Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Le Dr André Beloy, premier chirurgien cardio-vasculaire et pulmonaire congolais.

 

Premiers parmi les congolais, tel a été le titre d’un article publié le 4 mars 2010 par Samuel Malonga. Vu l’abondance du sujet, cette publication avait été échelonnée en plusieurs parties (6), sans que l’énumération soit exhaustive, par manque d’archives.

Aujourd’hui, nous avons l’honneur de présenter à nos lecteurs le Dr ANDRÉ BELOY, premier chirurgien cardio-vasculaire et pulmonaire congolais, grâce à une coupure du journal « Le Progrès, du jeudi 10 octobre 1970 » signé par Sébastien Massamba, que notre site a pu se procurer, après plusieurs années des recherches.

En 1970, le Dr Beloy était âgé de 33 ans, et détenait le diplôme en médecine chirurgicale et accouchement depuis 1964 de l’Université catholique de Louvain. Après sa spécialisation de 1964 à 1969 aux cliniques universitaires St. Pierre de Louvain et dans les hôpitaux de Paris, il était rentré au pays en janvier 1970 où il fut affecté à la clinique Danoise à l’époque (Kinoise) et occasionnellement à la clinique Reine Elisabeth ( Ngaliema).

Le 4 janvier 1970, le Dr Beloy avait effectué une ablation pulmonaire partielle sur un homme de 55 ans, sous les caméras de la RTNC (Radio télévision nationale congolaise).

Les images ci-dessous font partie de l’interview titrée "Les prouesses du bistouri" qu’il avait accordée à Sébastien Massamba en décembre 1970 à l’issue d’une série de six opérations dont deux ablations pulmonaires totales gauches effectuées respectivement sur un homme de 40 ans et une fille de 14 ans, trois ablations pulmonaires partielles sur un sujet de 25 ans, une fille de 15 mois, et sur l’homme de la télévision, enfin une ablation de la rate sur un enfant de 14 ans (clinique Reine Elisabeth) devenue Ngaliema.

Compte tenu de l’importance de ce document d’archive, nous publions l’article sous plusieurs formats afin de permettre à nos lecteurs de lire l’entièreté de l’interview réalisée en 1970 par Sébastien Massamba du journal Le Progrès.

Compilé par Messager 

 

.

 

L’article découpé et agrandi  

 

 

.

Commenter cet article

Messager 03/08/2016 19:17

Delphine,

Merci de nous rassurer que vous contacterez vos parents sur ce qu'ils ont vécu au Congo de Mobutu. Nous sommes un site basé sur la mémoire. Nous attendons impatiemment les souvenirs du Dr Beloy.

Messager

Messager 03/08/2016 21:46

Merci. Nous attendons toutes ces informations .

Messager

beloy delphine 03/08/2016 19:41

Je vins de prendre rdv avec mes parents pour le 15 aoùt mais mon père me dit qe le professeur Kabemba ne saurit être le premier chirurgien cardio-vasculaire puisqu'il a été dîplomé après mon père. Ce qui semble logique et le docteur Diomi était notre voisin. De ce fait je pense pouvoir vous éclairer sur certaines informations à propos de ce médecin aussi. Bien à vous Delphine

Messager 26/06/2016 21:47

Dites à votre papa, le Dr Beloy que nous nous débrouillons pour dénicher les archives. En tant que témoin privilégié de cette époque, qu’il nous fasse des récits. Nous attendons de lui des témoignages sur son époque. Des récits, des photos, des articles des presse, etc,etc.

Messager

Beloy delphine 03/08/2016 18:55

Bonsoir excusez moi pour cette réponse tardive mais je vais faire en sorte que mon père et ma mère puissent vous éclairer.Je dispose de quelques photos de l'opération à la clinique Danoise et je leur demanderai de vous faire un récit sur cette époque et comment il a rencontré et travaillé à l'époque pour Mobùtu et soigné ses proches .Je ne vous oublie pas il me faut juste le temps pour récolter toutes les informations .Bien à vous madame Beloy Delphine

Messager 21/05/2016 06:23

Bony,

J'ai connu le prof. Kabemba. Nore difficulté tient au fait du manque d'archives. Nous nous contenons des celles qui sont à notre portée. Avec le temps, nous finirons par en découvrir d'autres.
Messager

BONY 19/05/2016 03:57

Il est dit dans l'article ci-dessus que le Dr André BELOY serait le premier Chirurgien thoracique congolais,un article d'un journal de l'époque à l'appui.
J'avoue que cette affirmation m'a beaucoup intrigué car j'avais moi aussi connaissance d'un autre premier chirurgien thoracique congolais qui était de surcroit Professeur de chirurgie à la Faculté de Médecine de l'Université de Kinshasa ex Lovanium. Il s'agit du Pr Joseph KABEMBA BIABULULU WA MAYOMBO Docteur en Médecine de l'université Lovanium et Diplômé de chirurgie cardio-vasculaire et thoracique de l'Université de YALE aux Etats-Unis.
Bien sur que les échos de l'époque rapportait que le Dr BELOY était agrégé de chirurgie cardiaque mais dans les années qui ont suivi j'apprenais son exil ici en Europe en particulier en France puis en Belgique. Sa fille pourrait nous renseigner.
Par ailleurs le Pr KABEMBA qui fut un brillant enseignant de la Faculté de médecine du Mont Amba et de la faculté de médecine de Mbuji Mayi nous a quitté après une longue maladie au Centre hospitalier de SUN CITY en Floride.
Ce fut un grand savant,beaucoup de Bibliographie de Thèses de médecine font référence à son nom à l'extérieur du Congo.
L'article princeps de Samuel MALONGA parle de Premiers parmi les congolais. En voilà un autre.

https://www.facebook.com/Joseph-Kabemba-Bia-Bululu-wa-Mayombo-MD-1478425955777756/

http://facmed-unikin.net/hommage-au-professeur-kabemba-biabululu-wa-mayombo/

Je ne participe pas à une polémique,je contribue seulement à un éclairage. je m'inclinerai si j'avais tort.

Messager 03/05/2016 05:47

Delphine,

Merci d'avoir réagi. Pourriez-vous nous envoyer l'original de l'article et nous dire qu'est devenu le Dr Beloy
Merci

Beloy delphine 02/05/2016 21:16

Le docteur Beloy André est mon père et je suis en possession de l'original de ce document.

beloy delphine 26/06/2016 20:30

Je vous contacte car mon père est à mes côtés.
le professeur kabemba était son adjoint à la clinique universitaire de Lovanium à kinchasa et mon père a quitté lovanium en 1975 pour rentrer définitivement en belgique où il exerce toujours
Merci de ne pas oublier le beau parcours qu'il a vécu au ZAire