Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Clément Ossinondé

                  Dicky Baroza, renaît avec « Cœur d’Afrique »

 

Relevé le défi

« Cœur d’Afrique » c’est l’appellation de la nouvelle formation musicale du guitariste Dicky Nicolas Baroza, le jeune cadet du célébrissime guitariste émérite Emmanuel Tshilumba wa Baloji « Tino Baroza ». Ce retour sur la scène musicale congolaise à Kinshasa est un pari que tient à relever l’orchestre « Cœur d’Afrique » qui renferme des musiciens de premier plan.

Le mérite de Dicky Nicolas Baroza

Fidèle à l’univers rythmique de son aîné Tino Baroza, le répertoire de « Cœur d’Afrique » est étroitement  associé aux premiers chefs-d’œuvre de l’école African Jazz dont est issu Dicky Baroza.

Musicien plein de fougue, le guitariste Dicky Baroza a su compléter son enthousiasme rythmique parfois un peu « jazziste », par un talent tout particulier pour le jeu en accords et l’harmonisation des thèmes. Parmi les disques les plus importants joués par Dicky Baroza figurent les grands succès de Tino Baroza et de Grand Kallé en 1961 à Bruxelles (Surboum African Jazz) et  dans lesquels Tino Baroza laisse évoluer son cadet au solo et lui-même à l’accompagnement. Souvenez vous des chansons comme : « Jamais Kolonga », « Bamonaki yo », « Armstrong », « Toyonaka », « Mama na mufanga », « Africa beta ngombi », etc.. (1ère version) avec la formation très serrée de l’African jazz, composée de : Joseph Kabaselle, Roger Izeidi, Mwena, Lutula,  Manu Dibango, Tino Baroza et Dicky Baroza.

Qui est Dicky Nicolas Baroza

Né le 13 novembre 1939 à Matadi, il passe tout son cycle primaire dans cette ville, avant de poursuivre le cycle professionnel en menuiserie industrielle à Léo II (Kinshasa). En 1953, année de la création de l’African jazz, il se désintéresse de la menuiserie et poursuit le chemin emprunté par ses cousins Nico Kasanda, Charles Mwamba et bien sûr son frère Tino Baroza. C’est d’ailleurs ce dernier qui l’initie à la guitare et au solfège. Très vite Dicky Baroza acquiert un niveau très appréciable. Sa verve et sa violence allaient en faire un guitariste « jazziste » le plus représentatif de sa génération, avant d’affirmer plus tard ses qualités de « Rumberos » d’imagination mélodique et de virtuosité.

1958, il fait la doublure de son frère Tino Baroza  dans l’orchestre Rock-A-Mambo. Puis c’est Essous qui l’attire pour faire partie de la première formation de l’orchestre Bantou, le 15 Août 1959. Il est avec Jacques Dignos Dingari les guitaristes Kinois cofondateurs des Bantous. Dans cette formation Dicky Baroza se fait remarquer par son travail. Possesseur d’un solide bagage théorique et technique, il s’impose par son intelligence formelle. Les premiers enregistrements en 1960 sur la marque Ndombe sont un succès : « Una noche », « Luiza », « Quiereme »n « Padrona de la musica », « Ah que pena », « Nalembi bipale »…sont rendus à merveille. Avril 1960, Dicky effectue avec les Bantous, la grande tournée de l’Afrique de l’ouest, puis  anime les festivités de l’Indépendance du Congo le 15 Août 1960. Tout est à son honneur. 1961, hélas ! Dicky et son accompagnateur Dignos sont remplacés par deux autres kinois : Antoine Nedule Papa Noêl et Jacky Mambau. Une volonté assumée par le chef d’orchestre Jean Serge Essous.

 

 

Pour la suite, on sait déjà le passage dans l’African Jazz en 1961, suivi d’une longue période de carrière solo, avant de renaître avec « Cœur d’Afrique », pour lequel le premier album est attendu dans les prochains mois.

 

Clément Ossinondé

 

 

 

Dicky Baroza, renaît avec « Cœur d’Afrique »

Commenter cet article

zehra b saritas 31/08/2014 15:20

les infos bien propre et puis c vraiiii rien q la verite merci infiniment

MBOMOKANTSE 02/09/2014 12:01

Certes, il y a lieu de noter aussi le décès du kinois DINOS le premier guitariste accompagnateur des Bantous, il y a plusieurs années

MBOMOKANTSE 02/09/2014 02:08

Présentement , il ne reste plus que 3 cofondateurs de l'orchestre Bantous de la capitale, encore en vie : Ganga Edo, Célestin Kouka (chanteurs) et Dicky Baroza, premier guitariste soliste de l'orchestre ( le 15 Août 1959 Chez Faignond Bar dancing à Brazzaville ) Jean-Serge ESSOUS NINO MALAPET, LOUBELO De la lune , Saturnin PANDI ne sont plus de ce monde. L'orchestre, rajeuni continue à évoluer, et venais de fêter ses 55 ans d'existence. Un exploit