Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

Dimba dya Ngola.

 Dernièrement, l’occasion nous a été donnée de publier les photos et les chansons de trois orchestres angolais, dans l’article de Pedro intitulé : « Ne pas dépasser la ligne ».

Ainsi, sur l’ensemble de 4 photos de formations musicales angolaies envoyées par Samuel Malonga, seules trois d’entre-elles, en l’occurrence celles des orchestres Os Bongos, Os Jovens do Prenda, et Os Kiezos ont été publiées. Il restait la photo de l’orchestre Dimba dya Ngola.

La dénomination.

En découvrant la dénomination « Dimba dya NGola », nous avons été intrigués par son authenticité africaine dans un pays lusophone où les langues africaines étaient reléguées au second plan durant la colonisation. Pour avoir le sens exact de cette dénomination, nous nous sommes renseignés auprès de notre ami Pedro, lequel nous a révélé, après avoir consulté trois sources différentes, qu’elle (dénomination) signifie en Kimbundu « Le xylophone d’Angola ». Dimba (Madimba), comme dans plusieurs langues bantoues signifie Xylophone.

Par ailleurs, cette dénomination en langue africaine, en pleine colonisation portugaise pourrait-elle être interprétée comme une forme de résistance?

La discographie.

En effet, l’Anthologie de la musique angolaise de plus d’une centaine de chansons en notre possession nous a montré que Dimba dy Ngola n’a produit que deux œuvres, reprises dans l’album des années 1956-1970, et dans celui des années 1968-1976.

En nous référant aux autres orchestres angolais qui ont produit plus d’une dizaine de chansons dans cette Anthologie, nous nous demandons pourquoi les œuvres de Dimba dy Ngola sont si rares ? Cet ensemble musical existe-t-il encore de nos jours ? Quelle fut la configuration sociale de la cité de LINDA qui figure sur la pochette de sa photo ?

Voilà quelques questions que nos amis angolais, connaissant mieux l’histoire de l’orchestre Dimba dya Ngola pourront nous aider à répondre.

 

Messager

LA DISCOGRAPHIE DE L’ORCHESTRE « DIMBA DYA NGOLA ».

 

.

 

 

Commenter cet article