Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Clément ossinondé

Création de l'OK Jazz, Cassien Germain Gaston lève le voile sur les musiciens cofondateurs.

Nous sommes en Juin 1986, et l'OK Jazz fête ses 30 ans d'anniversaire. Une opportunité pour Cassien Germain Gaston créateur de ce groupe d'accorder à Télé Zaïre l'interview ci-dessous (voir vidéo) dont nous ne disposons que d'une infime partie.

Que retenir des propos de Cassien Germain Gaston, qui n'est devenu Oscar Kashama qu'en 1960, après l'Indépendance :

- Avant l'OK Jazz Joseph Kabaselle, Tino Baroza, Musekiwa et Nico Kasanda se sont régulièrement produits dans son bar. Il se souvient encore quand il allait chercher Nico Kasanda dans son école et le ramener par la suite chez sa mère.

- L'OK Jazz est né le vendredi 06 Juin 1956 au bar "Home de Mulâtre" croisement rue Ruakadingi et l'avenue Prince Baudouin ( aujourd'hui Kasavubu) - "Home de Mulâtre" était le lieu où se retrouvaient  régulièrement les mulâtres (métis) de Kinshasa, qui s'étaient constitués en association. Cassien Germain Gaston était lui-même  mulâtre.

- Les cofondateurs sont en principe six : les 3 kinois  Luambo Franco (guitare) Lando Rossignol (chant) Moniania Roitelet (basse) et les 3 Brazzavillois Essous (clarinette chef d'orchestre), Loubelo "De la Lune (guitare, avant de devenir bassiste) et Pandi (tumbas) - Vicky Longoma n'a intégré le groupe que quelques mois après. Cependant Cassien Germain Gaston ne cite pas Bosuma Dessoin (serait-il venu après comme Longomba, ou un oubli ?..)

"Chez Cassien" 102 rue Itaga, est devenu par la suite OK Bar et a donné ce nom à l'orchestre OK Jazz. (OK Bar semble-t-il, et pour citer Raoul Yela dans son livre consacré à Luambo Franco aux éditions l'Harmattan  dit ce qui suit :...Entre 1953-1956 il y avait un petit groupe de soldats américains qui campaient à proximité de Ndolo, et qui étaient devenus les clients réguliers de Chez Cassien, au point où ils ne cessaient de dire Cassien " your bar is OK, your is bar allright", et c'est comme ça  que Chez Cassien est devenu OK Bar, puis OK Jazz pour l'orchestre. ?... )

 

Clément Ossinondé

Commenter cet article

nyanguila 03/08/2016 03:11

Merci pour cet ajout et le souhait le plus espérant est que,si c'est possible,Edo Nganga et Kouka Célestin puissent s'exprimer chacun,à tour de rôle,sur cette histoire car ils ont déjà fait part de leur vécu!Et vous aurez un recoupement qui pourra enrichir cette histoire.Enfin,Kouka Célio,vers la fin de son récit de la formation de l'O.k-jazz,après avoir quitté les Bantous vers 1971-72?,avait pris contact et envisagé de signer un contrat pour son retour dans l'O;k-jazz mais,au port de Brazzaville,un changeur,'une de ses connaissances,lui dit de faire un autre projet pour créer un orchestre à Brazzaville et lui avait recommandé de s'entretenir avec un certain Massengo-Tiasse pour finaliser ce projet et l'orchestre"le Peuple"était né et il avait incorporé Pamélo et Cosmos quoique ces deux derniers ne s'entendaient pas bien!Et cette émission était très intéressante.En définitive,à l'occasion lors d'un voyage,prière d'interviewer Kouka et Nganga pour que le blog garde des précieux documents de souvenir! En attente,bien à vous.

OSSINONDE 01/08/2016 23:29

Une rectification "Viclong Julie" est bien chanté par LONGOMBA ROSSIGNOL, pas avec Edo en 1957

OSSINONDE 01/08/2016 23:25

Pas de confusion : Après la dislocation du Negro Jazz au cours de l'année 1956, Edo, Kouka Nino Malapet et autres brazzavillois son retournés à Brazza, sauf Nino qui avait un contrat avec Loningisa revenait accompagner les groupes en studio. Le seul musicien qui a quitté le Negro jazz en 1955 pour rejoindre Loningisa est ESSOU. Tandis que Loubelo De la lune et Pandi sy trouvaient à Kinshasa et aux éditions Loningisa depuis 1953 pour Loubelo et 1954 pour Pandi. Les deux n'ont pas fait partie du Negro Jazz. C'est ainsi qu'on trouve ESSOUS PANDI et LOUBELO à la création de l'OK Jazz. Cependant, c'est en Décembre 1956, lorque ESSOUS PANDI ROSSIGNOL quittent l'OK Jazz pour les éditions Esengo, puis Rock-a-Mambo, qu' EDO, KOUKA , NINO , BRAZZOS intègrent l'OK Jaa, précisement le 27 Décembre 1956, C'est donc un OK Jazz nouvelle formule qui se relance. Autrement , et c'est clair EDO, KOUKA BRAZZOS n'ont jamais été à la création de l'OK Jazz en Juin 1956. Lorsque vous écouter les enregistrements Loningisa d'Aoùt en décembre, le duo chant est ROSSIGNOL/LONGOMBA, encore que tout au début ROSSIGNOL a chanté en duo avec FRANCO (Vicky on le sais est venu 2 ou 3 mois après. Le duo chant VICKY/EDO commence dans les enregistrements Janvier 1957 ; "Aimé wa bolingo", "Vyclon Julie"....(D"ailleurs les titres comme "On entre OK on sort KO de Franco, "Se pamba" de Essous ," Pasi ya boloko" de Pandi, "Vyclong julie " de Longomba, ..illustrent bien la période avant l'intégration EDO KOUKA SIMARO . A noter que NINO n'est resté que très peu de temps dans OK Jazz, avant de rejoindre ESSOUS aux éditions Esengo et Rock-a-Mambo

Messager 01/08/2016 09:49

En visualisant ce document historique d’une importance capitale, je me rends compte que seul un recoupement de plusieurs témoignages peut nous amener à établir la vérité. La mémoire du vieux Kashama dans cette interview n’est plus totalement fiable. À titre d’exemple , il ne se souvient plus du nom de Nico, et certains noms des fondateurs de l’OK-Jazz lui sont soufflés .
L’autre problème que soulève cette interview c’est le manque de contrat et de documents dans l’organisation de nos orchestres. Où est le document portant sur la création de l’OK-Jazz ? Qui l’avaient signés ? Subsidiairement, Comment nos musiciens étaient-ils rémunérés en général ? Qui peut nous montrer un bulletin de paie d’un musicien congolais ?
Nous posons cette question à nos aînés Clément Ossinondé, Faugus Izeidi, Seskain Molenga, Mose Fanfan, Ignace Mukendi, etc, etc.

Messager

nyanguila 01/08/2016 03:46

Notre Cher Clément Ossinondé,bonjour et merci pour cette publication mais elle semble un peu différente à une autre faite par Ernest N'dalla Graille qui est proche de celle traduite par Kouka Célestin!Et parmi les membres fondateurs,il ne faut pas oublier Edo Nganga,Kouka Célestin,Dessoin ni Malapet,leur grand saxophoniste,selon Célestin.Dans une émission,sur l'histoire de la formation de l'O.k-jazz,Kouka Célio dit que,de leur prise d'autonomie par rapport au Bar et au studio,le chef d'orchestre était désigné selon le degré d'aînesse et on sait que leur aîné était ya'Edo,d'après la coutume qu'ils respectaient.Enfin,il est encore possible,et il faut en profiter car les temps qui courent,sait-on quand?,mieux vaut entrer en contact avec les deux restants,encore en vie,que sont Edo Nganga et Kouka Célio pour qu'ils nous éclairent.Enfin,Célio vivait à Léo depuis 1955,en résidence musicale,jusqu'en 1959 et stressé par les émeutes du 4 janvier contre la colonisation!Et que dire d'Edo Nganga?En attente,bien à vous.

MBOMO 31/07/2016 21:22

Un document absolument exclusif . C'est certains qu'avant de décider de la création de l'OK Jazz, un certain nombre des musiciens , particulièrement issus de Loningisa se retrouvaient chez Cassien autour d'un repertoire réalisé en studio, On peut dire qu'ils ont contribué à la naissance de ce groupe qui est devenu OK Jazz. Les six noms cités sont authentiques, et comme se demande Clément, Bossuma Dessoin n'a pas été cité .?