux Congolais et autres groupes ethniques qui les entourent. Il faut procéder progressivement, avec méthode, et ne pas verser dans la précipitation, ce qui pourrait évoquer le spectre du Grand Conquérant Rwabugiri, notre Héros National.
 

3) Tous les intellectuels Tutsis doivent avoir pour objectif premier le contrôle de davantage de districts, car tout le monde est en effet conscient de l ‘importance qu’il y a à contrôler les centres locaux de l’autorité politique, afin de répandre des idées politiques auprès de populaces ignares.
 

4) Tous les intellectuels Tutsis doivent se lier d’amitié avec l’administration congolaise et se familiariser avec la machine bureaucratique ,afin de se préparer ainsi à une prise de pouvoir dans laquelle ils devront jouer un rôle et, en fin de compte, diriger l’administration.
 

5) Puisque nous ne pouvons pas prendre la place des représentants Hutus qui viennent d’être élus et mettre nos propres gens à leur place, lions-nous d’amitié avec eux. Nous devons les conquérir en leur offrant des cadeaux, notamment des alcools qui nous permettront de leur arracher des secrets.Offrons-leurs nos femmes et, si nécessaire, n’hésitons pas à nous marier avec eux. Ils ne pourront pas résister à l’angélique beauté de nos filles.
 

6) Lorsque nous aurons contrôlé tous les postes importants, nous devrons éliminer tous nos ennemis BANTOUS, notamment les BAHUTUS.
 

7) Pour ce qui est de la conquête des Hutus, il faut recourir au « PACTE DU SANG »auquel ils croient naïvement. Cela n’a-t-il pas marché plusieurs fois sans impunité?

8) Profiter de la crédulité des élites HUTUS et servez-vous d’elles pour promouvoir nos intérêts et paraître crédibles lors des campagnes électorales. Dès que les campagnes électorales sont finies, trompez-les pour montrer leur inefficacité.
 

9) Tous les fonctionnaires TUTSIS doivent recourir à la terreur pour se faire respecter et avoir de l’autorité sur la populace HUTU ignare.
 

10) Grâce aux fonctionnaires que nous avons sous notre contrôle, nous devons ridiculiser les BANTOUS ignares et les traiter de prétencieux; nombre de membres de l’élite HUTU nous aiderons à éliminer leurs camarades, car les HUTUS ne se soucient aucunement du sort de leur prochain.
 

11) Toutes les fois que nous constatons que les HUTUS se soucient du sort de leur prochain, nous devons effacer  cet état d’esprit en divisant ceux qui en sont partisans: NOUS DEVONS DIVISER POUR REGNER.
 

12) Nous devons complètement maîtriser tous les membres des autres groupes ethniques que nous avons réussi à contrôler, notamment les fermiers HUTUS et les faire agir dans notre intérêt.
 

13) Tous les TUTSIS doivent savoir que tout HUTU est né pour être un SERVITEUR et qu’aucun HUTU ne doit jamais devenir un leader. Les HUTUS ne doivent pas être au courant de ce principe avant qu’ils ne soient trop tard pour eux. Il faut progressivement prendre le contrôle de toutes les positions-clefs de l’administration et, finalement, placer dans chaque District un Chef qui protège nos intérêts.
 

14) Tous les TUTSIS doivent recourir à tous  moyens possibles pour amener tous les fonctionnaires HUTUS à avoir un complexe d’infériorité.
 

15) Tout HUTU qui se soucie du sort de son prochain doit être mis à l’écart et ne doit pas être en contact avec la population.
 

16) Nous rappelons à tous les jeunes TUTSIS qu’ils doivent rejoindre l’A.J.I.R, car si nous ne réussissons pas par la ruse, nous devrons recourir à la violence. Les jeunes TUTSIS doivent aider les fonctionnaires TUTSIS, recourir à la terreur et exploiter les informations recueillies par nos espions et nos informateurs.
 

17) Pendant les périodes difficiles, nous devons convaincre les HUTUS de soutenir le gouvernement de Jean Mirubo, dans lequel nous avions deux ministres, car l’effondrement de ce gouvernement signifierait notre propre perte. Ne savez-vous pas que Mirubo est des nôtres?
 

18) Nous devons lutter contre les WANDANDES et les HUTUS  qui s’opposent à Jean Mirubo, en nous servant des HUTUS naîfs. Profitons de la cupidité des HUTUS. Offrons-leur de l’alcool et de l’argent. Ne regardons pas à ce que nous dépensons car nous avons suffisamment d’argent. Vous ne vous souvenez pas que nous avons encore 65.000.000 F que nous étions supposés payer aux enseignants catholiques!
 

Texte anglais traduit du français par Mugabo Ayad à Mweso, Kivu, le 31 Mars 1980.

——————————————————————— 

ANALYSE:
 

-Pendant la Convention Ougandaise de 1987 tenue à Silver Spring, MD, Mme Betty Kayiira a parlé des assassins de son mari et a suggéré qu’il avait été victime d’un grand plan conçu beaucoup d’années auparavant. De nombreuses personnes se sont demandées ce à quoi elle faisait allusion.
 

-Pendant les années soixante et soixante-dix, de nombreux réfugiés TUTSIS en Ouganda ont fait partie des escadrons de tueurs d’Obota et d’Amin (GSU et SRB) et ont appris à connaître les points faibles du monde politique local. Lorsque l’ex GSU a pu échapper à la colère d’Amin, des Tutsis qui en étaient membres ont suivi un entraînement militaire en exil sous l’ égide du FRONASA, puis créèrent le NRA grâce auquel ils prirent le pouvoir en 1986. Depuis cette date, ils se sont servis des richesses de l’Ouganda pour reconquérir le Rwanda en ayant également un oeil sur le Burundi, l’est du Zaïre et le Kenya.
 

Les Tutsis se sont servis de leurs femmes pour éliminer les rois HUTUS et conquérir le RWANDA. La même stratégie est utilisée à l’encontre des Ougandais. Nombre des ministres de Museveni et des indigènes cooptés ,y compris les rois traditionnels, sont neutralisés par les femmes Tutsis ou par des maîtresses qui les épient .Certains diplomates et axpatriés étrangers sont tombés dans le piège qui consiste à fréquenter les femmes Tutsis au Nectar Line Bar, au Hall London Bar et dans la plupart des hôtels de Kampala.Rwabugiri a été le pire des rois Tutsis au Rwanda. Il a introduit l’habitude de décorer les tambours royaux avec des parties génitales séchées d’hommes Hutus, en symbole d’une conquête totale.

 

POLITIQUE DE TRAITRISE:

LES ETATS UNIS CHOISISSENT LEUR CAMP
 

Le carnage humain au Rwanda est horrible et déshonorant. Un journal ougandais, The Monitor, disait dans son numéro du 20 Mai 1994 que « le pire reste à venir au Rwanda et au Burundi… », lorsque les Tutsis commenceront à s’attaquer  à la supériorité numérique des hutus. S’agit-t-il du « Cambodge de l’Afrique »? Le seigneur de la guerre Ougandais, Yoweri Museveni, a déployé plus de 30.000 hommes de son armée en Rwanda. La Belgique fournit des armes aux Tutsis par le canal de l’Ouganda. 



Les Etas-Unis ont entrainé les dirigeants rebelles du FPR. Des ONGs »vendues », domiciliées aux Etats-Unis, manipulent les comptes rendus de la presse et favorisent les desseins des Tutsis. Les Etats-Unis sont accusés de paralyser les efforts de l’ONU pour résoudre la crise du Rwanda. Ils ont lancé une offensive diplomatique contre les Hutus. Les Tutsis sont de toute évidence les instruments de forces extérieures qui ont pour objectif de faire de la région une nouvelle Somalie.
 

Pour quelles raisons les Etats-Unis prendraient-ils le parti du FPR et de Museveni? Il y en a plusieurs, dont trois principales qui sont les suivantes: 
 

(1) Le caractère fallacieux de la comparaison entre Museveni et Idi Amin à laquelle ont recours de pseudo-intellectuels (voir lettre d’information de l’UDC de Février 1994).
 

(2) Une société américaine suspecte (la Pan African Development Corp), composée de noirs américains inconnus d’avoir acheté les Szese Islands. Cette société « sortie de nulle part » prévoit d’investir environ $800 millions  dans le projet (voir lettre d’information de l’UDC de Février 1994). 
 

(3) Le département d’Etat américain consulte traditionnellement les anciens pays colonisateurs avant de prendre des décisions concernant les pays africains. Dans le cas présent, les intérêts britanniques en Ouganda et le soutien inique à Museveni s’expliquent par les raisons suivantes: 
 

(a) la promotion de la religion anglicane;
 

(b) l’attitude hostile aux asiatiques en Grande-Bretagne a obligé le gouvernement britannique à chercher des moyens de renvoyer un certain nombre de ces Asiatiques en Ouganda. Si les Asiatiques de nationalité britannique reforment une classe de commerçants en Ouganda, ils réinvestiront finalement leurs bénéfices en Grande-Bretagne;
 

(c) la promotion de « Plans de Privatisation et de Désinvestissement », qui revient à spolier l’Afrique. Il n’y a en effet guère d’Ougandais qui participent à ces plans. Il y a un afflux d’étrangers, notamment les Britanniques, qui achètent l’Ouganda pour une bouchée de pain (voir Africa Analysis, 30 avril 1993, p.12). 
 

Pour les raisons ci-dessus, la Grande-Bretagne a persuadé les Etats-Unis de soutenir Museveni parce qu’on peut le manipuler facilement. La tragédie du Rwanda présente quelques similitudes avec la crise somalienne. La Somalie ne se serait pas effondrée si les Etats-Unis n’avaient pas introduit dans ce pays des armes pour des millions de dollars, pour quelques raisons que cela soit .Les armes tuent et c’est ce qui s’est passé. Les armes qui ont été livrées à la Somalie n’étaient pas des manuels scolaires ou des sacs de riz. 
 

M.H.Johnsion, membre du congrès américain et Président de la Sous-Commission.des.Affaires africaines,a révélé au cours de la séance de la Sous-Commission consacrée au Rwanda le 4 Mai 1994 que « la politique étrangère des Etats-Unis est fondée sur la race ». Les rapports des médiats occidentaux sur le Rwanda sont partiaux. Des faits sont passés sous silence et déformés, attisant le ressentiment. En fait, les deux groupes se massacrent réciproquement. Tels sont les faits. La lettre d’information de l’UDC condamne le massacre de gens innocents. La lettre d’information de l’UDC condamne aussi fermement l’intervention étrangère dans la crise du Rwanda.
 

Toute histoire a un début, un développement et une fin. Nous assistons actuellement au développement de la tragédie du Rwanda. Nous pourrions peut-être, il faut l’espérer, en voir bientôt la fin. Si l’on examine et si l’on ne comprend pas les causes profondes du conflit ethnique au Rwanda, on empechêra alors toute tentative de trouver une solution. Les leaders politiques du monde doivent entendre les deux parties de façon objective afin de résoudre la crise. Les Etats-Unis ont agi de façon inéquitable en permettant aux agents du FPR de se rendre en Amérique et de leur donner une audience, et en refusant aux représentants du gouvernement Rwandais, en proie à de graves difficultés, la même possibilité de présenter leur version de l’histoire.
 

Le congrès américain écoute toujours toutes les parties avant de prendre des décisions. Dans le cas du Rwanda, la Sous-Commission de la Chambre des Représentants sur l’Afrique a tenu audience sur le Rwanda en Mai 1994 et n’a procédé qu’à l’audition de partisans du FPR. Comment le congrès américain peut-il formuler une politique sensée s’il n’écoute qu’une seule partie et refuse d’entendre l’autre?
 

Le génocide pourrait s’arrêter si :
 

(a) on obligeait Museveni à retirer les troupes ougandaises du Rwanda;
 

(b) la Belgique arrêtait d’armer les rebelles Tutsis par l’Ouganda;
 

(c) les Etats-Unis arrêtaient leur financement clandestin et soutien multiforme au FPR par l’intermédiaire des ONGs vendues et de Museveni. Les Etats-Unis et la Belgique, en soutenant le plan de domination par la force de la majorité Hutu par la minoritéTutsi ,font preuve de racisme et d’absence de démocratie. Les Etats-Unis se ridiculisent en prétendant vouloir faire la paix au Rwanda tout en flirtant avec Museveni et le FPR.
 

Le Département d’Etat et le Pentagone ont alimenté la crise du Rwanda:
 

en premier lieu, en soutenant le seigneur de la guerre ougandais ,Yoweri Museveni, qui est l’instigateur de la guerre au Rwanda. Les rebelles Tutsis ont envahi le Rwanda une première fois le 1erOctobre 1990. Ils étaient tous membres de l’armée de Museveni, commandée par des officiers de haut rang du NRA y compris son ministre d’Etat de la Défense, le Général Fred Rwigema. Le Département d’Etat n’a jamais condamné l’invasion du Rwanda par l’Ouganda, en dépit du fait que cela constituait une violation caractérisée de la charte des Nations-Unies et de la Charte de l’OUA. L’Amérique a pourtant par ailleurs condamné la Libye pour avoir pris position en faveur de l’une des parties lors de la crise du Tchad; 
 

en deuxième lieu, par lefait que le Pentagone a entrainé des rebelles du FPR déguisés en soldats ougandais. Le Pentagone a toujours opposé une fin de non recevoir aux demandes de révélations des noms des « ougandais » entrainés aux Etats-Unis dans le cadre du programme IMET; c’est un aveu clair de culpabilité;
 

en troisième lieu, outre l’aide étrangère directe, les Etats-Unis ont soutenu l’octroi à Museveni de prêts très importants fe la Manque Mondiale, soit-disant.pour des « projets de développement ». Ces fonds sont pour la plupart détournés et servent à financer la guerre du Rwanda et les autres aventures militaires de Museveni dans la région. De source ougandaise, le détournemet de l’argent de la Banque Bondiale est l’oeuvre de M. Tumusime Mutebare du ministère des finances, aidé par M. Ian Knapp, un responsable de la Banque Mondiale. 
 

Des informations non-confirmées font état du fait qu’un pays occidental finance le stockage d’armes par Museveni. Au début du mois de Mai, son Aide, le colonel Szerwanga Lwanga, se trouvait en Egypte pour acheter des armes pour le compte du FPR. Au même moment, les Etats-Unis faisaient pression sur les pays vendeurs d’armes pour qu’ils n’en livrent pas au gouvernement rwandais. Le gouvernement américain ne fait aucun mystère de son soutien au programme du FPR et de sa particulière bienveillance envers Museveni à tous les niveaux.
 

M. Kintu a écrit le 24 Juin1993 à des membres distingués des Commissions des Affaires Etrangères et du Bugdet du sénat et de la Chambre des Représentants américains ,en les informant que le Pentagone, dans le cadre du programme IMET, entrainait des rebelles du FPR déguisés en « officiers ougandais ». Dans sa lettre, M. Kintu soulignait que la collusion entre les Etats-Unis et Museveni allait aboutir à une catastrophe dans la région. Le Congrès des Etats-Unis n’a pris aucune mesure à ce sujet. 

Le monde est actuellement horrifié par les résultats de la politique du Pentagone et du Département d’Etat, amplifiés par le peu de cas que le Congrès américain fait de l’Afrique noire. Serait-ce donc un exemple de ce que M. Johnston, membre du Congrès des Etats-Unis ,a révélé cmme étant « la politique étrangère américaine fondée sur la race? ».

 

Tout le monde a le droit de se défendre, mais l’opinion publique omet de tenir compte du fait que, le 1er Octobre 1990, les Tutsis au pouvoir en Ouganda ont envahi le Rwanda. Depuis lors, cette aggression a obtenu le soutien de cliques impérialistes et racistes en Amérique et en Belgique. Ce sont les mêmes agresseurs qui ont conspiré et qui ont tué le président Habyarimama de sang froid. Ce sont les mêmes fauteurs de guerre qui inondent les médiats d’informations sur les massacres des Tutsis par les Hutus, sans dire ce que les Tutsis font ou ont fait aux Hutus depuis 1990. Il n’y a pas de mauvais bougres au Rwanda. Il n’y e que  des gens qui luttent pour leur survie. Les mauvais, ce sont Museveni et ses suppôts américains et belges.
 

Qui a déclenché la spirale des massacres et pour quelles raisons? Voilà les questions sur lesquelles il faut se pencher. En outre, les ambitions impérialistes de Museveni et le plan fasciste des Tutsis dans la région sont des éléments essentiels de cette stratégie. Une conquête militaire par les Tutsis, appuyée par des complicités extérieures, ne pourra jamais garantir la paix en Afrique orientale.
 

M. George Moose, Secrétaire d’Etat Adjoint pour l’Afrique, a fait une déposition devant la Sous-Commission Afrique de la Chambre des Représentants américaine, le 4 Mai. Il n’a guère mentionné les rebelles du FPR. L’Ouganda et le nom de Museveni n’ont été prononcés à aucun moment lors de sa déclaration. M. Moose s’est déclaré mécontent de l’acquisition d’armes étrangères par le Gouvernement du Rwanda. Pourtant, il n’a fait aucune mention de qui entraine, soutient et arme les rebelles Tutsis. Devons-nous en déduire qu’il n’en sait rien? 
 

Depuis la révolution de 1959 qui a mis fin à la domination Tutsi sur le Rwanda, les réfugiés Tutsis ont essayé à de nombreuses reprises de prendre le pouvoir par la force. La tentative récente, sous le couvert du FPR et du NRA, a revêtu de l’ampleur parce que Museveni  a mis à la disposition du plan Tutsi toutes les richesses de l’Ouganda. D’autres facteurs ont également amplifié la tragédie:
 

(1) Le Pentagome a entrainé des cadres du FPR en Amérique;
 

(2) Le FPR dispose de moyens financiers quasi-illimités, grâce à la fiscalité énorme qui pèse sur les Ougandais. L’aide étrangère  provenant des pays occidentaux et les prêts de la Banque Mondiale à l’Ouganda sont détournés à des fins belliqueuses. Les Ougandais sont donc ouvertement trompés;
 

(3) La Belgique effectue d’énormes livraisons d’armes aux rebelles Tutsis;
 

(4) Enfin, les Etats-Unis étouffent les efforts des Nations-Unies pour ramener la paix au Rwanda, manipulent les informations données par les médiats, fournissent des renseignements au FPR et soutiennent le financement clandestin des rebelles par  l’intermédiaire de Museveni. La complicité FPR/Museveni est un fait primordial que des responsables politiques sensés ne doivent pas oublier, si la communauté internationale désire vraiment la paix et la stabilité en Afrique Orientale. 
 

K .Moose a regretté que la France fournisse des armes au gouvernement du Rwanda. S’agit-il de jalousie? Paradoxalement, il n’a pas regretté que la Belgique fournisse des armes au FPR par le biaos de l ‘Ouganda et il n’a pas regretté non plus le rôle de Miseveni dans l’armement, l’entrainemet et le soutien apportés au FPR. Il n’a pas condamné le Pentagone pour avoir entrainé des commandants rebelles, alors que le Pentagone est partie prenante dans ce crime. Le pire,  c’est que M. Moose a précisé que « les massacres sont uniquement le fait du Gouvernement du Rwanda ». Pour M. Moose , ce sont probablement des bonbons que tirent les fusils du FPR.
 

M. Moose a cyniquement déclaré qu’un  « gouvernement qui prend le pouvoir par la force ne peut pas être reconnu comme légitime ». A-t-il déclaré, cela pour flatter les membres du Congrès américain qui sont le produit d’un système électoral? Le Département d’Etat est bien connu pour soutenir des dictateurs. Museveni, dorloté par le Département d’Etat, a pris le pouvoir par la force. Le FPR ,que le Département d’Etat et le Pentagone soutiennent, sont loin d’être des « Mères Theresa » au Rwanda. Nous verrons bien ce qu’il en est.
 

M. Moose a condamné une station de radio pro-Hutu de Kigali (RTLM) pour incitation des Hutus à la haine contre les Tutsis. Juste avant l’invasion du Rwanda par le FPR, le 1e rOctobre 1990, les Tutsis avaient créé une station de radio mobile (« Radio Muhabura ») émettant depuis l’Ouganda, qui incitait les Tutsis à la haine et à la mobilisation contre les Hutus. En fait, les Hutus ont créé leur station de radio en 1993, en réponse à Radio Muhabura. De plus, des responsables du FPR et le président Museveni se servent constamment de Radio Ouganda pour diffuser leur propagande.
 

M. Moose prétend que deux cent cinquante mille Hutus ont fui vers la Tanzanie parce qu’ils « appréhendaient des représalles possibles » de la part des Tutsis. Des réfugiés Hutus fuyant les zones contrôlées par les Tutsis dans le Nord et l’est du Rwanda ont déclaré avoir perdu des membres de leurs familles tués par le FPR et par des soldats ougandais. Or, les gens ne fuient pas en si grand nombre simplement parce qi’ils  « appréhendent » quelque chose. 

Si M. Moose avait été honnête, il aurait informé la Sous-Commission que Museveni a déployé la majeure partie de son armée au Rwanda. Le NRA et le FPR commettent donc également un génocide à l’encontre ded Hutus dans les zones qui sont sous leur contrôle, y compris Kigali. La rivière Kagera est située dans une zone contrôlée par le FPR et le NRA. Le FPR a fermé la frontière entre le Rwanda et la Tanzanie et a détruit le seul pont reliant les deux pays, afin d’empêcher les Hutus de s’enfuir vers des zones sûres, pour les encercler et les liquider. 

Depuis le moment où le FPR a pris ce territoire et a détruit le pont, il a été rapporté que plus de 40.000 cadavres sont venus s’échouer sur les rives du Lac Victoria. Tous les cadavres flottant au fil de la rivière sont bien évidemment ceux de Hutus massacrés par les Tutsis. Le bon sens permet de dire que les Hutus ne peuvent pas transporter leurs victimes vers une rivière située dans une zone sous le contrôle de leurs ennemis.

 

Dans son témoignage, le Docteur Allison de Forges avance deux affirmations:
 

(a) des éléments Hutus radicaux tuent des Tutsis et des Hutus modérés; (b) les Tutsis sont de bonnes gens qui ne font de mal à personne. Elle recommande que les troupes des Nations-Unies reviennent au Rwanda, non pas pour s’interposer entre les rebelles et les troupes gouvernementales, mais plutôt pour ne désarmer que les Hutus détenteurs de machettes. Ce point de vue rappelle les pratiques de Staline.
 

Que faisaient les Etats-Unis lorsque le Rwanda a été envahi en 1990? Pourquoi sont-ils demeurés silencieux lorsque les Hutus ont été massacrés  par les Tutsis au Nord du Rwanda en Février 1993 et au Burundi en Octobre 1993? Dans les deux cas, près d’un demi-million de personnes ont été tuées et plus de deux millions déplacées. Où est la justice dans tout cela? On ne pourra pas trouver de solution tant que l’on ne tiendra pas compte du rôle de Museveni, de la Belgique et des Etats-Unis dans la crise du Rwanda. Les Hutus et les Tutsis ont vécu avec leurs différences et pourraient les résoudre s’il n’y avait pas d’interventions extérieures. 
 

Le gouvernement des Etas-Unis fait preuve d’hypocrisie en soutenant la règle démocratique de la majorité en Afrique du Sud et soutenant du même mouvement la campagne armée de la minorité Tutsi visant à prendre le pouvoir au Rwanda et au Burundi. Il est inadmissible que les Etats-Unis soient partisans de la démocratie multipartite partout sauf en Ouganda.

Le Plan de la Dynastie Tutsi est semblable à celui d’Hitlel. Museveni a dû lire « mein Kamp ». Après la Tchécoslovaquie,les troupes d’Hitler ont envahi la Pologne, et ainsi de suite. De la même manière, Museveni a envahi le Rwanda. Il va bientôt être au Burundi, puis au Zaïre, etc… La Belgique et les Etats-Unis, qui ont versé le sang de leurs enfants pour anéantir la doctrine de supériorité raciale d’Hitler, devraient avoir honte de soutenir actuellement la minorité Tutsi qui a des visées semblables sur l’Afrique Orientale.
 

Il y a du sang rwandais sur de nombreuses mains. Outre les Hutus, les Tutsis, Museveni et la Belgique, les Etats-Unis vont également avoir besoin de se laver du sang rwandais qu’ils ont sur les mains.
 

AUTRES QUESTIONS SUR LA TRAGEDIE DU RWANDA
 

De curieux événements se sont déroulés à Kigali le 6 Avril 1994, le jour où le Président Habyarimana a été assassiné. L’Attaché Militaire américain accrédité auprès du Rwanda et du Burundi et résidant au Cameroun, le Colonel Vuckovic, est arrivé à Kigali au début de l’après-midi sans que cette arrivée ne soit annoncée aux ministères des Affaires Etrangères et de la Défense, comme le voudrais le protocole. L’avion du Président a explosé à environ 20 heures 35 le même jour. L’Ambassade des Etats-Unis à Kigali a été la première mission étrangère à évacuer son personnel le 8 Avril, sous la direction du Colonel Vuckovic. Que savait-il que les autres ne savait pas?
 

Le Ministre Rwandais des Affaires Etrangères, M. Jérome Bicamumpaka,s’est vu refuser un visa pour se rendre à Washington et avoir ainsi la possibilité d’expliquer aux responsables américains quel était le sort du peuple rwandais. Or, le Gouvernement américain a accordé des visas à des responsables du FPR qui se sont rendus à Washington. Ils ont pu parler devant le Centre d’Etudes Stratégiques, l’international Club et autres instances de haut vol de la capitale fédérale des Etats-Unis.
 

LE RWANDA VA DEVENIR UN PAYS ANGLOPHONE.
 

Selon des sources confidentielles, une délégation du FPR s’est rendue à Londres à mi-mai pour renforcer le soutien britannique aux tentatives du FPR d’annexer le Rwanda .Le FPR a promis aux Britaniques de faire du Rwanda un pays anglophone et de supprimer la langue française. Une somme de $ 30 millions  a été versé à un imprimeur britannique par un pays occidental dont le nom n’a pas été révélé, pour publier de toute urgence en langue anglaise le programme de gouvernement du FPR pour le Rwanda.
 

Le déroulememt des événements en Ouganda, d’où est parti le FPR, confirme cette nouvelle curieuse. Museveni est sur le point d’imposer son projet de constitution à l’Ouganda. Dans cette constitution, Museveni définit la citoyenneté ougandaise comme incluant les Rwandais. Le plan visant à établir une dynastie Tutsi dans la région est un secret de polichinelle. En1990, la Lettre d’information de l’UDC révélait que Museveni avait l’intention de mêler l’Ouganda, leRwanda, le Burundi et le Zaïre Oriental dans un seul pays dominé par les Tutsis, sous l’autorité de Museveni lui-même. 
 

LE FPR A ASSASSINE LES EVEQUES CATHOLIQUES DU RWANDA.
 

L’Archévêque catholique du Rwanda,Monseigneur Vincent Nsengiyumva, ainsi que deux autres Evêques, neuf prêtres et plus de soixantes personnes, ont été assassinés le 3 Juin par des rebelles Tutsis basés en Ouganda, qui ont envahi ce pays il y a trois ans. Toutes les victimes étaient des Hutus.
 

Les informations en provenance de Kigali confirment que des rebelles Tutsis se faisaient passer pour des pauvres démunis de tout, se sont intrpduits dans l’enceinte de l’église Kabgayi près d’Okarama, où campaient de nombreux réfugiés et membres du clergé, et ont assassiné ces personnes. Les assassins du FPR ont encerclé le camp, ont séparé les Tutsis des Hutus et ont tué tous les Hutus, y compris les Evêques, puis se sont enfuis avec les Tutsis vers un camp du FPR. Le FPR a reconnu sa responsabilité dans ces assassinats mais n’a exprimé aucun regret. 
 

Lorsqu’Idi Amin assassina l’Archevêque anglican de l’Ouganda, Mgr Luwumu, la communauté internationale, et notamment la Grande-Bretagne, s’enflamma et commença à préparer la chute d’Amin. Les rebelles sont soutenus par le dictateur Museveni, un Tutsi également, par les Etata-Unis et par la Belgique catholique. L’assassinat des dirigeants de l’Eglise Catholique au Rwanda est un sacrilège qui doit être condamné par le monde entier.
 

Museveni se rend aux Etats-Unis (à Washington) le 18 Juin pour une semaine, peut-être pour obtenir davantage d’armes pour les rebelles et pour  mentir davantage encore au public sur son plan secret pour le Rwanda et l’Ouganda. Le gouvernement Clinton s’apprête à le couvrir de louanges pour sa « contribution à la stabilité et au développement en Afrique Orientale ». Une fois encore, l’Amérique se trompe gravement en donnant l’accolade au principal responsable du terrorisme perpétré contre le peuple rwandais par le biais du FPR!!
 

DES FAITS : 
 

Un soldat ougandais a révélé que « la moitié de notre armée se trouve au Rwanda ». Plusieurs médiats occidentaux ont observé que des « rebelles » étaient en uniforme ougandais et parlaient anglais et non pas français. L’armée de Museveni est composée de Tutsis venant de camps de refugiés, du Rwanda, du Burindi, du Zaïre ainsi que d’Ougandais d’origine. L’élite des officiers est cependant composée exclusivement de Tutsis.
 



L’Ouganda est complétement vidé de ses ressources. Les Ougandais sont obligés d’acquitter des impôts astronomiques pour financer la guerre au Rwanda. Museveni a créé un Fond Présidentiel de Dons d’un budget annuel de plus de 2,4 milliards de shillings pour financer et répandre la corruption. La corruption officielle a souillé la plupart des politiciens et de nombreux dirigeants religieux en Ouganda, au point de les rendre aveugle à la fatuité de Museveni. Les innocents souffrent et meurent pendant que les escrocs chantent la gloire de Museveni et de leur propre portefeuille!
 

L’esprit des morts crie justice et paix. Les Ougandais voient les arsenaux de morts venant de l’étranger sillonner leur pays en laissant une odeur de mort. Le Lac Victoria est actuellement pollué par de milliers de cadavres flottants, qui viennent des régions du Rwanda sous contrôle du FPR et du NRA. Les gens sensés doivent considérer la situation dans son ensemble. Il n’y a pas à tergiverser lorsque le mal occupe toute la scène. Museveni est un monstre, laquais de cliques occidentales ayant des plans secrets. Aujourd’hui c’est le Rwanda, demain ce sera le Burundi, puis le Zaïre et le Kenya.
 

TRES IMPORTANT: 
 

Nous sommes très sensibles aux nombreuses lettres que nous recevons de nos lecteurs, proposant une aide financière pour la lettre d’information de l’UDC. Certains affirment avec force que ce journal qui exprime les préoccupations des Ougandais oppressés ne peut pas s’arrêter de paraître en raison de simples difficultés financières. Avec votre soutien, nous continuerons de servir l’Ouganda.
 

Avez-vous soutenu la Lettre d’Information de l’UDC en faisant un don? Rappelez-vous que la LIBERTE et la DEMOCRATIE ne sont pas des spectacles de sport auxquels on assiste passivement mais qu’il s’agit de principe

 

Corps du message grossier circulant sous le manteau, est dans la lignée de l'idéologie et de la désinformation génocidaire. Présenté comme suit par un site flirtant avec le négationnisme et le révisionnisme : "Le document circule depuis 1962 et aurait été découverte à Nyamitabo (Nord Kivu), le 6 août 1962. Après une enquête approfondie, GLP* a constaté que l'authenticité dudit document n'a jamais été contestée, ni par ses présumés auteurs, ni par ses bénéficiaires ou ses ayants droit"...

Comment contester pareille... "chose" ? Le fantasme de la suprématie du "peuple majoritaire" est calqué "à l'envers" sur les "dix commandements du Muhutu".


LE PLAN DE LA COLONISATION HIMA-TUTSI DE LA RÉGION DES GRANDS-LACS

Puisque nous sommes numériquement faibles au Kivu et que nous, pendant les élections de 1960 avons réussi d'une façon très magistrale à nous fixer au pouvoir en nous servant de la naïveté Bantoue et que d'autre part notre malignité a été découverte un peu plus tard par les Congolais, tout Mututsi de quelle région qui soit est tenu à appliquer le plan ci-dessous et d'y présenter une très large diffusion dans les milieux tutsi de district des Volcans.

1. Sachez que les Bahutu sont apparentés aux Congolais et que notre méthode de colonisation doit par conséquent s'appliquer à ces deux sujets.

2. Mettez tous les moyens que nous avons employé au Rwanda en œuvre pour soumettre les Bahutu du Congo et de toutes les autres ethnies qui les entourent, procédez méthodiquement et progressivement car une moindre préoccupation risquerait d'éveiller leur appel à la conquête de Rwabugili, notre, héros national

3. Première tâche de tout intellectuel est d'essayer de décrocher un autre commandement dans le (?) territorial car vous êtes sans ignorer l'importance de ce service dans la diffusion des idées politiques dans la masse ignorante

4. Tout intellectuel Mututsi est tenu de se faire un ami dans tous Les services administratifs de la République du Congo pour lui permettre de s'initier à la machine administrative de ce service en vue de se préparer au remplacement éventuel, à la responsabilité de ce service.

5. Puisque nous ne pouvons pas remplacer les élus Bahutu, faisons en des amis. Offrons-leurs quelques cadeaux et surtout de la bière afin de leur tirer les vers du nez. Offrons-leur nos filles et au besoin marrions-les à eux, les Bahutus résisteront très difficilement à leur beauté angélique.

6. Quand nous aurons acquis tous les postes importants, nous serons bien placés pour muter tous les ennemis Bantous à notre guise et surtout les remplacer par nos agents.

7. Envers la masse hutu, usez du pacte de sang, vous connaissez d'ailleurs l'inefficacité du pacte, ne l'avons-nous pas déjà violé sans aucun mal?

8. Servez-vous de la crédulité des évolués Bahutu et faites-vous en les instruments pour défendre notre cause et admettre notre campagne électorale. Dès que la campagne est passée, payez-les en monnaie de singe pour montrer leur incapacité.

9. Tout territorial tutsi est tenu à user de la peur pour affermir son autorité auprès de la masse crédule Bantous.

10. Les fonctionnaires à notre domination, nous les ridiculiserons auprès des Bantous ignorants et les traiterons d'ambitieux. Il seront d'ailleurs très peu nombreux car un hutu se soucie peu du sort de ses semblables.

11.Dès que la conscience ethnique naît, divisons les promoteurs de cette conscience. "Diviser pour régner".

12. Soumettons les gens des autres ethnies qui sont déjà dans nos filets et surtout nos vendus Bahutu pour qu'ils fassent une
campagne à nôtre faveur.

13. Sachez qu'un hutu est créé pour servir et que jamais il ne briguera un poste de responsabilité. Quand ils s'en rendront compte, ce sera trop tard. Commencez par occuper tous les postes territoriaux et chaque territoire du District des Volcans, un administrateur veille à nos intérêts.

14. Essayez de maintenir les agents de l'État Bahutu dans le complexe d'infériorité.

15. Les Bahutu conscients du sort de leurs frères seront éloignés de ce District afin qu'ils n'aient pas une influence sur la masse.

16. Nous faisons appel toute la Jeunesse tutsi pour qu'elle rejoigne l'AJIR car si malgré notre finesse, nous ne réussissons pas, nous ferons appel à la violence. Cette jeunesse aura pour devoir de soutenir les territoriaux tutsi et repondre par la terreur de nos agents acolytes.

17. Pendant ces moments difficiles, nous demanderons à tous les Batutsi de soutenir le gouvernement de Jean Miruho où nous étions représentés par deux ministres, car la chute de ce gouvernement est notre propre chute. Miruho n'était-il pas déjà dans nos filets?

18. Combattre les Wanande et Bahunde ennemis de notre protégé Miruho Jean, en nous servant bien entendu de Bahutu naïfs, Sachez que les Bahutu sont gourmands. Offrez-leur beaucoup de la bière et distribuez leur beaucoup d'argent. Nous avons beaucoup d'argent fraudé et 65 000 000 F qu'on devait aux moniteurs catholiques.

 

 

 

 

Commenter cet article