Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par MFULMU’A NLANZA

A propos de l’origine du mot « TSHOBO »

Référence : http://www.mbokamosika.com/article-35282773.html

 

Ce débat, à mon sens introduit depuis 2009, n'avait répondu à la question posée : quelle est l'origine du mot "tshobo". Pour les kinois d'alors, ce mot avait pris plusieurs connotation tels les uns et les autres, avec raison, l'avaient ici exprimé. Mais seulement voilà, on n'était pas allé à l'étymologie intrinsèque de ce nom.


Dans ma jeunesse, à l'indépendance et dans les premiers gouvernements du Congo indépendant, il y avait un ministre, je crois qu'il fut le tout premier sinon dans les gouvernements qui avaient suivi celui de Lumumba, soit celui d'Adula ou d'Ileo. Ce ministre de l'éducation s'appelait Faustin Tshobo. Il habitait en face de Marché Anciens Combattants, actuel Marché Gambela. Tshobo fut son nom de famille, et si ma mémoire ne me trahit pas il était originaire de Mayombe (Boma ou Tshela).


Quant à l'origine de nom, je peux dire que ce nom est d'origine Kongo. Dans l'ancien temps,Tshobo chez les bayombo ou N'TIOBO, chez les autres ne kongo est le nom que l'on donnait à un enfant prématuré ou qui était après que la maman aurait connu des enfants morts nés. Selon la légende ou tradition, on lui donnait c nom pour qu'il vive pour avec les autres morts.

 Donc voici en bref d'où provient ce nom. Pour mémoire, je me rappelle que Papa Faustin Tshobo fut, avant de devenir ministre de l'éducation, était Président de la JABAKO, Jeunesse de l'Abako, le premier parti politique du Congo belge qui signera le Contre Manifeste du Plan de Van Bilsen.
Joyeux Noel et Boanana à tous les Mbokatiers qui me liront.

 

MFULMU’A NLANZA

Commenter cet article

Billy 09/02/2015 15:38

Cheres Freres et Soeurs bonjour et sutout bonne année 2015!
Je ne passerais pas du temps à me presenter, mais je tiens quant meme à m'excuser sur la precision orthographique du au clavier non-français que j'utilise..
en bref..la parole tshobO (majuscule signifie accentué, faute de alphabet adaptée) vient de l'exclamatif tshubu! C'est à dire le son qui accompagne le brouit d'un objet jeté dans l'eau de riviere: voir l'expression "edindi na mayi ohh: tshubUU! , amibwaki na ebale ohh tshubU!! ".
Dans le football, deja appelé en Lingala "Lisano ya motOpE (a Mbandaka)" ou "Lisano ya motOpi (a Kinshasa ou bien KisasA)" alors que le ballon s'appelle "ndembO" lequel signifie aussi la matiere auquel il est fabriqué c''est à dire le caoutchout d'hevéa (ndUndu en tshiluba: Kalala mu ndundU!). Donner un coup de pied au ballon se dit: "kobeta motopE".
Donc pendant un match de football, l'attanquant qui drible son adverssaire se dit bien "mobeti ndembO Oyo asopi mongUna na yE:cella veut dire litteralement qu'il a verser son adverssaire derriere lui comme une onde de l'eau , alors que ce dernier tentait de l'arreter: kokutissa yE to kokangisa yE lokola liziba (barage) , nzoka nde basopi ye na sima ya mokongo (et non mokOngO) , lokola mayi ya mbonge na ebale".
Si en plus de cela le ballon est enfilé entre les jambes du meme adverssaire..le public acclame l'habileté du joueur qui a, en meme temps reussit à lancer le ballon percer l' onde aquatique en s'ecriant: tshobO! Quid donc au meme joueur d'etre encore habile apres avoir humiler (dans le sens de competitivité sportive) a recuperer le ballon et progresser ver le but ou proceder à d'autre maneuvre du ballon....
Je termine en citant deux expressions souvent contreverses dans le jeux de football..
1-Woohhh-
Quand une equipe marque un but, en lingala cela se dit : batieyi bango mokele, c'est à dire realiser un travail "bien fait". Kokela: creer un object "bien fait"...voir Bokelo..Ekelamu ya nzambe: creature de Dieu...) .
La clameur du public en s'écriant wooohhh , denonce et acceuille la nature humilliante (basakI bango kosaka lokola kosakana na moto ). Cette expression est également utilisée comme clameur quand deux personnes vilainement se chamaille en public (bazali kosuana to kofingana na miso pe matoyi ya bato), quand l'un d'eux annonce une verité humilliante pour l'autre, le public présent s'écrit come signe de stupeur en disant: woohoohh! ou bien woohuuh! pour dire quel honte ou quelle humulliation...En footbal cella veut dire "batieyi bino mokele po bozangi na bino makasi to mayele ya konkangisa monguna pe kopekisa ye alonga bino! yango esali bino soni na miso ya bato, boye nde elingi koloba lisusu Ete monguna na bino asakI bino kosaka po boazli pamba na miso ya bato! Kasi ezali se kosakana , ezali ya kanda te zuwa te kasi, kaka ya lisano na bondeko".
Une equipe qui a humulie donc son adverssaire par un score lourd se dit : "basakani na bino na lisano ya motOpi na ndenge Ete batieyi bino mikele mingi koleka motuya oyo ya moko pamba esengami po na kolonga lisano ".
Je citte enfin une expression qui a bouleverser toute la commune de Matete.
Lors du derby Daring Matete contre V.Club Matete, Emma gaucher soit Kakoko Etepe, Soucous Makele (papa deClaude MakE-lE-lE), un des militaire appelé à renforcer la securité s'addressa à nous cote Saint Alphonse, tous enfants à l'age de 7 a 12 ans en disant , trés gentillement et paternellement: "bana bolongwAni sima na lonYama: Cheres enfant veuiller laisser libre le fillet, auquel nous etions pratiquement attaché.
L'usage du mot "lonYama" est pratiquement disparu en lingala courant. Meme por s'ecrier "lonYama!" quand un but est marqué pour dire : joli coup au fillet.... indiquons que dans certaines langues europeennes dont l'italien on fait aussi usage du mot "rete" qui signifie literallement fillet soit goal en englais ou but en français, "bahh" en arabe.
ce mot derive de la chasse donc peut rapelé en sport....
Cela veut dire coup au fillet soit but marquer": lonYama! non seulement woohhh!.
Merci pour l'attention .. que Dieu vous benisse , vous protège et aille soin de vous..
Fraternellement ..
B.L-K. allias Billy

Billy 09/02/2015 15:38

Cheres Freres et Soeurs bonjour et sutout bonne année 2015!
Je ne passerais pas du temps à me presenter, mais je tiens quant meme à m'excuser sur la precision orthographique du au clavier non-français que j'utilise..
en bref..la parole tshobO (majuscule signifie accentué, faute de alphabet adaptée) vient de l'exclamatif tshubu! C'est à dire le son qui accompagne le brouit d'un objet jeté dans l'eau de riviere: voir l'expression "edindi na mayi ohh: tshubUU! , amibwaki na ebale ohh tshubU!! ".
Dans le football, deja appelé en Lingala "Lisano ya motOpE (a Mbandaka)" ou "Lisano ya motOpi (a Kinshasa ou bien KisasA)" alors que le ballon s'appelle "ndembO" lequel signifie aussi la matiere auquel il est fabriqué c''est à dire le caoutchout d'hevéa (ndUndu en tshiluba: Kalala mu ndundU!). Donner un coup de pied au ballon se dit: "kobeta motopE".
Donc pendant un match de football, l'attanquant qui drible son adverssaire se dit bien "mobeti ndembO Oyo asopi mongUna na yE:cella veut dire litteralement qu'il a verser son adverssaire derriere lui comme une onde de l'eau , alors que ce dernier tentait de l'arreter: kokutissa yE to kokangisa yE lokola liziba (barage) , nzoka nde basopi ye na sima ya mokongo (et non mokOngO) , lokola mayi ya mbonge na ebale".
Si en plus de cela le ballon est enfilé entre les jambes du meme adverssaire..le public acclame l'habileté du joueur qui a, en meme temps reussit à lancer le ballon percer l' onde aquatique en s'ecriant: tshobO! Quid donc au meme joueur d'etre encore habile apres avoir humiler (dans le sens de competitivité sportive) a recuperer le ballon et progresser ver le but ou proceder à d'autre maneuvre du ballon....
Je termine en citant deux expressions souvent contreverses dans le jeux de football..
1-Woohhh-
Quand une equipe marque un but, en lingala cela se dit : batieyi bango mokele, c'est à dire realiser un travail "bien fait". Kokela: creer un object "bien fait"...voir Bokelo..Ekelamu ya nzambe: creature de Dieu...) .
La clameur du public en s'écriant wooohhh , denonce et acceuille la nature humilliante (basakI bango kosaka lokola kosakana na moto ). Cette expression est également utilisée comme clameur quand deux personnes vilainement se chamaille en public (bazali kosuana to kofingana na miso pe matoyi ya bato), quand l'un d'eux annonce une verité humilliante pour l'autre, le public présent s'écrit come signe de stupeur en disant: woohoohh! ou bien woohuuh! pour dire quel honte ou quelle humulliation...En footbal cella veut dire "batieyi bino mokele po bozangi na bino makasi to mayele ya konkangisa monguna pe kopekisa ye alonga bino! yango esali bino soni na miso ya bato, boye nde elingi koloba lisusu Ete monguna na bino asakI bino kosaka po boazli pamba na miso ya bato! Kasi ezali se kosakana , ezali ya kanda te zuwa te kasi, kaka ya lisano na bondeko".
Une equipe qui a humulie donc son adverssaire par un score lourd se dit : "basakani na bino na lisano ya motOpi na ndenge Ete batieyi bino mikele mingi koleka motuya oyo ya moko pamba esengami po na kolonga lisano ".
Je citte enfin une expression qui a bouleverser toute la commune de Matete.
Lors du derby Daring Matete contre V.Club Matete, Emma gaucher soit Kakoko Etepe, Soucous Makele (papa deClaude MakE-lE-lE), un des militaire appelé à renforcer la securité s'addressa à nous cote Saint Alphonse, tous enfants à l'age de 7 a 12 ans en disant , trés gentillement et paternellement: "bana bolongwAni sima na lonYama: Cheres enfant veuiller laisser libre le fillet, auquel nous etions pratiquement attaché.
L'usage du mot "lonYama" est pratiquement disparu en lingala courant. Meme por s'ecrier "lonYama!" quand un but est marqué pour dire : joli coup au fillet.... indiquons que dans certaines langues europeennes dont l'italien on fait aussi usage du mot "rete" qui signifie literallement fillet soit goal en englais ou but en français, "bahh" en arabe.
ce mot derive de la chasse donc peut rapelé en sport....
Cela veut dire coup au fillet soit but marquer": lonYama! non seulement woohhh!.
Merci pour l'attention .. que Dieu vous benisse , vous protège et aille soin de vous..
Fraternellement ..
B.L-K. allias Billy

Pedro 10/01/2015 15:20

Salut, mon frère Benjamin
Moi, je trouve l’orthographe de CKISSONGY plutôt inventive. Aucune langue ne me vient à l’esprit avec la séquence des lettres CK dans la première syllabe d’un mot.

Benjamin CKISSONGY 09/01/2015 18:40

Salut !
Drole de nom : MFULMU'A NLAZA , qu'est-ce qüe ca veut dire ? Parmi les douze tribus Ne-Kongo , je suis M'FUMU NLAZA ou M'FUMU KINLAZA ou encore MWANA NLAZA de part ma mère . Est-ce que puis-je avoir quelques explications de votre part ?
Bonne Année 2015 .

Kidia Barros 29/12/2014 00:20

Discutable que Tshobo le ministre ait donné son nom a ce geste technique humiliant pour celui qui voit la balle passer entre ses jambes. Autant qu'on peut supporter le " Kata tête " ou " perruque " le tshobo lui décourage la victime. Et comme ce geste existe depuis fort longtemps en foot, et sans doute avant même que le ministre ne soit ministre et étant donné qu'à ma connaissance il n'y a pas un autre nom équivalent au petit pont je dirai que c'est une simple coïncidence mais débattons quand même car le site nous éclaire .

MFUMU'A NLANZA 31/12/2014 14:24

Il n'a pas été dit que c'est le ministre qui aurait donné son nom à ce geste humiliant pour celui qui voit le ballon lui passer entre deux jambes. Chez les bakongo, j'imagine que ce nom provient de là, ce nom a exister depuis des lustres. J'ai connu un de mes nkaka du village près de Ngombe Matadi qui portait ce joli nom et il avait 110 ans. Je ne crois pas qu'à l'époque de sa naissance ce mot tshobo existait en football. A Léopoldville dans les années 50, ce mot qui naissait était même vulgaire, et les plus anciens peuvent nous éclairer. Ce geste vulgaire pourrait figurer, je pense, une simulation d'un acte sexuel, excusez-moi de l'expression qui faisait pensait à la "pénétration"? On peut facilement imaginer le geste de ce joueur qui fait passer le ballon entre les deux jambes de l'avant pour le récupérer derrière l'adversaire. C'est dans le sens figuré qu'il faut interpréter ce geste,mais le nom propre en soit existe chez les bakongo depuis les siècles, si non les millénaires. Tshobo, chez les bayombe et Ntiobo ou Nsiobo chez les autres kongo comme les N'gombe ou les mingombe ou les besingombe.

Pedro 26/12/2014 09:39

Voici un débat très intéressant à reprendre. J’aime bien le commentaire où le Messager disait que les techniques comme le tshobo, la perruque et le mouf représentent une culture où les joueurs deviennent très populaires non pas par leur efficacité, mais pas des trucs qui amusent la galerie. Un petit-pont (ou un grand-pont) réussi est celui où le joueur qui l’exécute parvient à reprendre le ballon au-delà du « pont ». Mais les supporteurs s’écrient très victorieusement « tshobo » meme quand la balle est perdue au profit de l’adversaire. L’essentiel est que c’est une honte pour le joueur adverse entre les jambes de qui la balle passée. Même quand notre équipe perd le match, nous sortons du stade avec le sentiment d'avoir réussi un tshobo. Quant à l’origine du mot « tshobo » pour signifier petit-pont, je crois que l’argument onomatopéique est le plus plausible, jusqu’à nouvel avis.