Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 Concours sur la meilleure photo des réalisations sous la 2ème République.

Dans son édition du mercredi 17 octobre 1979, le journal Elima annonçait le lancement, sous le patronage du Département de l’orientation nationale, culture et art, du concours sur la meilleure photo des réalisations sous la 2ème République.

Loin d’être un simple article d’archives, cet article revêt aujourd’hui un caractère historique et symbolique dans la mesure où il nous permet de faire le bilan illustré des 15 premières années du pouvoir de Mobutu.

En effet de 1965 à 1979, le régime Mobutu ou la deuxième République totalisait 14 ans de pouvoir. En considérant les réalisations concernées par le concours de la meilleure photo en 1979, nous nous rendons compte que les grandes œuvres de ce régime ont vu le jour durant les 15 premières années du règne de Mobutu.

Dans le cadre du devoir de mémoire, nous nous servirons de la liste des réalisations publiées à l’occasion de ce concours en 1979 comme l’unique bilan visible du régime Mobutu, représenté par les images choisies, à l’instar des images de nos grandes villes que notre site avait déjà publiées sur la période coloniale.

Par ailleurs, de 2001 à 2016, Joseph Kabila en fin de mandat, vient de réaliser à son tour 15 ans de pouvoir. Une période presque identique à celle réalisée par Mobutu de 1965 à 1979. Dès que nous réunirons la documentation nécessaire, nous ferons le bilan des 15 ans du règne de Joseph Kabila, avec des images.

Ainsi sur ce site, nos lecteurs pourront comparer la RDC durant l’époque coloniale, sous Mobutu, et sous Joseph Kabila, avant de tirer leur propre conclusion.

Nous accomplissons ce travail d’une manière objective, en mettant de côté les considérations idéologiques et partisanes.

Messager

 

 

LISTE DE QUELQUES RÉALISATIONS SOUS MOBUTU

 

QUELQUES RÉALISATIONS SOUS MOBUTU EN IMAGES

 

1.

Pont marechal Mobutu, inauguré en 1983

 

Pont (Mobutu)

 

                                                 Building SOZACOM

 

FIKIN

 

Hôtel INTERCONTINENTAL

 

Le marché Central

 

Cité de l'OUA inaugurée en 1967

 

La Cecamines sous Mobutu

 

La Gemamines

 

Domaine de la N'sele

Commenter cet article

Depandhaert 26/08/2016 12:16

Cher Messager,

Je me permets d'intervenir pour répondre à la question posée par Ajax8000 concernant le "MOPAYA" dont parlait Verckys dans sa chanson Bankoko Baboyi. Il s'agit bien d'un étranger, en l'occurence, ISAAC MUSSEKIWA, soxophoniste comme lui, originaire de l'ex-Rhodésie du Sud (l 'actuel Zimbabwe), ayant immigré vers le Congo-Kinshasa et évolué dans l'OK Jazz de Franco. Verckys reprochait à ce dernier d'avoir pris fait et cause pour Franco alors en conflit ouvert avec lui. Pour Kiamuangana, ce "Mowuta" qu'était Mussekiwa, aurait dû se ternir en retrait et non "Ko tombola Mapeka dans une affaire entre "Bana Mboka"..

Cette information peut être vérifiée facilement. D'avance merci

Messager 26/08/2016 12:39

Mon cher Depandhaert,

Merci de votre intervention. Mais il sera difficile de trancher sur celui est qui désigné "MOPAYA" dans la chanson. Moi je détiens mon information d'une personne digne de foi. Comme c'est un "mbuakela", seul l'auteur sait de qui il s'était agi. C'est peut-être Isaac comme vous le dites ou une autre personne.


Messager

Pedro 22/08/2016 15:54

Si le fleuve était navigable de la source à l’embouchure, où serait érigé le barrage d’Inga auquel les espoirs de l’Afrique Australe s’accrochent pour toutes les solutions futures en énergie et ressources hydriques ?

Ajax8000 22/08/2016 15:09

Merci de votre réaction, bien cher Messager. Dans le noble travail que vous faites, les Mbokatiers vous seront toujours reconnaissants de vouloir bien privilégier l'aspect culturel, notamment musicale des choses. Il faut avouer qu'il y a parfois cette tendance à vouloir glisser vers la politique, notamment sur des aspects qui ont très peu sinon aucun lien avec la Culture. ou la musique. Parler du Capitaine Ilosoni ou des chansons révolutionnaires, cela passe encore, mais vanter les "réalisations"économiques" de Mobutu , c'est faire plaisir à ceux qui ont profité de lui. Sans vouloir polémiquer, il y a des sujets qu'il faut carrément laisser aux historiens, ce qui, semble-t-il, n'est pas la vocation de ce site que nous aimons tous.

Au fait, Messager, lorsque Verckys parle de "Yo pe mopaya, to ko wela nini, chance na ngai ya ba koko hé!(dans: Bakoko ba boyi) de quel étranger parle-t-il? Un étranger qui aurait comploté contre lui au point de vouloir le faire mourir!

Messager 22/08/2016 15:56

Ajax8000,
Est-ce que ces historiens font-il leur travail ? En ce qui concerne la politique, j'estime que chaque congolais a le droit de s'y pencher vu la défaillance de nos politiciens.
S'agissant de la référence à la chanson de Verckys, personnellement je sais à qui il fait allusion en disant Yo pe mopaya. Ce mopaya, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, est un musicien congolais comme Verckys. Donc "mopay" n'est qu'une image voulant dire "étranger" dans sa vie.
Messager

Ajax8000 22/08/2016 12:52

Le mal du congolais est d'être très émotif et d'avoir la mémoire trop courte. Monsieur Mobutu mérite-t-il vraiment que nous le regrettions? Le Congo n'avait presque pas de dette lorsqu’il a pris le pouvoir. Au crépuscule de son règne, le pays, endenté jusqu'au cou, était pris en otage par le FMI, la Banque Mondiale et les fonds vautours, ce qui a considérablement ralenti l'elan économique de celui que vous honnissez aujourd'hui. Avec les sommes que Mobutu a engragé durant son long règne, les provinces du Congo auraient pû être reliées entre-elles par un imporatnt réseau de chemin de fer. Et le fleuve Congo serait navigable de Lualaba jusqu'à Banana. Ce que le peuple a gagné à toute cela se résume dans cette phrase célébrissime: 'BO KO LIANA " Cher Messager, tu es un homme honnête. Tous les Mbokatiers le savent: laisse apparaître mon message pour susciter le débat.

Messager 22/08/2016 14:47

Ajax8000
Il y a t-il quelqu'un qui regrette Mobutu ? S'il en a un, il va s'exprimer lui-même. En ce qui nous concerne, nous faisons le travail de mémoire, en dépit de notre méfiance à l'égard de tous les politiciens congolais.

Messager