Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

L’hôtel 5/5 de Koffi Olomidé saccagé  à Kinshasa.

La Commune de Ngaba en flammes (20/01/2015)

Selon une dépêche de 7 sur 7 reprise  dans Africatime, l’hôtel 5/5 de l’artiste musicien Koffi Olomide, situé dans la commune de Kalamu, a été saccagé le lundi 19 janvier 2015, durant les manifestations organisées à Kinshasa contre la réforme de la loi électorale.

Selon les témoignages recueillis sur place, un groupe d’émeutiers  en voulait à Koffi pour avoir fait la propagande de Joseph Kabila en 2011 à travers une chanson dans laquelle il avait entonné « kiti oyo eza ya Kabila ». Ce qui voulait dire que le fauteuil présidentiel était destiné à Kabila.

Profitant des troubles survenus à Kinshasa, ces assaillants ont effectué une descente punitive dans l’immeuble de Koffi, saccageant tout sur leur passage, à la recherche du fameux fauteuil que l’artiste avait utilisé dans le clip illustrant sa chanson.

 

Messager

L'artiste musicien Koffi Olomide

L'artiste musicien Koffi Olomide

Commenter cet article

Serge - KOngo na biso 21/01/2015 19:36

Mbote,

Ko manifester pona ko change régime naza d'accord mais koboma biloko oyo toza na yango déjà il faut ko mesurer pe ba conséquences esalemaki na 1991 - 1993, nzala ekotaki makasi, nkisi ya kosalisa bokono ezalaki lisusu te, lipa ekomaki ya koluka, na chaque chose il faut dose ya colère ezalaka. Koffi malgré ba montagnes ya mabe na ye mais ye te mutu akolala na hôtel wana, ezali yo na nga pe basusu. Ba musichiens balobaki ke bango baza basi ya ndumba donc balandaka mbongo, batalaka elongi ya client te même ata aza rwandais, lol.
Oui pour la libération de notre pays mais non pour les pillages.
Boboto o mboka bino.
Serge - Kongo na biso

Musa May 21/01/2015 10:57

C'est qui le vous-là. A toute action correspond une réaction. Il a eu le mal de faire la publicité de Kabila et ceux qui ne veulent pas de ce monsieur l'ont puni. Il faut savoir que la logique n'a pas toujours raison, surtout quand on a à faire à une foule.