Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Le parcours de Massist, alias Me Tshiwara.

 

Référence:http://www.mbokamosika.com/article-suite-ya-b-engambe-ya-ndjili-64170506.html

 

Mboté ,

Ba éleves ya Me Tshiwara bazalaki :Djo, grd fr ya Mualf, Mandi na Kimowa Q1, Koriwa tjr na Q1( même rue que le guérisseur de fous) en face EP Nsona Mpangu Q2 .

Me Tsiwara avec mes grds frs ,vers les années 1962 à 67,tous étaient haltérophiles(sport ya kolya ebéndé) et judokas chez Me BAVUA NTINU dit "DECANTOR" et on l'appelait MASSIST, un très très bon sportif. Il disparaît ,pour réapparaître vers les année 1970 à ‘73. il devient Tshiwara.

Sa ceinture noire en karaté il l'a eue à Brazzaville chez les japonais. Mis à part les mystiques, il était très fort physiquement, avec bcp d'endurances(nkuma), un véritable karatékas qu'on avait perdu . Voilà en bref ma part d'histoire.

 

Johan8061

Mbote,

Nakoluka Me moko Foxy Mbilia leki ya Me Bokoro Kokotshu ya Rue Lukusu ya ba Me Ali Dynam, même rue na ba Abe Ngata oyo apesa foto ya Me Tshiwara, ye azalaki mista ya Me Tshiwara malgre ke azalaki nanu mwana muke, Tshiwara akomaki koya koluka ye des temps en temps. Me Mandi akomaki kofanda na Rue Weyi na Kimbanseke, pe Me Koriwa okomaka kosala na présidence ya Zaïre na tango wana mais natikala komona bango te ke babunda ba compétitions lokola ba Me misusu sauf ba démonstrations mystique, une fois na présence ya Commissaire de zone ya Kimbanseke, Me Koriwa alamelaki libaya moko batiya yango ba sete, batiye ye mini béton moko na mukongo, babeti yango marteau, le fameux mini béton epanzani, alongoli veste ya kimono pona kolakisa ke tolo na ye eza impénétrable na ba sete. Me Mandi ye nde akotaki na malle (sanduku) bakangi ba cadenas, bakundi ye na libulu ya 1 mètre plus ou moins quelques minutes, bakundoli ye, abimi sain et sauf, somo esali Commi-Zone, a déclaré séance close, topanzani.
Nazalaki koya na Rue Kimowa chaque semaine po nazalaki na ami moko Romain Dinganga et puis toyebaki guérisseur ya batu ya maboma wana po tozalaki kokota ba matinées na Ciné Bibi. 3 jours passés akanisaki kombo ya Massist mais nayebiki te azalaki te ke ezalaki Me Tshiwara. Ye Tshiwara asala combien d'années na Brazza po akoma Ceinture noire, les 7 ceintures (Blanche, Jaune, Orange, Verte, Bleue, Maronne et noire) ezuaka 3 ans soki entrainement na bino eza régulier, po chaque 6 mois il faut bo passer ba ceintures c'a.d 2 ceintures par an.
Batu mini balobaka ke amikomisaki ceinture noire na ndenge na ye moko, pe sima ya liwa na ye Me Mandi na Me Koriwa pe bamikomisaki ba ceintures noires na ndenge na bango moko, yango wana bazalaki ba Me ya ba démonstrations ke ya ba combats lokola ba Dokis Lokolo ya Mama et autres. Me moko pe alakisaki Prof Kala Taekwondo na Q13 ye pe azalaki na kombo ya Massist.

Boboto o mboka bino.

Serge Kongo na biso

SERGE KONGO NA BISO

UNE PHOTO DE Me TSHIWARA, ENVOYEE PAR ABE NGATA

UNE PHOTO DE Me TSHIWARA, ENVOYEE PAR ABE NGATA

Commenter cet article

Messager 19/11/2014 19:41

Serge,
Merci po na ba détails opesi. Ndenge olobi, ba karaétekas mingi bazalaka ba bagareurs. Eloko ezangi biso nde ba photos ya ba sportifs ya tango wana.

Messager

Serge - Kongo na biso 19/11/2014 12:21

Mbote ba kulutu Claude Kangudie na Messager,
Masolo na bino ememi nga na réflexion moko musika.
Conseil ya liboso bapesaka ba débutants ya Jiu Jitsu: "Défense ya liboso ezali: kokima".
Karaté, Judo, Jiu Jitsu (Self Defense) eza ba sports pona ko calmer esprit, kopesa mutu confidence, protection, sécurité etc mais eza pona kokomisa mutu voyou te, epayi na biso ekomaka eloko ya komonela baninga pe ko régner sur bango. Une fois na Kimbanseke groupe ya ba sportifs basangana toute discipline confondue pona kosala club na bango na kombo ya "Temple du Shaolin" mais mingi na bango bazalaki na hauteur ya ko enseigner ni karaté, ni Judo to Jiu Jitsu, par audace moko na bango abotolaki petit moko Budoki (complet ya kimono mais pona ba Judoka), tango Me Bojos asengaki petit le reste ya mbongo na ye, petit wana alobi na Me Bojos: ""Mais Me Bojos, ndenge nini nasilisa mbongo na yo alors ke Budoki otekelaki nga, Me Nkefa abotolaki nga yango""
Me Bojos na Me Ali Dynam bakenda na Temple de Shaolin pona kokanga le soit disant Me Nkefa pe ba récupérer tenue, batu ba signalaki ba Shaolin présence ya Me Bojos na Me Dynam na quartier, ezalaki sauve qui peut, ba tomboki ba sauta ba murs sauf ami moko Sharani nde akangamaki po il se croyait innocent pe azalaki un ancien élève ya Me Dynam. Jugement na ye esalemaki epayi ya Me Burte na Rue Tshangu Q.5, bafandisaki ye na mabele pe ba conseiller ye ke sportif azalaka voyou te kasi mutu ya discipline pe sima ya wana azongaki na Club Kodokan ya Me Dynam tii ndenge a voyageaki na poto. Ba Mukumbusu bazalaki perdre ba combats te po bazalaki ko entourer Tatami to ring ya combat pona ko intimider b'adversaires, soki o menacer mutu na bangu, bakokota combat, mobulu ekokota, arbitre akoluka nzela pe combat ekosuka en queue de poisson. Soki tomati na bus na Me Dynam azalaki kofutela nga ticket alors ke ba sportifs mingi na Kin bafutaka ticket ya bus te, na mitunaka nani asala mobeko wana?
Boboto o mboka mosika.
Serge - Kongo na biso.

Messager 18/11/2014 06:34

Claude,

Merci pour cet épisode sur Me Bebin Kabuya . Selon moi, il fait partie des karatékas exhibitionnistes à l’instar de Dokis, Mualph, etc, etc. Je dirais que certains karatékas congolais influencé par le cinéma étaient très snobes. Bebin par exemple avait fait réalisé un spot de quelques minutes par la Voix du Zaïre dans lequel il inventrait son adversaire.
Me Mualph de son côté s’était grièvement blessé en pleine exhibition sur le plateau de la Voix du Zaïre. Il avait été évacué couvert du sang après avoir échoué de briser une bouteille sue sa tête. On aura tout vu avec nos karatekas. Mais parmi eux il y avait une partie des sportifs sérieux et humbles comme les Massamba Nona et autres.

Messager

Claude Kangudie 17/11/2014 21:06

Bonsoir MSG...J'ai lu ton commentaire et j'ai bien éclaté de rire en repensant à cet épisode de Me Kabuya Bebin à Mbuji-Mayi. Voici ce que je peux dire:
Personnellement, je connais Kabuya Beba Bantu dit Bebin vers les années '70. Disons que je le connais de vue. En effet, en ces années-là, je le voyais à Limete, 7ème rue où il tenait son club de karaté. Vers 16h, il sortait avec sa troupe sur la Place Commerciale de Limete et se livrait à son numéro pour impressionner les badauds. Déjà à cette époque, il y avait Me Bebin et les autres...Lui, se prenait pour une sommité de karaté de haut niveau par rapport aux autres...en bon Demulu vantard. On ne l'a jamais vu aux prises, même en exhibition, face à ses compères.
TRILOGIE des mines de diamants: il y a 3 groupes acteurs dans les mines de diamants. Les militaires. Eux, ils viennent pour confisquer par la force. C'est connu: civile azali bilanga ya soda...Ils étaient quasiment dans toutes les mines pour rançonner. J'y ai croisé, dans les années '80, le colonel Efomi de triste mémoire...Le deuxième groupe, ce sont les sportifs. Ils sont là pour prendre de temps à autre par la force. Mais souvent par flatterie ou en proposant leur protection. Les représentants locaux, les plus connus, de cette catégorie étaient Tshimbombo Thomson, Tshimpaka Vintchoum, Malengela le Mauvais, Mukeba wa Djerba, le Mpumbua wenu...les deux premiers étaient travailleurs creuseurs souvent avec leurs équipes. Il m'est arrivé de collaborer avec eux. Le 3ème groupe, celui qui fait fonctionner les mines, ce sont les creuseurs. Véritables colosses en muscles, bien bâtis par leurs travaux d'Hercule qu'ils font. Les 3 groupes ne s'apprécient pas beaucoup. Les creuseurs et les sportifs s'entendent souvent. Mais les militaires sont ennemis jurés de 2 autres groupes...
Nous sommes en 1982/1983: à Tshitenga, banlieue de Mbuji-Mayi à bakua Ndoba, terre de Lucien Tshimpumpu. Une mine est en pleine activité: Kabitotshi. Par mes droits coutumiers inaliénables, j'ai des travaux dans cette mine...Une mine en pleine activité, c'est au moins 30.000 personnes qui grouillent et grondent. Un bon matin, voilà une grande agitation dans la mine...je vais voir l'immense attrouppement: voici un karatéka en kimono impeccable, en train d'éxécuter la danse des katas...devant les badauds ébahis, c'est notre Me Bebin !!! Il avait une équipe de sbires. Il va ainsi impressionner tout le monde pendant presque une semaine. Il refusera de se mêler aux sportifs locaux...je ne fus pas étonné, connaissant déjà le bonhomme. Il y a d'abord lui...les autres c'est la cours des petits...Les autres sportifs vont, aussi bien l'ignorer...Et moi, tout amusé, de suivre ce cinéma palpitant. Après cette phase d'impressionisme/démonstration, Kabuya décida de passer aux choses sérieuses. Un matin, il se planta sur le gravier (mutshanga) d'autrui pour se servir de force. Une petite explication s'impose ici: j'ai décrit ci-haut, brièvement, un creuseur. Voici ses armes: la barre de mine et le “kabuenga ou kakowa”. Le “kabuenga ou kakowa” est une rédoutable arme défensive des peuples de la savane, de Ilebo jusqu'à Durban en Afrique du Sud...C'est une tige de bois avec une protubérence au bout. Un des mes grand-pères, Kandolo Alexis, en avait 3 en permanence sur lui. Un kabuenga de 70 cm environ, pour se débarasser d'un ennemi en combat rapproché. Un kabuenga long de 1m, pour éliminer un ennemi à la distance moyenne et un autre kakowa de 1,50m pour un combat à longue distance...Revenons à notre Kabuya Bebin...Le propriétaire du gravier que Kabuya voulait prendre par la force, une fois prevenu, descendit sur les lieux avec une escouade de creuseurs bien armés...Kabuya fait un premier “kiaï”...et monte dans les airs. Les sportifs locaux éclatèrent de rire, car ils savaient bien que devant un kabuenga, tout maitre de karaté devient milli-maitre...Le chef de la mine accourut vite pour le sauver. Il lui expliqua qu'il cherche sa mort...ses “kiaï” n'ont aucun effet sur les barres de mine et les kabuenga. Les creuseurs suppliaient qu'on leur donnent 10 mintues avec le “maitre”. Ils disaient que c'était leur frère Muluba, ils ne viseraient pas sa tête. Ils voulaient seulement utiliser le kabuenga pour lui arranger ses deux chevilles comme leçon. C'est ainsi que Kabuya Bebin eut la vie sauve ce jour-là...Les sportifs de Mbuji-Mayi se moquèrent de cet intru “muluba vantard”...Après cet incident Kabuya disparut de la circulation. Du moins de mon périmètre d'activités, Dieu seul sait qu'il était grand: de Tshibujitu à bena Dipumba, chez le chef Disela, jusqu'à Tshilunda chez Joseph Ngalula...La modestie d'un Me Massamba était une denrée impossible à avoir pour Kabuya Bantu. Fin ya épisode ehhh...ohhh. RD Congo, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie.

Messager 16/11/2014 22:38

Claude,
Effectivement, Me Massamba Nona entraînait les karatékas de l'ISTA Gombe. En ce qui concerne l'Unikin, le recteur Vundwaye sponsorisait Me Monka, qui avait l'habitude d'y livrer des combats contre Me Bebin. Les deux n'étaient pas étudiants à l'unikin.
A propos de Bebin, peux-tu nous en parler un peu . Il semble qu'il faisait la terreur dans les mines des diamants à Mbuji-Mayi?

Messager

Claude Kangudie 16/11/2014 19:26

Mbote MSG na Serge...J'en profite pour demander ce qu'est devenu Me Massamba. Il fut aussi mon maitre. Dans les années '75, il était à la Banque du Zaïre et puis azalaki na contrat avec Campus na ba Institut Supérieur mpo na ba formation mpe entrainements ya karaté. Nazalaki ko apprécier pratique na ye karaté...kilumbu kia mbote.

Claude Kangudie.

Messager 16/11/2014 18:58

Serge,

Matondo na ndenge opesi explication. Oyebi, blog na biso ekoma lokola bibliothèque po na communauté mobimba. Yango ba articles pe ba commentaires nionso eza na motuya.
Ngai na assista na combat ya deux grands maîtres ya ba années '70 na Kinshasa, natangi bongo ba maîtres Massamba na Kimfuta. Bango deux bayekoli karaté na Brazzaville, lokola ba karateka mingi. Elingi koloba ete Brazzaville abandaka karaté liboso ya Kinshasa, too boni?

Messager

Serge - Kongo na biso 16/11/2014 18:28

Kulutu Messager,
Ba ceintures nionso ezuamaka ndenge moko à moins ke ba maitres na bino ba exagérer. Pendant 6 mois bo koyekola ba notions ya ko se défendre, ko attaquer etc sima baye bakozala prêt ya kolakisa devant Maitre to ba Maitres ke oyebi maye balakisaki yo, parfois bakoki pe kotuna yo ndenge bakangaka ceinture, ndenge nini balataka kimono na veste, soit o démontrer kata songolo (Kata eza kolandisa na mouvements ya ba techniques oyekolaki pona combat réel mais dans le vide. Na Shotokan toza au moins na 26 Katas), bakoki pe kosenga yo osala Ju kumite (combat amicale) na collègue na yo etc soki baza satisfait, oleki na ceinture mususu. Mais ba vrai combats ezalaka na ba compétitions ndenge ezalaki koleka na Funa to na ba bars mais ezalaki kosalema na ba risques mingi po service ya secours ezalaki kozala te, ambulance te, docteur te mais Nzambe kaka azalaki kosalisa, po tala lokola Kakato ya Dokis (force ya talon ewuti très haut ekitela mutu juste na kati kati ya tête, ekokaki koboma mutu to kokomisa mutu paralysé mais tozalaki koyeba ba danger wana te.
Kulutu Messager esalemaka mingi na batu oyo bakomaka Ceinture Maronne ba mibengaka ba ceintures noires pona lokumu, soki une ceinture noire full asengi ye combat mingi mingi akokima po ayebi ba lacunes na ye. Sorry: Maitre ya ba Prof Kala ya Mongoni kombo na ye ezalaki Me Frazier. Nawuti ko vérifier info oyo epayi ya leki na nga po ye alata ceinture noire na ye epayi ya Me Ali Dynam, ye alobi boye: Me Dynam abetela ye lisolo ya Karaté na N'djili boye: Me Decantor na Me Kapata bayekolaki Judo na Karate epayi ya ba japonais sima bayaki kofongola 2 clubs na N'djili mais bango bazalaki na N'djilois te. Tango Decantor alembi koya N'djili, basangisaki les 2 clubs pe Me Kapata nde akomaki ko entrainer bango, capitaine na ye Franck Bakuna oyo azalaki nau Ceinture Maronne akomaki titulaire pe capitaine ya Me Decantor na kombo ya Burte akomaki Cap second. Me Kapata pe atikaki koya tango Cap Franck na ye akomaki Maitre pe a héritier dojo (Club Kake) a nommé comme Capitaines Burte (1er) na Carré (second). Tango bango pe bakomi na ceintures noires nde ba révolter contre Me et ba Grands Me na bango mais début Franck, Burte, Carré, Dynam, Djo, Mualf, Tshiwara, Commando bango tout bazalaki b'élèves ya Decantor na Kapata et puis Franck, Djo na Mualf pe ba revoltaki lokola Burte na Carré ba fondateur ya style Mukumbusu sauf ke le 2 premiers bakomaki ba ceintures noires te. Bango pe ba mibengaki ba Maitres tango bawutaki bisimba simba na CFA. Me Dynam aza nanu vivant na Kin pona baye balingi koyeba plus, naza na téléphone na ye.
Boboto o mboka mosika.
Serge - Kongo na biso

Pedro 16/11/2014 14:53

Moi aussi je croyais que les ceintures dépendaient des combats. Ce n’était qu’une influence des films où l’immortel protagoniste se battait avec des centaines d’opposants. Plus tard, je me suis rendu compte que, même pour les Dan, ce qui comptait était la précision avec laquelle on exécute les techniques les plus élémentaires. Il se peut qu’il existe des écoles où les combats sont mêlés au passage des ceintures. Mais je dirais que cela arrive dans des sociétés avec un certain éloge de la violence. Au reste, c’est impressionnant de voir un jury international de sensei du shotokan qui ne demande à un karatéka que d’avancer en zenkutsu-dashi et exécuter gedan barai. C’est tout. J’ai vu quelqu’un échouer parce que son zenkutsu-dashi n’était pas suffisamment bas. La combinaison de l’équilibre et la vitesse d’une posture à l’autre est un autre élément.

jp mackb 22/01/2015 17:18

Merci Pedro, certaines personnes ont pour habitude juger que de faire. Je connais un grand maître de judo, français qui a obtenu la ceinture noire au bout de 12 mois. C' était un génie incontestable toutes ces grades il les a obtenues en Angleterre jusqu'à ce que la France l'a adopté au plus vite. 11 fois Champion d'Europe. Il faut voir son enseignement. Moto na moto azali na nge assimilaka matières et il faut aussi reconnaître que na classe le 1 er azanga te. Maciste est parmi ya basurdoué na ba arts martiaux.

Messager 16/11/2014 14:04

Serge,

Okoki koyebisa biso ba karatekas nini bazalaka ba véritables ceintures noires ? Ceinture noire ezwamaka sur base ya période pe techniques d'apprentissage ou bien sur base ya ba combats ?

Messager

Serge - Kongo na biso 16/11/2014 12:16

Mbote,
Nakoluka Me moko Foxy Mbilia leki ya Me Bokoro Kokotshu ya Rue Lukusu ya ba Me Ali Dynam, même rue na ba Abe Ngata oyo apesa foto ya Me Tshiwara, ye azalaki mista ya Me Tshiwara malgre ke azalaki nanu mwana muke, Tshiwara akomaki koya koluka ye des temps en temps. Me Mandi akomaki kofanda na Rue Weyi na Kimbanseke, pe Me Koriwa okomaka kosala na présidence ya Zaïre na tango wana mais natikala komona bango te ke babunda ba compétitions lokola ba Me misusu sauf ba démonstrations mystique, une fois na présence ya Commissaire de zone ya Kimbanseke, Me Koriwa alamelaki libaya moko batiya yango ba sete, batiye ye mini béton moko na mukongo, babeti yango marteau, le fameux mini béton epanzani, alongoli veste ya kimono pona kolakisa ke tolo na ye eza impénétrable na ba sete. Me Mandi ye nde akotaki na malle (sanduku) bakangi ba cadenas, bakundi ye na libulu ya 1 mètre plus ou moins quelques minutes, bakundoli ye, abimi sain et sauf, somo esali Commi-Zone, a déclaré séance close, topanzani. Nazalaki koya na Rue Kimowa chaque semaine po nazalaki na ami moko Romain Dinganga et puis toyebaki guérisseur ya batu ya maboma wana po tozalaki kokota ba matinées na Ciné Bibi. 3 jours passés akanisaki kombo ya Massist mais nayebiki te azalaki te ke ezalaki Me Tshiwara. Ye Tshiwara asala combien d'années na Brazza po akoma Ceinture noire, les 7 ceintures (Blanche, Jaune, Orange, Verte, Bleue, Maronne et noire) ezuaka 3 ans soki entrainement na bino eza régulier, po chaque 6 mois il faut bo passer ba ceintures c'a.d 2 ceintures par an. Batu mini balobaka ke amikomisaki ceinture noire na ndenge na ye moko, pe sima ya liwa na ye Me Mandi na Me Koriwa pe bamikomisaki ba ceintures noires na ndenge na bango moko, yango wana bazalaki ba Me ya ba démonstrations ke ya ba combats lokola ba Dokis Lokola ya Mama et autres. Me moko pe alakisaki Prof Kala Taekwondo na Q13 ye pe azalaki na kombo ya Massist.
Boboto o mboka bino.