Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

UJSC & URFC, par l’Orchestre Super Boboto.

 

 

L’union de la Jeunesse Socialiste Congolaise et L’Union Révolutionnaire des Femmes du Congo font partie des organisations politiques qui avaient le vent en poupe en République Populaire du Congo durant les années ’70. Leurs activités étaient vivement exaltées par les artistes, à l’instar des deux œuvres de l’orchestre Super Boboto ci-dessous, et relayées avec zèle par des camarades journalistes de la Voix de la Révolution Congolaise.

N’étant plus  informé exactement de l’évolution de l’actualité politique en République du Congo/Brazza comme nous l’étions jadis au pays, il nous est difficile de préciser quelle est la situation actuelle de ces deux organisations politiques. Survivent-elles ou ont-elles  disparu ?

Nous espérons que les mbokatiers de l’autre rive du fleuve ne manqueront pas de nous fournir de plus amples détails et anecdotes sur L’UJSC et L’URFC.

En attendant, nous souhaitons une bonne journée à tous nos lecteurs, et poursuivons notre travail de mémoire.

 

Messager

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Messager 14/02/2016 20:56

Merci cher frère Molingou pour ces précieuses informations sur les Ex- UJSC et URFC.

Messager

MOLINGOU MAMBOULA 14/02/2016 20:02

bonjour aux mbokatiers ,je pensais mbokamossika disparu mais je le retrouve avec bonheur, merci à toute l équipe.je voudrais donner quelques informations sur l UJSC et l URFC qui ont été deux principaux creuset du PCT parti unique jusque l arrivée du président PASCAL LISSOUBA.Au sortir de la conférence nationale les choses ont commencé à changer,Il ya deux ans l UJSC s est mué en FMC force montante du congo et l URC s est muée en OFC organisation des femmes du congo ,toute ces deux organisations restent des organisations spécialisées du PCT qui n est plus un parti unique le multipartisme s étant instalé au sortir de la conférence nationale mais le PCT reste le parti majoritaire au CONGO voici en quelques mots les mutations de l UJSC et de l URFC

Messager 03/02/2016 18:26

Dès que l'occasion te le permettra, veux-tu nous en dire plus sur cette organisation OMA ? En ce qui ce qui concerne la ressemblance entre Sosoliso et SBB, elle a déjà été relevée dans nos articles antérieurs.

Messager

Pedro 03/02/2016 13:26

Permettez-moi d’ajouter ce commentaire. Le dialogue parlé dans la chanson UJFC rappelle les dialogues parlés de Sinatra et Matadidi dans Sosoliso, quand l’un d’eux disait qu’il parlait France et l’autre rétorquait que la France était un pays et non une langue. En outre, je me demande qui émet toute cette lourdeur dans la deuxième voix, surtout dans la chanson URFC. Ces chansons renferment une qualité à la hauteur des Bantous de la Capitale.

Pedro 03/02/2016 13:02

Pendant qu’on attend les commentaires pertinents et sérieux, je vous fais goûter, en avant-propos, une anecdote de l’URFC angolaise, dénommée OMA, Organisation de la Femme Angolaise (Femme en portugais étant Mulher), et il n’est pas déplacé de penser que l’URFC et l’OMA sont des organisations plus-que-sœurs, puisque le Parti Congolais du Travail et le MPLA, c’est blanc bonnet. L’anecdote : pour une raison que je ne connais pas, les gens (surtout les soulards) ont commencé à dire que l’abréviation OMA signifiait Organisation des Maris Abandonnés. (Ça rappelle Mangobo qui a dit que RIP signifiait Retour Interdit au Pays.) Le MPLA était un parti unique, mais pas un parti-Etat auquel tout le monde appartenait sans le vouloir ou sans le savoir – des ancêtres qui sont morts avant l’arrivée des colons aux enfants qui n’ont pas encore été conçus. Devenir membre du parti et de ses branches de la jeunesse et de la femme exigeait un processus d’adhésion bien contrôlé. Si tu avais un comportement réactionnaire, tu n’avais pas le droit d’être un camarade. Donc, dire que les femmes qui intégraient l’URFC, c'est-à-dire, l’OMA, abandonnaient en quelque sorte leurs maris, c’était trop dire.