Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

SHABA KAHAMBA EST MORT !

  SHABA KAKAMBA: 1947-2016, soit 69 ans d'existence.

Nous venons de recevoir de la part du prof. Augustin Odimba un bref message annonçant le décès du bassiste Emmany Shaba Kahamba, respectivement ancien ténor de l’orchestre Bella-Bella et ancien chef d’orchestre de l’Afrisa du Seigneur Tabu Ley. En attendant de plus amples détails sur ce décès, nous présentons nos condoléances les plus attristées à sa famille, sur un air de l’un de ses tubes intitulé:Pambi Ndoni.

Messager

 

MADAME, MONSIEUR,

JE VOUS INFORME QUE LE BASSISTE 
SHABA KAHAMBA VIENT DE DECEDER .
QUE SON AME REPOSE EN PAIX.

A SUIVRE...

 

.

.

 

Biographie

 

De son vrai nom Emmanuel Kamba, le guitariste est né le 1er août 1947 à Kinshasa. Au long de sa carrière, il prend le nom de scène Shaba Kahamba. En réalité, ce sobriquet devrait s’écrire Chaba parce qu’il signifie Chanteur et bassiste. Mais l’artiste cautionne l’orthographe Shaba. Enfin Kamba devient Kahamba. Il s’intéresse à la musique alors qu’il n’a que 12 ans.

 

Déjà à cet âge, il intègre Crédit Jazz, un groupe du quartier où il est batteur. Puis, il commence à apprendre la guitare. Mais c’est surtout un cousin chanteur dans l’orchestre City Jazz de Kintambo qui provoque son penchant pour la musique.

 

En 1964, il fait partie de Vainqueur Jazz où il fait chanter la tumba (tam-tam). C’est au cours d’un concert de cet orchestre en 1965 qu’il va pour la première fois jouer officiellement la guitare basse. Depuis, elle est devenue son instrument de prédilection. En 1966, le groupe change de nom et devient Super Bamboula. Le chanteur José Lukoki de Cobantou y fourbera aussi ses armes. Roger Izeidi est le mécène de l’orchestre. Il leur offre même l’ancien matériel de l’African Fiesta National de Rochereau. Pour éviter toute confusion avec Bamboula de Papa Noël, le groupe est rebaptisé Tampala.

 

En 1968, Petit Kallé, jeune frère de Jean-Jacques Kande et propriétaire de l’orchestre Vox Négro, sollicite Shaba pour jouer du saxophone. Ses connaissances de cet instrument à vent étant déficient, il reprend vite la guitare basse. En 1969, il fait partie de l’orchestre Les Ndombe de Jonas Mukamba. Il y retrouve Mario Matadidi au chant. On le trouve dans Bella-Bella en 1970. Il y connaîtra la célébrité et le succès avec ses tubes dont Pambindoni et Ndele okozonga. Après un court séjour à Brazzaville en 1977, il rentre à Kinshasa pour créer son propre groupe dénommé Shabani.

 

En 1979, Shaba effectue un passage éclair dans l’OK Jazz. Luambo l’engage comme troisième bassiste à côté de Decca Mpudi et Flavien Makabi. Il y reste 16 jours seulement. Il claque la porte et réintègre Bella-Bella. En 1980, il va frapper à la porte de l’Afrisa International. Pendant 13 ans, il sera fidèle à Tabu Ley. En 1994 sort Bitumba, son premier album solo. L’artiste s’établit en 1997 à Kortenhoef, une petite localité des Pays-Bas située entre Utrecht et Amsterdam. Fidèle à Rochereau, il était membre du collectif des anciens musiciens de l’Afrisa initié pat Dino Vangu. Rongé par la maladie, Emmany Shaba Kahamba meurt le lundi 18 avril 2016. 



Son parcours artistique peut se résumer ainsi :

- 1964 - 1969 : Crédit Jazz, Vainqueur Jazz, Super Bamboula, Tampala, Vox Negro, Les Ndombe.

- 1970 – 1977: Bella-Bella

- 1978 : Shabani 

- 1979 : OK Jazz, Bella-Bella.

- 1980 – 1993 : Afrisa International

- 1994: carrière solo



Compositions :

- Bella-Bella : Pambindoni (mwana Matadi), Nawela te, Ndele okozonga, Made, Mea culpa, Betu Munyoka, Bondeko, Horoscope etc.

- Shabani : Dis oh ngai nalela, Yeba bolingo ya ngai na yo eyebani.

- Afrisa International: Tezua, Bomba sekele, Loumusu, Sanza misato, L’amitié, C’est la vérité, Nayei na tembe, Vina.

- Carrière solo : 4 albums

 

Samuel Malonga

 

 

MESSAGES DE CONDOLEANCES

.

 

Très vive émotion en apprenant la mort de Shaba Kahamba. Avec lui le vent du temps a emporté un autre élément de l'âme de cette poésie si attachante, sentimentale des années 70-75. Encore au lycée, j'ai connu et noué une courte amitié avec Emile SOKI à Brazzaville à la foire de 74 et avait promis lui rendre une visite à Kin; mais cela ne fut rendu possible hélas! en raison de la conjoncture. Puis, en France étudier, j'ai vécu avec un grand pincement les déboires de ce génie de notre temps puis par la suite sa mort à mon retour au Congo..

Mes condoléances à la famille Soki et à celle de Shaba Kahamba. Nous ne les oublierons jamais.


Valentin OLLESSONGO, Ambassadeur du Congo au Maroc

 

.

 

Encore un de ces Anges, qui avaient quitté la Cité Céleste pour égayer les terriens,qui s'en va...mes condoléances à sa famille et à toute la communauté des compatriotes de Emmany Shaba...mes condoléances aussi à tous les fans de Bella Bella...

Ainsi va la vie...

Claude Kangudie..

.

 

Un véritable monument de la musique congolaise qui disparait.Que la terre de nos ancêtres lui soit clémente. Je me souviens encore de cet opus au cours de nos promenades dans la province du Bas-Congo, à l´époque Bas-Zaire, à l´internat, à Kimpese, Kisantu, Gombe Matadi, Sona Pangu etc..C´était l´´épopée Bella Bella des Frères Soki. Mon morceau choisi c´est Horoscope du temps de notre amour scolaire avec les étudiantes de Lamba Kimpese, IPE et Mbanza-Mboma.RIP.

Nsingi Mabuassa/ Angola

.

 

Toutes mes condoléances les plus attristées à sa famille, à ses amis et connaissances. Une grande perte! Un autre monument s'en est aussi allé!

Blondé

.

Adieu l'artiste.

Souvenons-nous qu'Emmany Shaba fût celui qui a révolutionné la façon de grater les 4 cordes. Dans l'oeuvre de Soki Vangu intitulée " nakweyi ndeke" il a surpris avec une nouvelle marche pour accompagner le chant .Et,tous les bassistes l'imitèrent, faisant par conséquent naître des vocations.

Qu'il repose en paix.

Louison Comos

.

 

Commenter cet article

Samuel Malonga 22/04/2016 11:41

"Ndele Okozonga" est pour moi la meilleure de toutes les chansons composées par Emmany Shaba Kahamba.

Bob 22/04/2016 10:08

Cette basse abyssale de "Ndele okozonga"... Inimitable, inégalable, mais surtout inoubliable. Un artiste que j'adorais. Qu'il repose en paix.

Louison Cosmos 21/04/2016 19:50

Adieu l'artiste.Souvenons-nous qu'Emmany Shaba fût celui qui a révolutionné la façon de gratter
les 4 cordes.Dans l'oeuvre de Soki Vangu intitulée " nakweyi ndeke" il a surpris avec une nouvelle
marche pour accompagner le chant.Et,tous les bassistes l'imitèrent,faisant par conséquent naître
des vocations.Qu'il repose en paix.

Adei Toko 20/04/2016 13:57

Le vrai nom de SHABA KAHAMBA est plutôt Emmanuel UNZALU.

Ollessongo Valentin 20/04/2016 13:25

Très vive émotion en apprenant la mort de Shaba Kahamba. Avec lui le vent du temps a emporté un autre élément de l'âme de cette poésie si attachante, sentimentale des années 70-75. Encore au lycée, j'ai connu et noué une courte amitié avec Emile SOKI à Brazzaville à la foire de 74 et avait promis lui rendre une visite à Kin; mais cela ne fut rendu possible hélas! en raison de la conjoncture. Puis, en France étudier, j'ai vécu avec un grand pincement les déboires de ce génie de notre temps puis par la suite sa mort à mon retour au Congo..
Mes condoléances à la famille Soki et à celle de Shaba Kahamba. Nous ne les oublierons jamais.
Valentin OLLESSONGO, Ambassadeur du Congo au Maroc

Claude Kangudie 20/04/2016 12:53

Encore un de ces Anges, qui avaient quitté la Cité Céleste pour égayer les terriens,qui s'en va...mes condoléances à sa famille et à toute la communauté des compatriotes de Emmany Shaba...mes condoléances aussi à tous les fans de Bella Bella...

Ainsi va la vie...

Claude Kangudie.

Nsingi Mabuassa 20/04/2016 12:51

Un véritable monumento de la musique congolaise qui disparait.Que la terre de nos ancêtres lui soit clémente.Je me souviens encore de cet opus au cours de nos promenades dans la province du Bas-Congo, à l´époque Bas-Zaire, à l´internat, à Kimpese, Kisantu, Gombe Matadi, Sona Pangu etc..C´était l´´épopée Bella Bella des Frères Soki.Mon morceau choisi c´est Horoscope du temps de notre amour scolaire avec les étudiantes de Lamba Kimpese, IPE et Mbanza-Mboma.RIP.

Samuel Malonga 20/04/2016 11:20

De son vrai nom Emmanuel Kamba, le guitariste est né le 1er août 1947 à Kinshasa. Au long de sa carrière, il prend le nom de scène Shaba Kahamba. En réalité, ce sobriquet devrait s’écrire Chaba parce qu’il signifie Chanteur et bassiste. Mais l’artiste cautionne l’orthographe Shaba. Enfin Kamba devient Kahamba. Il s’intéresse à la musique alors qu’il n’a que 12 ans. Déjà à cet âge, il intègre Crédit Jazz, un groupe du quartier où il est batteur. Puis, il commence à apprendre la guitare. Mais c’est surtout un cousin chanteur dans l’orchestre City Jazz de Kintambo qui provoque son penchant pour la musique. En 1964, il fait partie de Vainqueur Jazz où il fait chanter la tumba (tam-tam). C’est au cours d’un concert de cet orchestre en 1965 qu’il va pour la première fois jouer officiellement la guitare basse. Depuis, elle est devenue son instrument de prédilection. En 1966, le groupe change de nom et devient Super Bamboula. Le chanteur José Lukoki de Cobantou y fourbera aussi ses armes. Roger Izeidi est le mécène de l’orchestre. Il leur offre même l’ancien matériel de l’African Fiesta National de Rochereau. Pour éviter toute confusion avec Bamboula de Papa Noël, le groupe est rebaptisé Tampala. En 1968, Petit Kallé, jeune frère de Jean-Jacques Kande et propriétaire de l’orchestre Vox Négro, sollicite Shaba pour jouer du saxophone. Ses connaissances de cet instrument à vent étant déficient, il reprend vite la guitare basse. En 1969, il fait partie de l’orchestre Les Ndombe de Jonas Mukamba. Il y retrouve Mario Matadidi au chant. On le trouve dans Bella-Bella en 1970. Il y connaîtra la célébrité et le succès avec ses tubes dont Pambindoni et Ndele okozonga. Après un court séjour à Brazzaville en 1977, il rentre à Kinshasa pour créer son propre groupe dénommé Shabani. En 1979, Shaba effectue un passage éclair dans l’OK Jazz. Luambo l’engage comme troisième bassiste à côté de Decca Mpudi et Flavien Makabi. Il y reste 16 jours seulement. Il claque la porte et réintègre Bella-Bella. En 1980, il va frapper à la porte de l’Afrisa International. Pendant 13 ans, il sera fidèle à Tabu Ley. En 1994 sort Bitumba, son premier album solo. L’artiste s’établit en 1997 à Kortenhoef, une petite localité des Pays-Bas située entre Utrecht et Amsterdam. Fidèle à Rochereau, il était membre du collectif des anciens musiciens de l’Afrisa initié pat Dino Vangu. Rongé par la maladie, Emmany Shaba Kahamba meurt le lundi 18 avril 2016.

Son parcours artistique peut se résumer ainsi :
- 1964 - 1969 : Crédit Jazz, Vainqueur Jazz, Super Bamboula, Tampala, Vox Negro, Les Ndombe.
- 1970 – 1977: Bella-Bella
- 1978 : Shabani
- 1979 : OK Jazz, Bella-Bella.
- 1980 – 1993 : Afrisa International
- 1994: carrière solo

Compositions :
- Bella-Bella : Pambindoni (mwana Matadi), Nawela te, Ndele okozonga, Made, Mea culpa, Betu Munyoka, Bondeko, Horoscope etc.
- Shabani : Dis oh ngai nalela, Yeba bolingo ya ngai na yo eyebani.
- Afrisa International: Tezua, Bomba sekele, Loumusu, Sanza misato, L’amitié, C’est la vérité, Nayei na tembe, Vina.
- Carrière solo : 4 albums

Glané par Samuel Malonga

Blondé 20/04/2016 10:45

Toutes mes condoléances les plus attristées à sa famille, à ses amis et connaissances. Une grande perte! Un autre monument s'en est aussi allé!

Mboranda 19/04/2016 19:49

Mes condoléances à la famille biologique de Shaba et à ses proches. Il savait manier la guitare.
Paix à son âme.