Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

A propos du refoulement des ressortissants de la RDC en République du Congo

 

Le refoulement des ressortissants de la RDC en République du Congo a ravivé les tensions entre les peuples de ces deux pays frères. Même sur notre site, nous avons enregistré des messages qui frisent une animosité réciproque.

Pour calmer les esprits, nous présentons aux congolais et aux africains un document de « Afrique Expansion » signé par Léopold Nséké le 14 septembre 2012, qui analyse les causes de l’immigration des Africains en Afrique, et propose des solutions.

Au lieu de polémiquer, il est temps de se demander dans quelle mesure chacun des états concernés, a adopté d’une part, une politique socio-économique susceptible d’empêcher sa population à immigrer, et d’autre part à légiférer de manière à réguler les flux migratoires.

Ce qui se passe entre les deux Congo  est le résultat de la politique appliquée de part et d’autre. Gouverner c’est prévoir, dit-on. Cessons de nous chamailler inutilement . Mettons plutôt les deux gouvernements congolais devant leurs responsabiltés

Messager

 

 

L’immigration des Africains en Afrique : Les politiques migratoires

 

Vendredi, 14 Septembre 2012 16:33 Léopold Nséké

On le sait, les droits de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur des frontières d’un État, le droit de quitter son pays, sont entérinés par l’article 13 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, adoptée en 1948 par les Nations Unies. Par contre, les États jouissent de prérogatives sur la sélection des personnes qui entrent sur leur territoire. Les pays africains se sont donc munis d’outils législatifs pour réguler l’immigration sur le continent.  Seulement, ces dispositions demeurent très complexes dans leur application et reposent généralement sur des conventions régulièrement élaborées pour réguler les flux migratoires.

Dans un rapport rendu public en 2006, la Commission sur le cadre stratégique pour une politique de migration pour l’Afrique, le Conseil exécutif de l’Union africaine, reconnaissait la particularité des mouvements des populations sur le continent. Comme nous le disions en ouverture de dossier, et le document le rappelle, les causes profondes de la migration sont multiples, étant donné qu’il s’agit d’un processus sous-tendu par un enchevêtrement complexe de facteurs.

« En Afrique, un ensemble d’éléments multiples oriente la migration sur le continent et vers d’autres régions. Les conditions socioéconomiques précaires, les bas salaires, le chômage, la pauvreté et le manque d’opportunité constituent les principaux facteurs qui alimentent la migration intra-africaine. Ces facteurs résultent souvent de l’inadéquation entre une croissance démographique rapide et les ressources disponibles, la faiblesse du niveau de technologie adaptée et de la capacité de création d’emplois. Outre les motifs économiques, plusieurs raisons politiques et sociales créent un terreau favorable à la migration. »

La complexité de la dynamique migratoire

Pour les analystes de l’Union africaine, le mouvement des personnes – volontaire ou forcé, légal ou sans document à l’intérieur ou au-delà des frontières – constitue donc un processus complexe d’interrelations qui font l’objet de préoccupations des gouvernementsÉtant donné que le nombre de migrants ne cesse de croître et que cette tendance va persister dans un avenir prévisible, la gestion de la migration est devenue forcément l’un des défis majeurs auxquels sont confrontés les États dans ce nouveau millénaire.

En Afrique, le nombre des migrants est estimé à 16,3 millions  et à environ 13,5 millions de personnes déplacées dans leur propre pays (PDI). D’autre part, le Bureau international du travail (BIT) estime que le nombre de travailleurs migrants en Afrique représente aujourd'hui un cinquième du total mondial et que, en l'an 2025, un Africain sur dix vivra et travaillera en dehors de son pays d'origine. Les gouvernements sont obligés d’agir pour en juguler la dynamique.

De nombreux pays ont ainsi dû mettre en place de véritables politiques d’accueil pour les migrants avec droits et surtout, des devoirs. C’est le cas du Maghreb, de l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique du Sud. Certains pays, où le développement économique a nécessité un fort apport d’immigrés (Gabon, Kenya ou même Nigéria), voient régulièrement les parlements légiférer en fonction des dynamiques. Toutefois, ces politiques sont désormais établies à partir de dispositions comprises dans les conventions interétatiques. Le cas de l’Afrique de l’Ouest est assez explicite à ce sujet, car cette région est un véritable laboratoire de migrations et de mixité de populations. Ce qui fait qu’au début des années 2000, elle accueillait près de 42% des migrants internationaux africains.

Des solutions intégrées

Plusieurs accords bilatéraux et multilatéraux y ont donc été établis par rapport aux questions de liberté de circulation des personnes, de droit de résidence et d’établissement. Les deux principales organisations d’intégration de cette zone, la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) créée en 1975 et l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) créée en 1994, ont inclus dans leurs objectifs, la libre circulation des personnes, des biens et des services. Et formellement, les dispositions relatives à son application sont déclinées dans les traités constitutifs des deux organisations. Ce qui semble être un abandon de souveraineté obéit plutôt à la tendance globale de l’économie à la régionalisation qui particularise la gestion des migrations internationales.

Toutefois, devant les pressions que subissent les frontières de la part d’une grande masse de population, y compris des immigrants irréguliers et des « flux mixtes réfugiés/réguliers » qui se déplacent de part et d’autre des frontières ou des régions, les États n’ont pas d’autre choix que de légiférer en dépit des ententes bilatérales ou multilatérales. Avec raison dans la plupart des cas, car les flux incontrôlés peuvent avoir un impact sur la stabilité et la sécurité des pays qui peuvent voir échapper le contrôle de leurs frontières, lançant ainsi des tensions entre les pays et même les communautés d’accueil.

Voilà pourquoi on en revient donc toujours aux différents organismes régionaux qui, à partir des recommandations de comités d’organismes divers, en arrivent à établir des politiques migratoires conséquences. Face au nombre croissant des migrants et la complexité des flux migratoires à l’intérieur des régions qui mettent en évidence la nécessité de développer des approches de coopération entre les États pour la gestion des migrations en Afrique, l’Union Africaine préconise, entre autres, « de mettre au point une politique de migration commune à tous les pays africains pour l’harmonisation des lois, normes et procédures, pour la diffusion et l’échange de l’information, des statistiques, des documents et pour l’utilisation efficace des ressources. Enfin, il est absolument nécessaire d’intégrer les problèmes de migration et de déplacement aux problèmes nationaux et en vue de la stabilité et de la sécurité régionale et nationale en plus du développement et de la coopération. »

Léopold Nséké

Congolais explulsés

Congolais explulsés

Commenter cet article

Mozande 25/05/2014 00:33

Hello Mbokamosika,

Personne (je veux dire aucun congolais ou zairois)n'est sans le savoir que beaucoup de nos voisins ne nous portent pas dans leurs coeurs, ce n'est pas parce que nous sommes des kuluna, non, il y a bien plus que ca. Et nous n'en pleurons pas, nous n'en faisons meme pas une maladie; pourquoi? parce que tout simplement le congolais est un peuple fort. D'aucuns diront que c'est la consenquence de la politique menee par nos anciens dirigeants, soit. Mais mon observation est cell-ci, les congolais reagissent toujours quand il leur arrive quelque chose, c'est un constat que j'aie pu observer depuis plusieurs annees et je me suis toujours demande pourquoi, et pourtant le congolais n'est pas complexe. Il me semble que le congolais ne se connait pas; le jour ou le congolais prendra conscience de sa force, ce sera non seulement le debut de la transformation de l'homme congolais mais de son pays. Bref, ca c'est un autre debat.

Ce qui s'est passe a Brazzaville n'honore pas leurs dirigeants. La police et la population de Brazza ont montre a la face du monde une bassesse terrifiante et surtout xenophobe parce que ces expulsions ne visaient pas les irreguliers mais ciblaient plutot les congolais (les kuluna? non, les zairois en general).

chers mbokatiers, que sont devenus les mbororo venus (de l'Ouganda ou South Sudan?) avec leurs troupeaux s'installer en Ituri, ca fait combien de temps? et qui, maintenant se disputent les terres avec les autochtones? quelle est la reaction de l'Etat congolais a ce probleme? l'Etat attend-il que les mbororo commencent a tuer les congolais pour reagir ou attend-il le feu vert de la monusco?

En fin de compte, je suis sur que le jour ou le congolais-zairois prendra conscience de tous les atouts qu'il a, tout changera. je vous invite a lire Alain Peyrefitte(quand la chine se reveillera, le monde...) vous comprendrez.

Boboto, bondeko, Bomoko(yango nde eleki nyonso)

* Vous m'excuserez pour la ponctuation: accents

Nyanguila 12/05/2014 03:05

Cher Messager,bonjour et merci pour cet article ayant pour leçon l'expulsion des Congolais de la Rdc du Congo-Brazza.A mon avis,sur ce site et sus aux commentaires émis,je n'ai rien remarqué des propos ou écrits frisant une animosité réciproque!Le problème central,pour tout Etat,c'est de parvenir à gérer les besoins de sa population et,en la matière,la plupart des Etats en voie de développement sont en difficultés compte tenu de la croissance démographique ainsi que vous avez constaté,dans l'analyse de N'seke,le rapport de l'augmentation de la population avec celle de l'économie et de l'équipement en général!Et je crois y avoir souvent,dans mes commentaires relatifs,fait référence tout en tirant l'attention sur la souffrance des populations!En ce qui concerne le Congo-Rdc,faut-il encore le répéter?,le mal est venu par tous ces messieurs qui s'improvisaient chantres de l'indépendance sans avoir une vue prospective du devenir de ce Congo-Belge qui était prospère mais encore en construction et qu'il fallait ménager des sarcasmes au risque de tout saccager en son sein!Et pourtant,on leur avait tout dit des risques qu'ils allaient faire encourir aux Congolais mais ces"individus",en"égo",du fait qu'ils ne pensaient qu'à leur réussite matérielle et financière,ne voulaient rien entendre et réclamaient une indépendance immédiate!Même si,à l'époque,toute la population congolaise était diplômée d'universités prestigieuses,la réussite dans la gestion de l'Etat n'était pas assurée car c'est un fait de temps et de coutume qui nécessite un apprentissage de longues années!A l'époque,on n'avait pas dit,au moment où l'indépendance était annoncée,comment les capitaux avaient quitté ce Congo-Belge ou rapatriés en Belgique!Or ce Congo-Belge,vers la fin des années 1940,devenait un grand centre financier,en Afrique entière,tout juste après l'Afrique du sud,et que son économie n'allait plus se baser uniquement sur les mines mais sur les industries de toutes sortes et les finances qui forment le socle d'un développement de croissance économique.Et partant de cette émergence socio-économique,le problème de l'emploi se poserait en faible tension qu'on aurait à traiter facilement,et,par ce fait,la population de ce Congo ne serait pas contrainte d'aller affluer en nombre,pour tenter de trouver un éventuel mieux-vivre?, chez son frère-voisin au risque de susciter le sentiment d'invasion auprès de la population de ce dernier!Enfin,pour ne pas devoir à écrire de plus,je m'arrête ici et bien à vous.